0 Shares 217 Views

Barry McGee expose “Fuzz Gathering” à la galerie Perrotin jusqu’au 18 décembre

9 novembre 2021
217 Vues

Barry McGee, Untitled, 2021. Acrylic, gouache and aerosol on panel ; 16 elements, 182.2 x 106 cm | 71 3/4 x 41 3/4 inch. Painting. Courtesy of the artist, Perrotin, and Ratio 3, San Francisco.

La Galerie Perrotin présente une nouvelle exposition d’œuvres de l’artiste américain Barry McGee, sa troisième exposition personnelle en lien avec la galerie, et la première à Paris. En utilisant une gamme ludique de médias, l’artiste partage son observation franche et perspicace de la société moderne et son dévouement continu à reconnaître et à soutenir les communautés marginalisées.

Barry McGee maitrise l’art du retournement, qui lui vient sûrement de son pseudonyme TWIST devenu légendaire dans la rue. En atelier, il puise dans le graffiti qu’il envisage non pas dans sa simple forme plastique mais comme une expérience, une matière, un souvenir, une attitude, une communauté clandestine. Dedans dehors, la peinture de Barry McGee est alors une dérive situationniste dans les villes anesthésiées. Des villes privatisées où se démultiplient des structures et des architectures hostiles aux vies errantes, aux vertiges des skateurs, aux pigeons et à toutes autres sources potentielles de désordre.

Icône malgré lui de la scène Californienne, exposé légalement ou illégalement dans la rue, dans des espaces alternatifs ou dans des institutions, Barry McGee déploie toujours sa peinture à l’échelle démesurée du paysage de la ville. De la photographie à la sculpture en passant par le dessin, la performance, la vidéo, la récupération, l’utilisation d’archives, l’édition de fanzines, l’artiste manipule différents médiums envisagés sans aucune hiérarchie, mais toujours à la manière d’un peintre qui explore, documente et manipule la mémoire urbaine.

“Ce que j’aime dans la pratique du graffiti, c’est que personne ne sait qui je suis. C’est la sensation de pure liberté. Il suffit que je change mon nom, et personne n’aurai rien à foutre de mon tag. Le graffiti, c’est la dernière chose que je puisse faire sans que personne ne puisse se l’approprier.”— Barry McGee dans Beaux-Arts Magazine

Si sa peinture est aussi traversée par des figures asiatiques, et si elle se déploie souvent violemment sur des voitures et camions retournés, il faut creuser dans l’histoire familiale. Pour le contexte, Barry McGee est né en 1966 à San Francisco, d’une mère Sino-Américaine, secrétaire, et d’un père Irlando-Américain, ouvrier spécialisé en réparation et customisation de carrosserie. Un père qui dessinait compulsivement au stylo bic sur des serviettes de café. Des compositions toujours intégrées dans les exposi- tions de Barry McGee et qui sont à l’origine de ses dessins de visages aux reflets poilus hantés par la chevelure et la barbe d’un SDF croisé dans la rue.

La colère de Barry McGee est sourde mais continue. Une colère calme, aux couleurs noire et rouge des peintures de l’artiste. Une peinture qui, à défaut de pouvoir renverser le système, se propage à la manière des ter- mites. Rongeant les structures de dominations, ainsi est la peinture de Barry McGee : une morsure silencieuse qui en appelle d’autres.

Texte écrit par Hugo Vitrani

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”
Musique
190 vues

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”

Skip The Use revient avec un nouveau single Human Disorder ! Après deux ans d’absence due à la crise sanitaire, le groupe annonce un nouvel album. Le chanteur Mat Bastard nous parle de Skip post-confinement et leurs futurs projets....

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14
Agenda
71 vues

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14

Une vie d’amour résumée en une heure de trajet en train : voici le pari, poétique et romantique, de Nos paysages mineurs, dernière création de Marc Lainé. Dans cette pièce elliptique aux accents cinématographiques que l’on contemple à travers les...

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret
Agenda
77 vues

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret

Une épouse téméraire se travestit afin d’être engagée comme geôlier dans une prison et de secourir son mari, injustement détenu : l’histoire de Léonore, inspirée du roman français de Jean Nicolas Bouilly, nous est bien connue grâce à l’unique...