0 Shares 180 Views

Le Tartuffe baroque et noir de Michel Bouquet

7 octobre 2017
180 Vues
tartuffe

Le Tartuffe 

De Molière

Mise en scène de Michel Fau

Avec Michel Bouquet, Michel Fau, Juliette Carré, Nicole Calfan, Christine Murillo, Justine Bachelet, Bruno Blairet, Georges Bécot, Dimitri Viau, Aurélien Gabrielli et Alexandre Ruby

Jusqu’au 31 décembre 2017

Du mardi au vendredi à 20h, samedi à 10h30, dimanche à 16h

Tarifs : de 13 à 60 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 01 42 08 00 32

Durée : 2h20

Théâtre de la Porte St Martin
18 Bd Saint-Martin
75010 Paris
M° Strasbourg St-Denis

www.portesmartin.com

Marcel Hartmann MG 8729 copieJusqu’au 31 décembre 2017

A bientôt 92 ans, l’immense comédien revêt l’habit sombre d’Orgon, dévot ensorcelé par l’hypocrite Tartuffe de Michel Fau qui en signe la mise en scène baroque et spectaculaire. Un Tartuffe crépusculaire et terrible qui annonce les couleurs noir, rouge et or des costumes éblouissants de Christian Lacroix.

Marcel Hartmann L1015070Une chapelle à l’architecture vacillante

Tout sauf bourgeois, cet intérieur de la maison d’Orgon place tous les personnages en rang d’oignon sous les voûtes gothiques et les arabesques des niches en ogives du Siècle d’or espagnol, un gothique flamboyant mais vacillant qui courbe les lignes de manière étrange vers un absurde point de fuite céleste. Emmanuel Charles et Michel Fau vont à l’essentiel, quitte à forcer le trait, pour figurer l’univers tragique et comique de cette descente aux enfers. Christine Murillo, divine Dorine, est prête à dégainer, pétillante d’intelligence et d’ironie, pour défendre la jeune Marianne (Justine Bachelet) face à l’odieux projet de mariage que son père veut lui imposer, pour lui-même. Nicole Calfan, impériale et douce dans une robe d’apparat, est prête à jouer les ingénues pour démontrer l’imposture perverse de Tartuffe, ses mensonges et ses duperies. Mais Madame Pernelle, excellente et terrible Juliette Carré, veille sur la moralité de la famille avec la rigueur d’une janséniste pur jus dans son corset de reine mère victorienne.

Marcel Hartmann MG 8744Michel Fau en antéchrist fellinien

On le découvre au troisième acte, ce Tartuffe qui nous tourne le dos nu, strié par les blessures écarlates qu’il s’inflige avec un fouet. Mi-Dom Juan, mi-Casanova, Michel Fau se pare d’un costume de soie écarlate, rouge sang, celui des martyrs et des vendredis saints, jour de pénitence chrétienne et de don de soi. Le ton est donné clairement, et le public n’est pas dupe : ce Taruffe est un jouisseur sans limites, qui use et abuse de la langue ciselée de Molière pour distiller son double langage en dissimulant un désir charnel sous le vernis du sacrifice divin. On rit de le voir agir ainsi, et on connait par coeur quelques unes des célèbres tirades que Fau déclame sobrement. « Cachez ce sein que je ne saurai voir » lance-t il à Dorine, si appétissante et libre. Il saisira pourtant la jambe d’Elmire, qui n’est pas une vierge mais qui avoue s’en offusquer.

Marcel Hartmann L1015204Bouquet en commandeur vengeur

Face au rouge éclatant affiché de Tartuffe, Orgon adopte le noir des moines, d’une sévérité absolue, que Michel Bouquet impose en majesté. Car pour se débarrasser de la fantaisie de ses enfants et de leurs désirs d’émancipation, pour faire taire une servante, Dorine, bien trop bavarde et insolente, pour mettre fin à la tempérance de Cléante son beau-frère, il a trouvé en Tartuffe un modèle de fils adoptif. Raide comme la justice divine, hypnotisé par son fanatisme, le comédien trace durant près de deux heures le chemin de croix qui perdra toute sa famille, avec une maestria inquiétante et ténébreuse. Celle d’un vieil homme affaibli, abusé par une force diabolique, incapable de s’en défendre et enfermé dans une paranoïa maladive. Des lors, les deux Michel jouent les deux faces d’un même miroir : l’un plongeant dans le drame d’une vengeance familiale et générationelle, l’autre tissant une toile plus légère, plus caustique, celle de la farce et de la moquerie à l’égard d’une société cherchant la foi dans la bonne conduite. Farce contre drame existentiel, la pièce est remarquablement entendue et Molière demeure vainqueur.

Hélène Kuttner

[Crédits Photos : © Marcel Hartmann]

Articles liés

6e Dimension : Humour, contes et hip hop
Spectacle
134 vues
Spectacle
134 vues

6e Dimension : Humour, contes et hip hop

La Villette présente, pour une série conséquente, la nouvelle création de Séverine Bidaud : « Dis à quoi tu danses ? » La Petite fille aux allumettes, Le Petit chaperon rouge et Le Vilain Petit Canard sont les invités surprise d’un spectacle plein d’humour et de finesse. Voilà la question de la saison des fêtes : On joue ? On conte ? […]

UMA, le musée universel en ligne
Art
225 vues
Art
225 vues

UMA, le musée universel en ligne

Le projet unique que représente UMA (Universal Museum of Art) vient de voir le jour sous l’œil attentionné de ses fondateurs. Cette réalisation en réalité virtuelle a pour but le partage et la transmission de l’art au plus grand nombre. Une nouvelle révolution. Un projet monumental  UMA, qui signifie « ce qui nous lie », en arabe, […]

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin
Spectacle
190 vues
Spectacle
190 vues

« Actrice » de Rambert, la vie sans fin

La dernière pièce de Pascal Rambert se déroule autour du lit où se meurt une actrice au sommet de la gloire. Dans cette zone ultime, l’auteur laisse s’engouffrer poétiquement la famille, les amis, l’art, la cruauté, la beauté et la foi en la vie. Alors qu’initialement la pièce a été écrite pour le Théâtre d’Art […]