0 Shares 20 Views

« Everyness » : L’envol de Wang Ramirez

12 avril 2017
20 Vues
IMG_9285_copy

Everyness

De Honji Wang, Sébstien Ramirez

Avec Salomon Baneck-Asaro, Alexis Fernandez Ferrera alias Maca, Christine Joy Alpuerto Ritter, Sébastien Ramirez ou Thierno Thioune, Honji Wang

Du 19 au 22 avril 2017

Tarifs : 10-32 €

Réservation par tél. au 01.42.74.22.77

Durée : 1h15

Grande Halle de La Villette
Parce de La Villette
75019 Paris
M° Porte de la Villette/ Porte de Pantin

www.theatredelaville-paris.com

Du 19 au 22 avril 2017

La nouvelle création de Wang Ramirez débarque à La Villette! Elle se danse autour d’une énorme sphère blanche, suspendue mais mobile. « Everyness »: Sept danseurs aux origines diverses, sept personnalités très affirmées et une danse aux prises avec la gravité. Couple à quatre cultures, Wang Ramirez livrent de nouveau un spectacle percutant. Ayant travaillé avec Madonna et Akram Khan, ils ont subjugué le public de la danse avec « Borderline », spectacle invité par trois fois au Théâtre de la Ville, qui s’associe ici à La Villette pour présenter « Everyness ».

La Corée, l’Allemagne, la France et l’Espagne se croisent en ce couple phare de la danse qui vit entre Berlin et  la France. Deux vrais citoyens du monde pour lesquels il est normal que les cultures chorégraphiques aussi peuvent se mélanger. Entre hip hop et danse contemporaine, Honji Wang et Sébastien Ramirez refusent de choisir.

Depuis leur premier duo, « Monchichi », Wang et Ramirez mènent une interrogation fine, profonde et sincère sur la relation amoureuse, en partant de leur propre couple. En danse, ne pas choisir est source de richesse. Mais on sait qu’en amour aussi, il arrive qu’on ne veuille pas choisir entre deux personnes qu’on aime, ou qu’on n’arrive pas à séparer une passion lumineuse d’une passion ténébreuse. Chacun a peut-être déjà vécu une part d’« Everyness ».

Une sphère blanche…

IMG 9265Au premier tableau, deux hommes survolent la scène à basse altitude, suspendus aux filins. Et autant aimeraient-ils s’envoler, ou au moins se rejoindre, leurs rênes élastiques arrêtent chaque tentative, et la belle utopie en apesanteur se solde par la violence d’un bond en arrière. 

Dans « Everyness », relations amicales et  passions du groupe perturbent et enrichissent le tableau, avec humour et virtuosité. Et Honji Wang entre dans la magie d’un dédoublement qui se joue sous une énorme boule blanche, suspendue au milieu du plateau nu. Oscillante ou pivotante, éclairée de l’intérieur sans être transparente, cette sphère solide ou molle, gonflable et transformable, peut s’écraser au sol ou se déstructurer doucement, pour prendre une forme d’iglou, de méduse ou de visage humain géant. Elle est l’œuvre de Constance Guisset, plasticienne, designer et scénographe aux réalisations spectaculaires et fines à la fois, comme dans ses collaborations avec Angelin Preljocaj, pour qui elle a entre autres réalisé les décors de Les Nuits.

La passion des relations

IMG 9277 copyAutour de ce geste de plasticien, se croisent et se rassemblent les humains, dans leurs relations de couple ou d’amis, amoureux, furieux ou solidaires. Dans son costume de soirée, Ramirez se déchire entre les deux facettes de sa bien-aimée, l’une en robe rose, l’autre en bleu. Et Wang de porter, telle une croix, la peau de la belle sculpture dégonflée, comme si sa robe de mariée pesait soudainement des tonnes.

IMG 9245 copyLes perspectives scéniques sont de grande clarté, les géométries du blanc et du noir créant des images qui résonnent dans un dépouillement aux influences asiatiques. La boule blanche, parfois habitée de l’intérieur par l’un des sept danseurs, est une surface de projection de nos rêves intimes, symbole de légèreté et de fertilité en même temps, mais aussi d’un pouvoir supérieur, entre menace et protection, émettant des sons profonds, puissants et inquiétants dès qu’on en touche la surface.

Les espoirs amoureux et la complexité des relations réelles, parfois violentes, sont mis en scène à travers un langage chorégraphique qui suspend le corps dans une demi-apesanteur. Cet état n’est pas étranger aux B-Boys, mais ils doivent ici basculer en direction de l’horizontale, au sol autant qu’en l’air. « Everyness » s’achève sur des envols stupéfiants autour et au-dessus de la sphère blanche, qui a retrouvé sa pleine forme.


Thomas Hahn

[Crédits Photo : © Ghostographic ]

01.42.74.22.77

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
210 vues
Art
210 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]