04-franck_vincent1Franck Vincent est un acteur polymorphe qui se produit dans différents types de spectacle vivant : théâtre, comédies musicales, opérettes... Il incarne en ce moment le rôle du Boss dans Chance, la comédie musicale d'Hervé Devolder au Palais des Glaces.

 

Tout jeune déjà, Franck Vincent avait l’habitude d’aller voir des spectacles avec sa mère, mais c’est à ses dix-sept ans que le théâtre s’est véritablement imposé à lui. Alors, il arrête l’école et prend des cours d’art dramatique. Dans ce domaine, c’est Ada Lonati qui lui a tout appris, du moins, tout ce qu’il n’a pas appris en jouant, le métier de comédien étant, pour lui, quelque chose qui s'acquiert avec l'expérience.


Acteur polymorphe.

Acteur de formation, Franck Vincent n’a pas qu’une corde à son arc. De spectacles en spectacles, une rencontre amenant l’autre, il s’initie progressivement au chant. En 2001, étant engagé par Belkacem Tatem comme interprète dans la comédie musicale La petite boutique des horreurs de Menken et Ashman, il apprend à chanter d’abord de manière autodidacte, puis en prenant des cours auprès de Yaël Benzaquen. Mais cet acteur polymorphe, comme il aime à se décrire, n’a pas voulu arrêter là son apprentissage des arts de la scène et s’est également mis aux claquettes.


S’il cherche autant à diversifier sa palette artistique, c’est que ce saltimbanque considère le spectacle vivant comme un tout qui n’a pas à être cloisonné en différents genres. « Les acteurs de théâtre devraient aller plus souvent voir des comédies musicales et inversement » commente-t-il, estimant que chacun aurait plus à gagner à adopter une conception large du spectacle plutôt que de chercher à spécifier les disciplines en différentes catégories, comme c’est particulièrement le cas en France.

 

Car c’est bien la scène prise comme un tout, et tout ce qu’elle peut recevoir, qui inspire Franck Vincent. S’il a eu l’occasion de faire un peu de cinéma et de télévision, il avoue s’ennuyer assez vite sur un tournage. Il faut dire qu’il aime par-dessus tout le contact avec le public, cette tension qui émane de la salle et qui fait sentir aux acteurs que le spectateur est actif lui aussi, présent à ce qu’il se passe. « Mais ce contact particulier avec le spectateur a tendance à se perdre », regrette-t-il, « le public devient peu à peu un public de cinéma ou de télévision qui a une attitude plus passive ». Il refuse de s'y résigner.

 

Une approche instinctive de la scène, en quête de justesse et de dosage.

Franck Vincent caractérise son approche de la scène comme instinctive et non intellectuelle. « Ce qu’il faut d’abord, c’est jouer la situation » indique-t-il. « Il faut apprendre le texte, le jouer, puis ensuite on fait le tri avec ce qui vient. D’abord jouer la situation de manière juste, suivant le bon dosage et en fonction des conventions de jeu, puis viennent les sentiments, les émotions, l’histoire du personnage. C’est du moins ce que l’on m’a appris », précise-t-il. Mais c’est aussi en observant les gens qu’il puise l’inspiration de son jeu, les démarches des uns et des autres formant comme des banques de données à partir desquelles il travaille, toujours suivant la bonne mesure. Mais si cette approche instinctive et cette recherche de justesse sont comme un terreau de base, Franck Vincent dit ne pas vraiment avoir de méthode, « encore une fois tout dépend de la situation, du personnage, de la pièce » indique-t-il. Aussi, il reconnaît qu’il peut aussi bien suivre les méthodes de Stanislavski que celles de Jouvet, ce qu’il cherche avant tout, ce n’est autre que la juste tonalité.

 

De l’émotion avant toute chose.

Peu importe la méthode, donc, ce qui compte vraiment pour Franck Vincent, c’est qu’il y ait de l’émotion, c’est que quelque chose de vivant surgisse sur scène et que le spectateur soit touché. Par le théâtre, cet acteur ne cherche pas forcément à délivrer un message, il veut avant tout que le public se fasse plaisir, qu’il rit, qu’il pleure et sorte de la salle le cœur rempli. « Avec Hervé Devolder, c’est ce que l’on a l’impression de faire dans Chance, et c’est un véritable régal », précise-t-il. Dans le rôle du Boss, qu’il interprète en alternance, Franck Vincent a, en effet, l’impression d’apporter aux gens un rayon de soleil, ce qui, par les temps qui courent, n’est pas rien. Il sera sur les planches dans cette comédie musicale jusqu’à la fin du mois de septembre. Entre autres projets à venir, Franck Vincent jouera cet été dans Méditerranée, de Francis Lopez, une pièce qui sera représentée dans le cadre du festival d’opérettes d’Aix-les-bains.

 

Quel est le premier évènement artistiquement marquant de votre vie ?

- J’hésite entre la performance d’Isabelle Adjani dans L'Ecole des femmes, dans le rôle d’Agnès, réalisé par Raymond Rouleau, et celle de Laurence Olivier dans Hamlet. Les deux ont agi sur moi comme une claque.

 

Vous sentez-vous proche de vos maîtres ?

- Oui, je me sens affectivement très proche de celles que je considère vraiment comme mes maîtres : Ada Lonati et Yaël Benzaquen.

 

En quoi aimeriez-vous vous réincarner ?

- En un chêne, pour la tranquillité et la pérennité, parce que c’est un symbole de sagesse.

 

Croyez-vous en l’existence d’un mot, d’un geste, d’un son, d’une image absolu ?

- Je crois au nombre d’or, c’est un signe qu’il y a une juste proportion donnée dans la nature.

 

Quelle dimension tient votre travail dans votre vie ?

