0 Shares 42 Views

Le Cas Blanche Neige – La critique

2 février 2009
42 Vues
casblancheneige

Howard Barker utilise la structure du conte des Frères Grimm, la tord, la façonne différemment, et fait de ce matériau immémorial une écriture d’aujourd’hui. Fasciné par l’univers des contes, Frédéric Maragnani s’est employé à l’inscrire dans un univers étrange, décalé et coloré, où le son fait sens et où les mots sont comme une partition musicale. Il présente aujourd’hui cette création à l’Odéon – Théâtre de l´Europe dans le cadre du cycle consacré à Howard Barker.

La critique
Une Blanche-Neige pas si blanche que ça, au Théâtre de l’Europe! – Critique
Ne vous trompez pas, parents bienveillants, en préférant encore endormir vos enfants avec la version des Frères Grimm ! C’est que, dans le Palais d’Howard Barker, fornication, cruauté et jalousie maladive arrivent bien en tête, bien loin devant le merveilleux et l’innocence apparente d’un conte.
Mais on aime, cette version brûlante d’une Blanche-Neige en tension, qui ne trouve pas sa place dans un Palais où les regards sont interceptés par une Reine aux déambulations éminemment érotiques, parfois obscènes. On aime, percevoir les méfaits d’un syndrome propre à cette Blanche-Neige résolument moderne, un syndrome né de la difficulté du passage d’un état d’enfance à une vie d’adulte sexuée, peut-être dépravée. On aime encore, finir par comprendre une odieuse marâtre, une Reine perverse dont on explique la concupiscente féminité comme corollaire à une trop douloureuse stérilité. Oui, il faut bien que l’on s’amuse, certainement cruellement, de la dépravation inévitable de ces deux là, et des autres, tout autour.
Un gros bémol tout de même : on déplore une mise en scène que l’on aurait voulue moins ordinaire. Le décor, épure acidulée, trouve sa place mais rompt avec la féerie du conte évoqué, en allant soit trop loin, soit pas assez, tout comme le jeu d’acteurs certes brillants, qui ne se lâchent qu’à demi ton.
Reste, que la lecture qu’offre Frédéric Maragnani de la pièce Le Cas Blanche-Neige est une bonne manière de découvrir un texte fort, poétique et terriblement actuel ! A voir, ne serait-ce que pour s’éprouver à l’auteur, à son « intention délibérée de créer un malaise dans le public, (…) un malaise qui est l’extrême inverse de l’apathie que le public ressent quand il est diverti ».
Christine Sanchez

Mise en scène : Frédéric Maragnani
Avec : Céline Milliat-Baumgartner, Christophe Brault, Laurent Charpentier, Marie-Armelle Deguy, Jean-Paul Dias, Isabelle Girardet, Patricia Jeanneau, Émilien Tessier, Jérôme Thibault.

Du 4 au 20 février 2009.

20h du mardi au samedi et 15h le dimanche.
Location au 01 44 85 40 40

Tarifs
Plein Tarif : 26 € Jeunes moins de 26 ans*, étudiant, RMiste : 13 € (Justificatif indispensable). Groupe : 22 € Groupes Scolaires* : 13 €* Demandeurs d’emploi : 15 €

 

achat_fnac

Atelier Berthier : angle de la rue André Suarès et du Bd Berthier – 750017 Paris

Métro: Porte de Clichy

 

 

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
127 vues
Spectacle
127 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
206 vues
Art
206 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
176 vues
Spectacle
176 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]