bandeau3-bigbang


Leeb_santini_couteauJusqu'au 5 janvier 2010

Théâtre de Paris

 

© Jean-Paul Lozouet


Inspirée du célèbre film de Sidney Lumet, sorti en 1957, la pièce Douze hommes en colère raconte l’histoire d’un jury qui doit statuer sur le cas d’un prétendu parricide. Les preuves accablent l’accusé, un adolescent des quartiers difficiles, mais alors que la majorité des jurés le considèrent comme coupable, un homme doute et bloque l’issue du procès. Commence alors un vif débat, rythmé et soutenu, défendu par douze talentueux comédiens sur les scènes du Théâtre de Paris.

 

Des fenêtres dans le style du Chrysler Building, un policier au costume américain bleu nuit et à la fameuse casquette digne des polars les plus noirs, un ventilateur à hélices suspendu au plafond… D’emblée nous voilà projetés dans un décor des plus new-yorkais. La scène se déroule-t-elle dans les années cinquante ? Peut-être, mais peut-être pas. Des détails peuvent le laisser penser, tels que la coiffure de certains businessmen, ou encore les bretelles de certains autres, mais la sobriété de la mise en scène laisse indécis quant à l’époque précise des évènements, et la scène pourrait aussi bien se dérouler aujourd’hui qu’il y a dix ou vingt ans.

Les uns après les autres, nos douze hommes entrent, plus ou moins calmes, dans la pièce illuminée par les rayons écrasants de cette chaude journée, la plus chaude de l’année, dit-on. La conversation, doucement, s’instaure, les hommes se mettent en place, délibèrent rapidement et votent. Onze d’entre eux jugent coupable l’accusé, seul un homme vote non coupable, le juré numéro 8, incarné par un Michel Leeb grave, introspectif et à la présence imposante, d’un bout à l’autre de la représentation.

 

Douze hommes à fleur de peau


Dès lors, les réactions s’enchaînent dans un rythme vif et soutenu mais jamais précipité. Du début jusqu’à la fin, l’atmosphère alterne entre tension latente et franc énervement, la colère explosant par éclats, parfois, quand les jurés ne peuvent plus se contenir, puis se calmant, ensuite, quand les plus réfléchis parviennent à maîtriser les plus nerveux. C’est autour d’une grande table que tourne toute l’action : comme un aimant autour duquel les douze hommes évoluent, les uns après les autres, par attraction et répulsion. L’occupation de l’espace est pensée d’une façon des plus intéressantes, ce qui n’était pas gagné d’avance, compte tenu de la contrainte de base : maintenir en permanence sur scène douze personnages. Cependant, à aucun moment, la présence de l’un ou de l’autre ne devient gênante, même lorsque ces hommes sont plongés dans le silence. Avec vraisemblance et efficacité, tour à tour les jurés s’isolent, s’unissent, blaguent, sans jamais nous faire perdre le fil d’une affaire pourtant complexe et qu’il s’agit d’élucider.

 

Clair et précis, le texte nous conduit peu à peu dans les méandres de l’accusation. Chaque détail est traité l’un après l’autre et est étudié savamment, parfois même avec humour par des protagonistes avides de logiques, de vérité et de justice mais également agacés, en proie à leur préjugés et pressés d’en finir. L’histoire, captivante, nous tient suspendus aux lèvres des douze comédiens, mais l’intérêt que nous prêtons à la pièce est d’autant plus vif que chacun des acteurs incarne son personnage avec grande justesse : le courtier en bourse, au sang froid, à la logique imparable, interprété par un Jean-Luc Pourraz, plus vrai que nature ; l’américain moyen plus intéressé par le match qui l’attend que par les détails de l’affaire ; le commercial excité par les nouvelles idées qui font rebondir l’histoire, le gars des banlieues, qui sait ce que c’est, la vie de ce gamin ; un ouvrier qui, tout simple et ignorant qu’il est, ou se dit être, se révèle des plus perspicaces ; deux hommes d’affaires nerveux, racistes et violents, remarquablement incarnés, notamment par un Pierre Santini qui fait froid dans le dos…

