0 Shares 540 Views

Saïgon : nostalgie et déchirures de l’exil

Hélène Kuttner 11 décembre 2017
540 Vues

© Jean Louis Fernandez

Comment parler de l’exil et des traumatismes de la décolonisation ? Comment évoquer ces déchirures, cette mémoire trouée de larmes et de rires, qui est le fruit du croisement d’histoires dans des pays qui se sont mariés un temps, pour divorcer ensuite ?

Dans le restaurant nommé Saïgon, comme 900 autres restaurants en France, Marie-Antoinette, la patronne, joviale et dynamique, mène son monde et sa cuisine avec une énergie communicative. Marie-Antoinette, c’est le nom français d’Anh Tran Nghia, une vietnamienne arrivée en France en 1954. La scène commence par un dîner d’anniversaire, celui organisé par Antoine pour sa mère Lyn, mariée à un soldat français, son père, parti défendre l’Indochine française contre le Viet Minh. Dans ce décor de restaurant de la Porte de Choisy, la scénographe Alice Duchange a reconstitué dans les moindres détails ce qui constitue le parfum exotique de ce genre d’endroit, vaste et accueillant comme une grande famille : les lumières rosées du karaoké, les nappes d’une blancheur éclatante, les fleurs et les bouddhas dans leurs niches, les chaises au métal argenté que l’on peut empiler à l’infini. Face aux spectateurs, à jardin, une vraie cuisine où l’on prépare de vrais rouleaux de printemps.

© Jean Louis Fernandez

Un lieu authentique, abritant des destins mystérieux et uniques et dont nous allons découvrir, au chapître suivant, une autre époque : Saïgon en 1954, lors du retour des Français en métropole, qui deviendra vingt ans plus tard, en 1975, Hô-Chi-Minh-Ville. Même décor, même lumière rosée (Jérémie Papin) et mêmes personnage à quarante ans de distance. Caroline Guiela Nguyen, elle-même fille de « Viet kieu », a écrit ces scènes avec les comédiens et les amateurs qui interprètent leurs personnages dans la pièce. Elle les dirige avec une extrême douceur, de manière naturaliste et cinématographique. Le temps du spectacle est un temps du réel, durant lequel les émotions, les non-dits, les quiproquo et les colères qui surgissent sont terriblement justes. Ce souci du détail, de la justesse d’un dialogue ou d’un costume (Benjamin Moreau) est soutenu par une création musicale très présente et des chansons de Christophe ou de Sylvie Vartan, jouant à fond sur la corde du mélo et de la nostalgie. « Paradoxalement, plus la mémoire que l’on a de l’autre est en péril, plus nous avons besoin de nous souvenir ». Dans ce spectacle, la quête des souvenirs est communicative et les larmes aussi.

Hélène Kuttner

A découvrir sur Artistik Rezo :
 Avignon 17, premier épisode : destins croisés entre Shizuaoka, Paris et Saïgon,
Hélène Kuttner

Articles liés

Fermeture du théâtre Les Feux de la Rampe
Agenda
41 vues
Agenda
41 vues

Fermeture du théâtre Les Feux de la Rampe

Le 15 avril dernier, notre partenaire le théâtre Les Feux de la Rampe a fermé ses portes de manière définitive. C’est avec regret que nous relayons le communiqué de la Direction du théâtre.  “Cher·e·s ami·e·s du théâtre et du spectacle vivant, Il y a ce genre de nouvelles qui ne sont jamais faciles à annoncer. […]

Le Marin à l’ancre – Théâtre Darius Milaud
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

Le Marin à l’ancre – Théâtre Darius Milaud

Les correspondances de voyage de Bernard Giraudeau à son ami Rolland ; Une histoire d’amitié profonde, une escale unique et sensible… La mer désapprend ce que les ports t’apprennent. » Extrait du marin à l’ancre.  « A chaque escale, tu crois être le seul, l’unique amour. A chaque rencontre, tu crois tenir l’éternité par la taille mais elle […]

Complètement Marjo – Théâtre du Gymnase Marie Bell
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

Complètement Marjo – Théâtre du Gymnase Marie Bell

Marjorie Falusi vous livre un défilé de personnages hauts en couleurs, se transformant tour à tour en madone de la télé-réalité, en mamie “sexe drogue et rock’n roll”. Elle incarne aussi un grand gourou, une vraie fausse voyante, ainsi qu’une psy nymphomane et une pseudo racaille. Passant de l’un à l’autre Marjorie Falusi devient ” […]