0 Shares 519 Views

Les Bas-Fonds : une pièce noire, pleine de bruit et de fureur

Sarah Meneghello 8 janvier 2018
519 Vues
Bas-Fonds-Gorki-Eric-Lacascade

c

Éric Lascacade livre une version incandescente de la pièce de Gorki. D’un siècle à l’autre, comment rester digne dans un monde inhumain ? Du théâtre rare, lyrique, puissant.

L’enfer sur terre

« Il y a les gens et puis il y a des hommes. » Gorki s’est sans doute inspiré des Misérables pour écrire ses Bas-Fonds. Dans la Russie prérévolutionnaire, l’auteur y explore les marges et en appelle au respect de l’être humain. Exclus, ivrognes, drogué, paumés, ex taulard et crapules d’un autre genre sont réunis dans cet asile tenu par un couple de marchand de sommeil, qui n’est pas sans évoquer les Thénardier de Victor Hugo. Tous les personnages sont hauts en couleur et leur récit souvent poignant.

1-Bas-Fonds-Gorki-Eric-Lacascade

© Brigitte Enguérand

Éric Lacascade fait de cette pièce écrite en 1902 (revisitée par André Markowicz), une fable, hélas, universelle. Particulièrement moderne, les histoires de chacun se croisent, celles du seul travailleur, qui perdra son emploi après sa femme ; d’Ana, cette femme quasi nue, la première à mourir (de tuberculose), qui dit ne jamais avoir mangé à sa faim et avoir tremblé toute sa vie ; de l’aristocrate déchu ; de l’acteur amnésique pour qui la tragédie devient réalité ; de Pepel, fils de voleur à l’avenir tout tracé ; de Satine, l’assassin au cœur pur ; de Medvedev, non pas un membre du Medef, mais un commissaire corrompu. Comment tous ces laissés-pour-compte peuvent-ils donc vivre ensemble ? C’est épique dans les deux sens du terme.

Hymne à la fraternité

Faisant écho au contexte social actuel et à la croissance vertigineuse de la misère, les Bas-fonds sont réactualisés, évoquent les sans-papier, les chômeurs, les « assistés ». Les propos résonnent fort. Cette sourde violence s’exprime sans retenue. Et en donnant ainsi à voir les « invisibles », ceux-là mêmes que l’on n’ose plus regarder sous nos fenêtres, la mise en scène leur donne toute la place, sur une scène occupée dans ses plus larges dimensions. Tout un monde.

1-Bas-Fonds-Gorki-Eric-Lacascade

© Brigitte Enguérand

Dans ce camaïeux de gris – somptueux clair-obscur à la Caravage – les images fortes s’enchaînent : longs tunnels derrière des rideaux en plastique, lits de dortoirs transformés en cercueils, vêtements suspendus tels des suaires dans les cintres du théâtre, asile en tôle transformé en purgatoire… De ces ténèbres, Éric Lacascade extirpe le bien comme le mal. C’est le vagabond Louka, pourtant homme de l’ombre (prisonnier en fuite), qui apporte quelques lueurs d’espoir : l’empathie, la bonté, l’espérance… Celle d’une foi en l’homme, mais pas d’une religion, malgré l’aura christique du personnage. Et si l’individu pouvait se révéler à travers une communauté ?

Rage et poésie

Plus punk que jamais, Éric Lacascade livre une mise en scène particulièrement inspirée et sa sauvagerie est salutaire. Entre scènes de la vie quotidienne, orgies, disputes, envolées oniriques et propos philosophiques ! La bière coule à flot et les répliques sont cinglantes. C’est cru, mais non dénué de tendresse car s’ils se déchirent et mentent effrontément, ils s’aiment et ils rêvent aussi. Ils vivent ensemble. De quoi redonner un peu de dignité aux reclus d’une société en état d’urgence.

Bas-Fonds-Gorki-Eric-Lacascade

© Brigitte Enguérand

Comédiens aguerris et jeunes issus de l’école du Théâtre National de Bretagne sont sous tension permanente, quasi enragés. À corps perdus. Mais tous ont de la bouteille ! Leur jeu physique fait partie des prises de risques, nombreuses dans ce spectacle radical, au rythme très bien pensé, entre train d’enfer et sur place.

À la vie, à la mort ! Avec cette troupe formidable (15 acteurs), on rit, on pleure, on souffre et on jubile en chœur. Et puis l’on change son regard sur la précarité. Ce traité de passions humaines à haute valeur politique creuse la question essentielle de la justice sociale. Décidément, Éric Lacascade va « au cœur du réel », comme l’indique le titre de son livre qui vient de paraître chez Actes-Sud. En force mais tout en poésie.

Sarah Meneghello

Spectacle vu à L’-Théâtre des Louvrais, à Pontoise.

Tournée

Théâtre MC2, à Grenoble, du 9 au 13 janvier 2018

La Coursive, à la Rochelle, du 16 au 17 janvier 2018

CDN de Rouen, du 25 au 26 janvier 2018

Théâtre de l’Archipel, à Perpignan, du 30 au 31 janvier 2018

Publication

Au cœur du réel, d’Éric Lacascade, Actes-Sud, « Le temps du théâtre », 2017, 208 p., 15 €.

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
157 vues
Spectacle
157 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
36 vues
Agenda
36 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]