 

Un Etat des lieux de la société par une pièce des plus actuelles


Par ce panel de personnages issus de tous les milieux possibles de la société, la pièce révèle sa force et ce qui fait son intérêt le plus crucial peut-être. Un rien philosophique, le spectacle nous parle des hommes en général, de leur capacité à faillir et en même temps des grandes responsabilités qui parfois leur incombent. Car ce qui est en jeu, c’est la vie d’un jeune homme qui risque la chaise électrique. La question que pose la pièce, finalement, c’est de savoir qui nous sommes, nous qui ne sommes que des hommes et des femmes, pour pouvoir condamner d’autres hommes et femmes et sacrifier leur vie au nom d’une prétendue vérité, qui nous échappe souvent bien plus qu'on ne le pense. Sans jamais faire la morale, ni même porter de jugement sur la peine de mort ou sur un quelconque profil sociologique, la pièce nous met face à nos préjugés, face à notre indifférence aux autres et montre que, qui que nous soyons, quelle que soit notre origine sociale, nous sommes tous capables de commettre des erreurs de jugement, et en même temps, de poser les bonnes questions, si nous nous en donnons la peine.

 

Mais outre cette profonde réflexion sur l’être humain, la pièce, étrangement d’actualité, met en question le fonctionnement de tout système judiciaire. L’idée très intelligemment défendue consiste à mettre en valeur la vie d’un homme et à se demander s’il ne vaut mieux pas laisser libre un potentiel coupable que de prendre le risque de faire mourir un innocent. Car à aucun moment les jurés n’affirment que l’accusé est innocent. Mais dès que le doute s’immisce, si mince soit-il, ces hommes ne peuvent plus, en leur âme et conscience, risquer de mettre fin à la vie de l’un de leur congénère. En ces temps de réformes judiciaires, de questions de jeux de pouvoir, au cœur d’une époque d’individualisme et de divertissement au sens pascalien, ce spectacle met en valeur des problématiques les plus essentielles qui soient.

 

Servie par un casting de choix et mise en scène d’une manière des plus dynamiques et pertinentes, faisant donc même parfois preuve d’humour, Douze hommes en colère est, sans aucun doute, l’une des grandes pièces de cette fin d’année.

Chloé Goudenhooft

 

Douze hommes en colère

Pièce de Reginald Rose
Montée par Stephan Meldegg
Avec Michel Leeb , Pierre Santini , André Thorent , Jacques Echantillon , François Gamard , Alain Doutey , Laurent Gamelon, Jean-Jacques Porraz

 

 

 

Jusqu'au 5 janvier 2010
Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 20H30

Samedi à 16H30.
Tarifs :
24,5-67 € tarif plein ou 24,5-67 € tarif adhérent

Réservation au 01 48 74 25 37

 

Théâtre de Paris
15, rue Blanche

75009 Paris
Métro : Trinité ou Blanche


 

Agenda

Vernissages - Paris - Octobre 2017

Vernissages - Paris - Octobre 2017

Octobre 2017

Au mois de octobre, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art...) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective !

Sorties ciné - Octobre 2017

Sorties ciné - Octobre 2017

Octobre 2017

Quels sont les films qui sortent en Octobre dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se...

 
Prev Next

Le fameux Mnozil Brass fait le cirque à la Seine Musicale

Le fameux Mnozil Brass fait le cirque à la Seine Musicale

Le vendredi 3 novembre à 20h30 Les sept musiciens iconoclastes du Mnozil Brass présentent pour la première fois à Paris leur spectacle, virtuose et décalé, créé en 2017 : « Cirque...

Nature morte dans un fossé - Théâtre du Gymnase

Nature morte dans un fossé - Théâtre du Gymnase

Du 18 octobre au 27 décembre 2017 Un patelin paumé entre Gènes et Milan. La nuit. Boy rentre de boite. Emboutit la voiture dans un arbre. Descend, fait quelques pas, et...

