bandeau3-bigbang


Les Fourberies de Scapin

De Molière

Mise en scène de Denis Podalydès

Avec Bakary Sangaré, Gilles David, Adeline d'Hermy, Benjamin Lavernhe, Claire de La Rüe du Can ou Pauline Clément, Didier Sandre, Julien Frison, Gaël Kamilindi et Maïka Louakairim et Aude Rouanet

En alternance à 20h30 ou en matinée 14h

Tarifs : de 5 à 42 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 01 44 58 15 15

Durée : 1h45

Comédie-Française Salle Richelieu
Place Colette
75001 Paris
M° Palais-Royal

www.comedie-francaise.fr

170919 RdL 0192Jusqu'au 11 février 2018, diffusion au cinéma Pathé Live le 26 otobre 2017  

Dans une interprétation éblouissante et sauvage, Benjamin Lavernhe fait jaillir Scapin de la fosse parmi la faune des pères aigris et des fils insolents de Molière. Dirigés par Denis Podalydès dans un décor portuaire et onirique, la troupe est à son meilleur et le résultat fulgurant.


5 170908 RdL 0078 copieLa violence de la farce

Rarement Scapin, le valet philosophe et brigand, le feu follet des faubourgs à l’intelligence de singe, l’arlequin de toutes les ruses, n’aura été aussi puissamment incarné qu’aujourd’hui dans cette nouvelle production qui fait sa rentrée à la Comédie Française. Un comédien peu connu du grand public, Benjamin Lavernhe, mais qui trace sa route en tant que pensionnaire depuis 5 ans et qui sera dans « La Tempête » de Shakespeare mise en scène par Robert Carsen, transfigure ce personnage comique en un héros romantique et tragique, burlesque et sensible, sage et fou à la fois, mais dont la rage, l’énergie vitale et l’intelligence flamboyante parviennent à captiver le public durant presque deux heures. Virtuose du langage et du discours qu’il manie avec les armes d’un avocat penaliste, savant psychologue dès qu’il s’agit d’analyser le comportement jaloux et radin des paternels dépassés par la folie de leurs progéniture, ce valet-là est un Figaro qui n’a pas d’autre ambition que de jouer et de donner du plaisir, quitte à se perdre lui-même.


170919 RdL 0067L’ombre de Molière

Scapin est écrit et joué deux ans avant la mort de Molière, déjà malade, avec une troupe qui a besoin en 1671 d’une comédie à l’italienne, loin des fastes et de l’étiquette de Versailles. Une vraie comédie populaire, avec une intrigue grosse comme une maison, certes, mais qui peut faire une très bonne pièce comique. Bien que Molière incarne lui-même Scapin, la pièce ne rencontrera le succès que bien plus tard. Aujourd’hui, dans le très beau décor d’Eric Ruf, de simples docks aux abords d’un port du 18° siècle, Naples, avec ses échafaudages en guise de maisons et ses toiles peintes en forme de grandes voiles colorées de mers et de cieux orangés et violets, la farce se joue au devant de la scène, face public, à la manière d’un théâtre de tréteaux primitif et essentiel qui base tout sur le jeu des comédiens.

170919 RdL 0309Le choc des générations

C’est avant, et toujours tout cela que raconte Molière dans cette intrigue cousue de fil blanc qui met en scène deux jeunes garçons en mal de liberté et d’amour, qui justement ont convolé tous deux alors que leurs pères étaient en voyage, l’un avec une bohémienne, l’autre avec une jeune fille de milieu modeste. Quand soudain les paternels reviennent et découvrent le pot au roses, ils sombrent tous deux dans une fureur terrible. Pour les effrayer et calmer leur colère, Scapin décide de d’un stratagème d’une violence incroyable pour leur soutirer de l’argent alors qu’ils sont radins. Il faut donc voir le Géronte halluciné de Didier Sandre qui s’est fait une gueule de grippe-sou à la Louis De Funès, maugréer dans sa capuche misérable et subir les cents coups de bâton dans un sac suspendu à 5 mètres du vide ! Il faut compatir avec l’Argante hébété de Gilles David, hurluberlu qui se fait mener par le bout du nez dans une  « galère » fantasque et méchante ! Admirer aussi la Zerbinette d’Adeline d’Hermy, dans une robe incroyable signée Christian Lacroix (costumes), affreusement moqueuse et cruelle, mais aussi l’Octave fiévreux du tout jeune Julien Frison et le bellâtre léonin de Gaël Kamilindi, jeunes époux sans cervelle. Sans temps mort, à toute allure, le Scapin mis en scène par Podalydès est un hymne au jeu du théâtre, du cirque et à l’intelligence de Molière, notre maître à tous.


Hélène Kuttner


[Crédits Photos : © Christophe Raynaud de Lage]

Agenda

Vernissages - Paris - Octobre 2017

Vernissages - Paris - Octobre 2017

Octobre 2017

Au mois de octobre, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art...) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective !

Sorties ciné - Octobre 2017

Sorties ciné - Octobre 2017

Octobre 2017

Quels sont les films qui sortent en Octobre dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se...