0 Shares 729 Views

Anaïd Demir – Le dernier jour de Jean-Michel Basquiat

4 octobre 2010
729 Vues
dernier_jour_de_jean_michel_basquiat_-_anaid_demir

dernier_jour_de_jean_michel_basquiat_-_anaid_demir::

Puis, le 12 août 1988, il y a Jean-Michel Basquiat, le peintre Noir Américain le plus couru du monde de l’art, retrouvé mort dans son loft new yorkais à 27 ans, alors qu’il est à l’apogée de sa carrière. Entre les deux, dix années d’une fulgurante carrière se sont écoulées. Sur fond d’héroïne, de rythmes jazzy et de love-stories, d’art et de célébrité, une plongée dans le New York mythique des Eighties, entre la Factory Warholienne, le Studio 54 et le Mudd Club. Au cours de cette fatale promenade qui s’étale sur 13 chapitres, nous effectuons un voyage chaotique dans le mental de l’artiste.

Un récit qui retrace la dernière journée de Jean-Michel Basquiat où l’auteure redessine les points clés de l’itinéraire de cet enfant gâté de l’art dont l’oeuvre a marqué à jamais les années 80.

Le créateur de mode et artiste Jean-Charles de Castelbajac était un proche de Jean-Michel Basquiat et l’un des premiers à avoir acheté ses oeuvres. La dernière fête de vernissage (exposition personnelle à la Galerie Yvon Lambert, 1988) à Paris avait eu lieu chez lui. En souvenir de cette amitié, Jean-Charles de Castelbajac a spécialement réalisé le portrait de couverture du livre.

L’exposition

Après la Fondation Beyeler en juin, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris présente pour la première fois en France, une rétrospective de Jean-Michel Basquiat du 15 octobre 2010 au 30 janvier 2011.

Né à New York en 1960, l’artiste aurait eu cinquante ans cette année.

anaid_demirSon inspiration est au départ celle de la rue (enfants, graffitis, pauvreté) ; il se passionne ensuite pour les squelettes et les masques qui expriment son obsession de la mort. Il introduit dans ses oeuvres les codes de la publicité, de la BD et également des signes du jazz et du rap. Il se lance ensuite dans la représentation de personnages noirs historiques ou contemporains, lui permettant par ce biais de combattre toute forme de ségrégation et de discrimination.

C’est un des artistes les plus chers du marché de l’art contemporain, le record actuel pour la vente aux enchères d’un Basquiat est de 14,6 millions de dollars pour ”Untitled” qui s’est vendu à Sotheby’s en 2009.

L’auteure

Journaliste, critique d’art et commissaire d’exposition, Anaïd Demir écrit pour des catalogues d’art et a collaboré à de nombreuses publications dans la presse artistique (Le Journal des Arts, Art Newspaper, Beaux-Arts Magazine, L’oeil, Photo…) ou généraliste (L’Évènement du Jeudi, Le Monde 2, Jalouse, GQ). Elle a également été journaliste pour Radio Nova et Direct 8. Elle est co-auteur de l’unique monographie du cinéaste Coréen Kim Ki-Duk (Editions Dis-Voir, Paris, 2006).

Lire aussi sur Artistik Rezo:
la signature d’Anaïd Demir au Musée d’Art moderne

Le dernier jour de Jean-Michel Basquiat

Un roman d’Anaïd Demir
190 pages // 12 €

Sortie le 8 octobre 2010

www.anabet.com

[Visuel : © Giasco Bertoli, 2010]

 

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
253 vues
Cinéma
253 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
401 vues
Cinéma
401 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...