M.M.M.M. - Théâtre du Rond Point

M.M.M.M. - Théâtre du Rond Point

Les 20 et 21 octobre 2017 Marie et moi, mais pas ensemble.Jean-Philippe Toussaint évoque sa rencontre, ses amours avec Marie Madeleine Marguerite de Montalte. Créatrice de mode, artiste discrète et femme...

Princesse Pirate ! - Théâtre du Petit Gymnase

Princesse Pirate ! - Théâtre du Petit Gymnase

Du 21 octobre au 5 novembre 2017 Princesse Léa n’a qu’un seul rêve : devenir Pirate ! Mais pour cela elle va devoir échapper à sa vieille Tante poilue qui la...

Un Album - Théâtre du Rond Point

Un Album - Théâtre du Rond Point

Du 11 octobre au 5 novembre 2017 Je voudrais devenir Zouc.Lætitia Dosch, désopilante, incarne des gens, inconnus et normaux, tous extraordinaires, croisés lors de son tour de France. Pôle emploi, castings...

La révolte - Théâtre Les Déchargeurs

La révolte - Théâtre Les Déchargeurs

Du 31 octobre au 9 décembre 2017 Il y a des heures où tient toute la vie et qui sonnent tous les adieux !

Vincent C - Apollo Théâtre

Vincent C - Apollo Théâtre

Du 5 octobre 2017 au 30 décembre 2017 Arrivant du Québec et doté d’un style bien à lui, Vincent C nous amène une magie nouvelle. Ses diableries maltraitent les ficelles traditionnelles...

Le pavé dans la Marne - Théâtre Le Lucernaire

Le pavé dans la Marne - Théâtre Le Lucernaire

Du 18 octobre au 2 décembre 2017 « La guerre de 14, ça c’est du vrai feu d’artifice, pas comme ceux du 14 juillet ! Pourtant, elle a duré beaucoup moins...

Barbara, mes oiseaux pour escorte - Théâtre Les Déchargeurs

Barbara, mes oiseaux pour escorte - Théâtre Les Déchargeurs

Du 10 au 21 octobre 2017 Un voyage autour Barbara à travers ses textes, ses musiques et celles d’Astor Piazzolla. Seules ses chansons parlent d’elle et nous transportent dans son univers...

Fille de personne, hommage à Jeanne Moreau - Théâtre Les Déchargeurs

Fille de personne, hommage à Jeanne Moreau - Théâtre Les Déchargeurs

Du 9 octobre 2017 au 18 décembre 2017 " Elle avait des bagues à chaque doigt... " Deux voix, une guitare... Bonjour Jeanne !

Robin des bois - Théâtre de Ménilmontant

Robin des bois - Théâtre de Ménilmontant

Du 15 octobre au 7 janvier 2018 Plus rien ne va dans le royaume… Le Prince John a profité de l'absence de son frère le Roi pour s'emparer du trône, et, avec...

Les Divalala présentent Femme, femme, femme - Théâtre de Ménilmontant

Les Divalala présentent Femme, femme, femme - Théâtre de Ménilmontant

Du 13 octobre 2017 au 31 décembre 2017 Plus femmes que jamais, les Divalala offrent une redécouverte originale et décoiffante de 50 tubes de la Variété française et internationale.

Chambre 113 - Théâtre de Ménilmontant

Chambre 113 - Théâtre de Ménilmontant

Du 13 octobre 2017 au 30 décembre 2017 Chambre 113, une co-médico musicale romantique, drôle et émouvante, qui va vous faire porter un autre regard sur le monde de l'hôpital.

Un village en trois dés - Fred Pellerin - Théâtre de l'Atelier

Un village en trois dés - Fred Pellerin - Théâtre de l'Atelier

Du 4 octobre au 5 novembre 2017 Fred Pellerin revient à Paris en octobre 2017. Comme dans ses cinq spectacles précédents, il nous entraîne à la découverte des figures hautes en...

L'Inversion de la courbe - Théâtre de Belleville

L'Inversion de la courbe - Théâtre de Belleville

Jusqu'au 3 octobre 2017 Partout où il passe, les chiffres le disent, Paul-Eloi est au sommet. Lorsqu’il se fixe des objectifs, c’est pour les atteindre et les dépasser.