0 Shares 1197 Views

Espæce d’Aurélien Bory : à mots comptés

Sarah Meneghello 8 décembre 2017
1197 Vues
Espæce-Aurélien-Bory-104-Paris

© Aglaé Bory

Espèce et Espace sont des obsessions (poétiques, philosophiques et scénographiques) d’Aurélien Bory. Comment, à partir de Pérec, ce génial inventeur de formes indisciplinaires met-il en boîte l’espèce humaine ?

Sur cet immense tableau noir, des mots se forment, des phrases donnent corps. Sans chercher à l’adapter tel quel, page par page, Aurélien Bory puise davantage dans la structure d’Espaces d’espèces, de Georges Pérec, que dans son contenu. Ainsi, restitue-t-il l’esprit de l’essai, dans la moindre de ses respirations, défiant toutes les règles de la gravité et des équilibres, pour donner la parole aux corps, cela jusqu’au vertige. D’où le titre du spectacle qui contracte les deux termes : Espæce.

Aurélien Bory, arpenteur de vide

À la croisée du cirque, du théâtre, de la musique et des arts visuels, ce créateur polymorphe donne à voir les habitants lettrés d’une œuvre polysémique. Écrasés par l’aspect monumental des murs, ceux-ci doivent rivaliser d’imagination avec des parois mouvantes. Sans cesse reconfiguré, le vaste plateau est effectivement tout entier occupé par de grands panneaux sur roulettes, qui prennent des allures d’usine, d’immeuble ou de bibliothèque.

Le metteur en scène, fondateur de la compagnie 111, se distingue toujours par des scénographies puissantes. Et plastiquement, c’est très réussi. Les lumières sculptent les corps, découpent l’espace.

Espæce-Aurélien-Bory-104-Paris

© Aglaé Bory

Avec les interprètes, on voyage beaucoup. De la réalité, proche de l’ennui, on bascule dans un univers cauchemardesque, au gré de ces va-et-vient entre deux états de conscience. Une dualité qui s’exprime dans des changements de registres, y compris gestuels. Au risque de s’y perdre !

Mais ponctué de scénettes et de prouesses acrobatiques, le spectacle se suit volontiers, avec ces êtres qui s’adaptent sans cesse, cherchent des échappatoires, passent d’un espace à un autre sans se cogner. Les corps réussissent à construire des choses architecturalement complexes. La chanteuse baroque, Claire Lefilliâtre, tranche avec la bande-son anxiogène. D’abord timide, sa magnifique voix – humaine – se déploie dans l’espace, jusqu’à tout recouvrir.

De l’écrit au cri

Peu de mots, pour un spectacle les mettant à l’honneur. Il faut attendre longtemps pour entendre parler le comédien – impressionnant Olivier Martin-Salvan. Mais tout d’un coup, c’est une logorrhée. Avec Aurélien Bory, les contrastes sont saisissants. Entre la parodie d’opéra et le sketch libérateur, on se libère des tensions. Sauf qu’aussitôt, plane l’ombre de la mère de Perec, disparue à Auschwitz. Douleur indicible.

Espæce-Aurélien-Bory-104-Paris

© Aglaé Bory

Au cœur du spectacle : la nature humaine, dans toute son étrangeté. Porté par cinq personnes, comme s’il s’agissait des cinq doigts de la main, le spectacle évoque, en creux, le mystère du vide. Tout le monde est attentif à la situation de l’autre, mais sans l’aider. Chacun observe plutôt ce qui advient. Sauve qui peut (sa peau) ! Malgré tout, ils s’unissent pour s’opposer au tragique, par l’humour, la musique, l’acrobatie.

L’art d’Aurélien Bory relève d’une écriture. Comme on formule une phrase avant de l’écrire, l’artiste conçoit une forme avant de la jeter sur le plateau, et les lignes s’enchaînent comme des mots qui couleraient de source. De source : c’est bien de cela qu’il s’agit, car tout est jaillissement. Éprouvant les lois physiques, observant la machinerie, le flux et reflux de la matière, ce décidément grand artiste n’a de cesse de chercher le chemin qui mène au dedans.

De telle sorte que les mots – porteurs de réflexions existentielles sur le verbe, le livre, et au-delà la mémoire, sur l’espèce humaine, sa trace et sa disparition – sont ici magnifiquement mis en abyme. À mots comptés.

Sarah Meneghello

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
123 vues
Spectacle
123 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]