0 Shares 279 Views

Le rêve chinois d’Angelin Preljocaj

Thomas Hahn 4 décembre 2017
279 Vues

« La Peinture sur le mur », ou bien : « La Fresque » : Un conte chinois du XVIIe siècle, une histoire d’amour onirique, spirituelle et merveilleuse, recréée pour la scène en images dansées par Angelin Preljocaj. Pour la première fois ces tableaux somptueux, embellis par les costumes d’Azzedine Alaïa, font escale à Paris.

Et c’est à Chaillot – Théâtre National de la Danse (dans le cadre de la programmation danse du Théâtre de la Ville) que le maître de ballet (comme on l’aurait appelé en d’autres temps) d’Aix-en-Provence présente cet opus qui charme l’œil et l’imaginaire. Pour la première fois, Preljocaj dédie expressis verbis une pièce à un public familial, sur suggestion du directeur du Théâtre de la Ville, Emmanuel Demarcy-Motta.

“La Fresque” © Jean Claude Carbonne

Un contre merveilleux

Le conte y est pour quelque chose, et inversement. Cette légende chinoise du XVIIe siècle voit les messieurs Chu et Meng, deux voyageurs, arriver, un jour de fortes pluies, dans un monastère isolé où un moine leur offre l’hospitalité. Pour les émerveiller un peu, il leur fait découvrir des salles aux murs couvertes d’une fresque somptueuse où des filles dansent en ronde, aux abords d’une pinède. L’une d’elles cueille des fleurs et Chu tombe amoureux de ses yeux cristallins. Elle lui sourit, il la suit jusque dans sa chambre…

Mais l’histoire se termine mal, avec l’arrivée d’un effrayant père fouettard. Est-ce le moine qui frappe contre le mur pour faire revenir Chu, qui avait disparu? Revenu aux côtés de son camarade Meng, Chu voit que la fille de la fresque porte désormais le chignon des femmes mariées. Emplis de frissons, Chu et Meng reprennent leur voyage…

“La Fresque” © Jean Claude Carbonne

 

Un songe chorégraphique

Angelin Preljocaj voit dans cette histoire non seulement une échappée vers nos rêves les plus doux, mais aussi la révélation d’une transcendance mystérieuse entre le réel et sa représentation, une interrogation sur le pouvoir de l’image et un questionnement de la danse, voire de l’art en général dans nos vies.

« La Fresque » n’est cependant pas un spectacle narratif, comme l’était « Blanche Neige ». Ici, Preljocaj se laisse inspirer par certains moments-clé et surtout par l’ambiance doucement bucolique et ensuite dramatique de l’histoire. Ni abstraite comme ses « Empty Moves », ni concrète comme dernièrement « Les Nuits », cette rêverie chorégraphique le révèle en tant qu’impressionniste et poète. « Une sorte de calligraphie chinoise avec le corps », dit-il.

“La Fresque” © Jean Claude Carbonne

Reflets de cheveux, jupes de rêve

Constance Guisset, styliste, designer et scénographe (elle signe aussi les décors de « Les Nuits ») plonge les danseurs dans la douce lueur de reflets aquatiques qui mettent en valeur les longs cheveux des danseuses, élément-clé du conte. Et les costumes signés Azzedina Alaïa – avant tout les jupes des filles, très coloriées et pleines d’effets visuels – ajoutent une dimension palpable à tant de matière rêvée et immatérielle.

Il faut bien sûr saluer la mémoire d’Azzedine Alaïa qui vient de nous quitter à l’âge de 77 ans et dont « La Fresque » est la dernière collaboration à une création pour la scène. Voir ses costumes s’envoler sur les corps des danseuses de Preljocaj, dans un va-et-vient entre la scène et un ailleurs imaginaire, confiera une émotion supplémentaire à ce voyage dansé. « La Fresque » possède les qualités philosophiques et sensorielles d’un conte qui trouble et fascine enfant et adultes. Une belle histoire à raconter la veille, pour la voir dansée le lendemain.

 

Thomas Hahn

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
138 vues
Spectacle
138 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
229 vues
Art
229 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
194 vues
Spectacle
194 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]