0 Shares 301 Views

“Artéfacts”, une nouvelle exposition des MonkeyBird à la Cohle Gallery

23 octobre 2020
301 Vues

La Cohle Gallery, anciennement connue sous le nom de Happy Gallery, est une galerie d’art urbain et contemporain fondée en 2016. Durant les trois premières années, son activité était principalement en ligne, agrémentée de “pop-up shows” collectifs pour présenter de nouveaux artistes français et internationaux avant que leur travail ne soit mis sur le site de la galerie.

Pour le collectif des MonkeyBird, le nom de cette exposition “Artéfacts” est lié à l’idée d’un objet reliquaire et porteur de mémoire. En étudiant ce mot, on constate que sa signification est complexe et son usage pluriel, presque contradictoire. Selon son domaine d’emploi, il peut aussi bien définir un produit ayant subi une transformation par l’homme, qu’une erreur ou un effet indésirable.
L’étymologie d’un artéfact est un effet (du latin factum) artificiel (ars, artis). Le terme désigne à l’origine un phénomène créé de toutes pièces par les conditions expérimentales. En tant qu’objet fabriqué, l’artéfact regroupe les ustensiles, les bâtiments et les œuvres d’art. Cette principale signification rend compte de l’ouvrage de Monkeybird. En tant qu’artistes et artisans, ils utilisent leurs outils pour imiter la nature. Ces transformations sont indépendantes de tout phénomène naturel, mais en sont également le reflet, passé au travers du prisme des modes de représentation humains et de l’ouvrage de la main.
Si le choix de ce terme tenait à cœur aux artistes, c’est avant tout pour sa raisonnante dans le dialecte archéologique. Dans ce domaine, les artéfacts constituent un ensemble de mobiliers formant ce qu’on appelle un “contexte archéologique”. Le mobilier se compose des objets fabriqués par l’homme, et de prélèvements qui peuvent relever de l’environnement ou résulter d’activités humaines.
Pour Monkeybird, ce n’est plus la mémoire des vainqueurs de la guerre qui perdure, mais celle des femmes et des hommes qui ont subsisté au gré des saisons dans la persévérance, la cohésion et l’humilité. Les fragments d’outils, les sols travaillés et les stigmates dans les roches communiquent dans un langage commun, offrant aux générations futures une grille de lecture et le panorama d’une civilisation qui se délivre des préjugés. Les deux artistes nous amènent alors à nous questionner sur notre génération et ce qu’elle laissera à son tour. Si quelqu’un un jour étudie notre strate géologique, cette dernière révélera sans doute un amas d’artéfacts dans toute leur complexité sémantique, entre “reliques”, “artifices” et “erreurs”.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Les Swinging Poules au Théâtre de l’Archipel
Agenda
173 vues

Les Swinging Poules au Théâtre de l’Archipel

Les Swinging Poules revisitent les chansons populaires avec humour et un grain de folie ! Accompagnées de leur pianiste aux doigts d’or, elles font swinguer des chansons des années 50 et 60, mais aussi quelques tubes plus récents, et...

La chanteuse belge Heeka nous dévoile son premier EP : “Black Dust”
Agenda
132 vues

La chanteuse belge Heeka nous dévoile son premier EP : “Black Dust”

Ce vendredi 27 novembre, l’ancienne voltigeuse Heeka nous dévoile son premier EP Black Dust en version numérique, sur le label Koala Records, ainsi qu’en version physique, en distribution indépendante. L’univers d’Heeka oscille entre une folk très intimiste et un...

“Tous à table”, le nouveau titre de Leys
Agenda
149 vues

“Tous à table”, le nouveau titre de Leys

Après avoir obtenu le prix du jury des Inouïs du Printemps de Bourges 2020, la rappeuse aux 1001 freestyles dévoile son nouveau son “Tous à table” en attendant de livrer son premier EP. Maîtrisant flow et textes avec un...