0 Shares 13 Views

Le Ballet national de Cuba de retour à Paris

9 juillet 2017
13 Vues
GISELLE-photo3-Photo_N._Reyes

Giselle

De Alicia Alonso d’après Jean Coralli et Jules Perrot

Avec Anette Delgado, Dani Hernandez, les solistes et le corps de ballet du Balletnational de Cuba

Du 6 au 20 juillet 2017

Tarifs : De 25€ à 115€

Réservation en ligne  ou par tél. au 01 76 49 43 13

Durée : 2h

Salle Pleyel
252 rue du Faubourg Saint Honoré
75008 Paris
M° Ternes 

balletnationaldecuba.valprod.fr

Du 6 au 20 juillet 2017


Le Ballet national de Cuba est en tournée à Paris du 7 au 20 juillet avec Giselle et Don Quichotte dans la version de sa directrice, la prima ballerina assoluta Alicia Alonso. C’est un plaisir que de retrouver cette compagnie incontournable dans l’interprétation de grands classiques et non dans le cadre de gala alignant les exercices de style obligés.

GISELLE-photo2-Photo N. ReyesGiselle tient une place particulière dans le cœur d’Alicia Alonso qui fut nommée étoile de l’America ballet theatre en 1943 avec ce rôle. Lorsqu’elle fonde sa compagnie à Cuba en 1948, Giselle est l’un des premiers ballets qu’elle monte dans une version qui entrera au répertoire de l’Opéra de Paris dans les années 70. Sa version se veut proche de la version romantique originelle, avec la part belle laissée à la pantomime et de nombreuses scènes de groupe, notamment dans la première partie où le fameux pas de deux des paysans, moment de virtuosité, est remplacé par une scène de liesse populaire. Dans le rôle de Giselle, Anette Delgado est tout en émotion contenue et délicatesse. Les équilibres sont magnifiques, comme le travail du bas de jambe est fin et précis. Si la scène de la folie apparait très – trop ? – intériorisée, elle déploie dans l’acte deux une belle complicité avec Dani Hernandez. Ce dernier maîtrise l’exubérance latine pour interpréter un Albrecht romantique à souhait.

Dans le rôle de l’implacable Myrtha, la blonde Ginett Moncho donne une interprétation lumineuse avec de très belles arabesques plongées. Les willis alignent parfaitement leur variation, armée angoissante de fantômes au féminin.

 

 

Enfin, Pleyel est-elle la bonne salle pour ce type de spectacle ? la scène apparait petite et sans profondeur, notamment pour les ensembles du 1er acte, les fêtes villageoises réunissant les amis de Giselle : les danseurs cubains aiment danser grand et on les sent contraints. Ensuite, la qualité du son – grésillant, digne d’un lecteur de cassette audio d’avant l’ère du CD – n’est pas au niveau d’une salle internationale. Dommage. Artistes accomplis, les danseurs du ballet de Cuba s’adaptent et nous offrent une belle soirée avec leur joie non masquée de danser.

Stéphanie Nègre

 

Après Giselle la romantique, Don Quichotte présenté du 15 au 20 juillet, sera l’occasion de découvrir le ballet de Cuba dans le registre de la virtuosité bondissante qui est l’une de ses marques de fabrique. 

[ Photo © N Reyes ]

Giselle tient une place particulière dans le cœur d’Alicia Alonso qui fut nommée étoile de l’America ballet theatre en 1943 avec ce rôle. Lorsqu’elle fonde sa compagnie à Cuba en 1948, Giselle est l’un des premiers ballets qu’elle monte dans une version qui entrera au répertoire de l’Opéra de Paris dans les années 70. Sa version se veut proche de la version romantique originelle, avec la part belle laissée à la pantomime et de nombreuses scènes de groupe, notamment dans la première partie où le fameux pas de deux des paysans, moment de virtuosité, est remplacé par une scène de liesse populaire. Dans le rôle de Giselle, Anette Delgado est tout en émotion contenue et délicatesse. Les équilibres sont magnifiques, comme le travail du bas de jambe est fin et précis. Si la scène de la folie apparait très – trop ? – intériorisée, elle déploie dans l’acte deux une belle complicité avec Dani Hernandez. Ce dernier maîtrise l’exubérance latine pour interpréter un Albrecht romantique à souhait.

Articles liés

Jacky Terrasson Trio – Sunside – jazz
Agenda
8 vues
Agenda
8 vues

Jacky Terrasson Trio – Sunside – jazz

“Un pianiste du bonheur jubilatoire, capable de transporter son public vers l’euphorie” Télérama Le New York Times magazine considère Jacky Terrasson comme “l’un des trente artistes susceptibles de changer la culture américaine dans les trente prochaines années”, Télérama, le décrit comme “le plus voyageur des pianistes de jazz, “un pianiste du bonheur jubilatoire, capable de […]

“Shadows, Songs of Nat King Cole”, Hugh Coltman – Sunside – jazz, pop folk
Agenda
8 vues
Agenda
8 vues

“Shadows, Songs of Nat King Cole”, Hugh Coltman – Sunside – jazz, pop folk

hugh coltman Avec son nouveau projet en hommage à Nat King Cole, l’englishman n’en finit plus de nous séduire. Victoire de la musique 2017 Voix de l’année ! Un événement pour notre club. Après avoir écumé les plus grandes scènes avec son groupe de Blues The Hoax, le songwriter anglais a prolongé une brillante carrière […]

« Elysian »  Duncan Hopkins, Thierry Peala, Nikki Iles – Sunside – jazz vocal
Agenda
8 vues
Agenda
8 vues

« Elysian » Duncan Hopkins, Thierry Peala, Nikki Iles – Sunside – jazz vocal

Le compositeur et contrebassiste canadien Duncan Hopkins a collaboré pour ce nouveau projet avec deux musiciens qui lui sont chers en Europe: le chanteur Thierry Peala de Paris, France et le pianiste Nikki Iles de Londres, Royaume-Uni. Pendant son séjour en Europe, il a composé pour cet enregistrement neuf nouvelles compositions , paroles (sauf une […]