0 Shares 151 Views

« Stadium » fait entrer le foot au théâtre

1 octobre 2017
151 Vues
stadium

Stadium

Performance documentaire de Mohamed El Khatib

Avec 53 supporters du Racing Club de Lens

Jusqu’au 7 octobre 2017

Du mardi au samedi à 20h30

Tarifs : de 15 à 30 euros

Réservation en ligne ou par tél. au 01 44 62 52 52

Durée : 1h45

La Colline avec le Théâtre de la Ville et le Festival d’Automne 
15 rue Malte-Brun
75020 Paris
M° Gambetta

www.colline.fr

1web600Jusqu’au 7 octobre 2017, puis à Saint-Germain-en-Laye, Chelles, Tremblay-en-France, Colombes, Beauvais etc

Au Théâtre de la Colline, Mohamed El Khatib, fan de foot, a invité 53 supporters du RC Lens à partager avec le public leur passion inconditionnelle et leur amour pour le Stade de Lens et leur équipe. Dans cette région du Nord de la France délaissée par les politiques, seuls le football et la vie qui tourne autour créent du lien social, de l’amour et de l’espérance. Un spectacle enthousiasmant, produit avec le Théâtre de la Ville et le Festival d’Automne, qui rapproche deux mondes que tout oppose, le théâtre et le foot.

245Baraque à frites et pom-pom girls

On n’est pas obligé d’aimer le football pour aller découvrir le réjouissant Stadium de Mohamed El Khatib qui se joue encore une semaine au Théâtre de la Colline avant de tourner dans toute la France. Ce qui s’y passe durant la représentation de ce moment unique réconcilie les amateurs d’un théâtre populaire, sincère, intelligent et terriblement en phase avec notre époque. Le fruit de trois ans de travail et d’entretiens menés avec les supporters du RC Club de Lens, la force de conviction du metteur en scène et son ouverture aux autres ont permis à ces jeunes, moins jeunes, grand-mère octogénaire de dix enfants, chômeurs ou marginaux reconvertis dans le foot de venir témoigner, micro en main, maillot sur le dos, devant nous. Entre une baraque à frites ouverte et grouillante de monde à l’entracte et un promontoire mobile de gradins, ils vont venir nous expliquer leur amour du foot.

STADIUM cr Pascal Victor-ArtcomPress 9Vidéos et folklore rouge et or

Au delà d’une reconstitution imagée et fictive, au delà du mythe du sport comme spectacle collectif et festif, « Stadium » met en scène des fils ou petits fils de mineurs et d’ouvriers dans cette région du Nord de la France frappée de plein fouet, il y a trente ans, pas la fermeture des usines de textile ou les mines de charbon. Des populations entières de villes et de villages qui se sont retrouvées sans présent ni avenir, et que les politiques, tous bords confondus, ont abandonnées. Dès lors, on ne peut qu’être ému, bouleversé de les entendre chanter « Les corons » de Pierre Bachelet à la mi-temps d’un match du Stade Bollaert, de voir des familles entières, à trente, brandissant bannières et drapeaux rouge et or du Club lensois, glorieux tenant du titre en Ligue 1 en 1998. Depuis, et même si Lens piétine en Ligue 2, les coeurs sont toujours bien battants.

STADIUM cr Pascal Victor-ArtcomPress 12Le foot comme remède aux maux de la vie

« Avec le foot, on oublie tout ». La présence de Mohamed El Khatib, faux candide qui tel un journaliste-sociologue cherche à déstabiliser ses interlocuteurs sans jamais les mépriser, est un cadre rassurant et fraternel. Jonathan, le « capo » chef de tribune, a tout abandonné, études et mariage, pour guider ses ouailles et mettre de l’ambiance dans les tribunes. De la violence ? Du hooliganisme ? C’est faux, répondent le seul maire encore communiste de la région, ainsi que tous les « ultras » de l’équipe de Lens. On vibre, on mange, on boit, on chante, on enfante pour le RC de Lens, les grands mère tricotent et cousent des drapeaux et écharpes, et les matchs sont des moments de communion collective qui permettent de rêver, d’espérer, de vibre et d’aimer en oubliant un quotidien plus gris que rose. Le Front National grignote déjà à 45% l’électorat de la région, mais les Lensois et les supporters préfèrent l’oublier et se reconnaissent avant tout dans une passion collective du jeu et de la fête, sans rien attendre du gouvernement actuel. Sur scène et dans le hall du théâtre, trompettistes et pom-pom girls, aussi ravissantes que sexy, poursuivent la fête en musique et en chansons, avec le public déchaîné qui chante en coeur. Un moment de fraternité unique dans ce monde parisien protégé du théâtre.

Hélène Kuttner

[Crédits Photos : © Pascal Victor]

Articles liés

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell
Spectacle
239 vues
Spectacle
239 vues

« La maladie de la mort » : Marguerite Duras vue par Katie Mitchell

Voici peut-être le texte le plus énigmatique, le plus dérangeant de Marguerite Duras, une exploration de l’amour, du sexe, de la vie et de la mort entre un homme et une femme. Metteur en scène mondialement connue, Katie Mitchell monte le texte avec des caméras qui fouillent l’intimité, Irène Jacob en narratrice et Laetitia Dosch […]

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino
Agenda
43 vues
Agenda
43 vues

Le Grand Prix du Festival d’humour de Paris – Bobino

Pour clôturer sa troisième édition, le festival d’humour de Paris vous offre la crème de la crème des humoristes de demain sur la scène de Bobino. Venez assister à l’éclosion des plus grands talents de demain, et participer à une aventure humoristique unique ! Après avoir parcouru les Festivals, les Comedy club, Avignon et les scènes […]

Nourritures – Café de la Danse
Agenda
40 vues
Agenda
40 vues

Nourritures – Café de la Danse

Après son succès au Tarmac le 9 décembre dernier, NOURRITURES de la chorégraphe Marie Perruchet (Cie Body Double) sera joué 2 soirs au Café de la Danse les 26 et 27 janvier 2018. Les Nourritures Terrestres est un oeuvre de jeunesse d’André Gide publiée en 1887. Œuvre hybride, il s’agit d’un roman-poème qui mêle souvenirs des voyages méditerranéens, récits d’expériences […]