- Mon travail occupe une place centrale dans ma vie.

 

Chloé Goudenhooft.

 

Lien vers la critique de Chance :

http://www.artistikrezo.com/theatre/comedie/chance-au-palais-des-glaces.html

Agenda

Vernissages - Paris - Septembre 2017

Vernissages - Paris - Septembre 2017

Septembre 2017

Au mois de septembre, de nombreux lieux (galeries, musées, centres d'art...) organisent des vernissages accessibles à tous. De très belles découvertes en perspective !

Sorties ciné - Septembre 2017

Sorties ciné - Septembre 2017

Septembre 2017

Quels sont les films qui sortent en Juillet dans les salles obscures ? De nombreuses bonnes surprises sont à l'affiche ! Des films pour se faire plaisir, se...

 
Prev Next

Le journal d'une femme de chambre - Les Déchargeurs

Le journal d'une femme de chambre - Les Déchargeurs

Du 3 octobre au 28 octobre 2017 L’habitude agit comme une atténuation, comme une brume sur les objets et sur les êtres.

Les Open du Rire - Apollo Théâtre

Les Open du Rire - Apollo Théâtre

Lundi 25 septembre 2017 Les Open du Rire : Une fois par mois, allez découvrir sur la scène de l’Apollo Théâtre les nouveaux talents du Rire sélectionnés par Rire et Chansons.

You You - Studio Hébertot

You You - Studio Hébertot

Du 7 septembre au 11 novembre 2017 1983. Paris. Une femme venue d’ailleurs fait un discours de remerciements lors de son départ en retraite devant les employés de son entreprise. Un...

Le dernier jour d'un condamné - Studio Hébertot

Le dernier jour d'un condamné - Studio Hébertot

À partir du 29 août 2017 D’un seul coup, le spectateur se trouve propulsé dans la tête du condamné et voit par ses yeux. Le décompte de ce qui lui reste...

Le Feu du Poète - Studio Hébertot

Le Feu du Poète - Studio Hébertot

Du 9 septembre au 30 décembre 2017 Le feu, c’est l’élan, le désir, la passion, l’intensité de la vie qui nous anime ; ce qui est là, partout, dans chaque chose...

Louise Weber dite La Goulue - Théâtre de la Contrescarpe

Louise Weber dite La Goulue - Théâtre de la Contrescarpe

Du 8 octobre 2017 au 31 décembre 2017 Le spectacle musical qui retrace la vie de La Goulue, femme libre, star du Moulin Rouge et égérie de Toulouse Lautrec !

Simone de Beauvoir - Le Castor - La Comédie Saint-Michel

Simone de Beauvoir - Le Castor - La Comédie Saint-Michel

À partir du 23 septembre 2017 Un hymne à la liberté. Brigitte Bladou ressuscite Simone de Beauvoir via un plongeon festif dans le St-Germain-des-Prés de l'après-guerre, en forme de baptême libertaire...

Les Jumelles - Théâtre du Gymnase

Les Jumelles - Théâtre du Gymnase

Du 18 septembre au 18 décembre 2017 Le 1er Spectacle Humoristique Solo joué en Duo... ou l'inverse!Ça y est ! Vous en avez rêvé dans vos fantasmes les plus fous, ces...

La main de Leila - Théâtre des Béliers Parisiens

La main de Leila - Théâtre des Béliers Parisiens

Du 23 septembre au 31 décembre 2017 1987, Sidi Fares, un petit village proche d’Alger.Dans un garage secrètement transformé en salle de spectacle, Samir rejoue les plus grands baisers du cinéma...

En Alerte de Taoufiq Izeddiou - Centre Wallonie-Bruxelles

En Alerte de Taoufiq Izeddiou - Centre Wallonie-Bruxelles

19 octobre 2017 Dans En Alerte, Taoufiq Izeddiou valse entre souvenir et recherche de spiritualité, accompagné des percussions d’un tambour et des vibrations d’une guitare électrique.

Popeck - Même pas mort - Théâtre l'Archipel

Popeck - Même pas mort - Théâtre l'Archipel

À partir du 22 septembre 2017 Ce spectacle est l’occasion de (re)découvrir et de rire sur ses plus grands succès MAIS aussi sur de nouveaux sketches. Popeck, personnage grognon et râleur...

La voix humaine de Jean Cocteau - Théâtre de la Contrescarpe

La voix humaine de Jean Cocteau - Théâtre de la Contrescarpe

Du 18 septembre au 2 janvier 2018 Dans cette mise en scène audacieuse, "La Voix Humaine" révèle, avec subtilité et émotion, les liens secrets du texte avec la vie de Cocteau.

Dieu est mort. Et moi non plus j’me sens pas très bien - Théâtre de la Contrescarpe

Dieu est mort. Et moi non plus j’me sens pas très bien - Théâtre de la Contrescarpe

Du 24 septembre 2017 au dimanche 24 décembre 2017 Entre les Monty Python et Woody Allen, Nietzsche et Coluche, Voltaire et Devos, un spectacle engagé et poétique... Rock'n roll et jubilatoire...

Festival de l’Imaginaire 2017 - 21ème édition

Festival de l’Imaginaire 2017 - 21ème édition

Du 27 septembre au 22 décembre 2017 Ce 21ème Festival de l’Imaginaire marque la passation entre l’ancienne équipe de la Maison des Cultures du Monde, à laquelle nous dédions cette édition, et...

Les Idiots - Théâtre Le Funambule Montmartre

Les Idiots - Théâtre Le Funambule Montmartre

Du 11 septembre au 17 octobre 2017 « Seuls les fous ou les idiots ne changent pas d’avis ». Admettons alors le temps d’une représentation que nous sommes idiots ou fous.