0 Shares 717 Views

Berthe Weill (1865-1951) – La Petite galeriste des grands artistes

9 décembre 2011
717 Vues
Berthe Weill (1865-1951) - La petite galeriste des grands artistes

Malgré son rôle considérable dans l’avènement de la peinture moderne, Berthe Weill demeure complètement inconnue et son histoire encore inédite. Elle a pourtant été la première femme à devenir galeriste quand elle a ouvert une minuscule boutique à Montmartre en 1901 où manquant de place, elle accrochait les toiles encore humides par des pinces à linge à des fils tendus à travers sa boutique. Paris était alors le centre d’un bouillonnement artistique sans précédent dans lequel Berthe Weill, douée d’un talent de sourcier pour reconnaître les meilleurs, est devenue la représentante de toute l’avant-garde.

Berthe Weill s’est ainsi rapidement imposée comme une actrice majeure de l’Art malgré un contexte antisémite et hostile aux femmes. Première à vendre les œuvres de Picasso à Paris, elle découvre les Fauves avant le Salon d’Automne de 1905 et propose très tôt les prémices du mouvement cubiste. Durant trente-huit années de carrière, elle a soutenu les débuts de tous les tenants de la modernité en devenant la première marchande de Bonnard, Braque, Derain, Dufy, Léger, Maillol, Matisse, Modigliani, Picasso et de nombreux autres encore.

La Galerie B.Weill était la seule dès son ouverture et durant un quart de siècle à présenter les artistes sur un pied d’égalité quel que soit leur sexe, offrant enfin une légitimité au talent des femmes peintres malgré la misogynie endémique au milieu culturel. Cette première biographie restitue une manière unique de vivre l’Art en relation privilégiée avec leurs auteurs, une haute considération du métier de marchand de tableaux et de la pédagogie inhérente à cette fonction. C’est aussi un volet plus personnel présentant une femme d’origine modeste juive qui traverse vivante les deux guerres mondiales en changeant l’Histoire par la seule revendication de son indépendance.

Marianne Le Morvan est âgée de 26 ans. Historienne de l’Art diplômée de la Sorbonne et forte d’un parcours au sein de différentes institutions parisiennes consacrées à l’Art contemporain, elle est la première à s’être intéressée au rôle oublié de Berthe Weill. L’auteur œuvre à la réhabilitation du travail de la galeriste par de multiples actions et a d’ores et déjà apporté son expertise à l’élaboration de catalogues raisonnés d’artistes exposés à la Galerie B.Weill.   

La Ville de Paris rendra prochainement hommage à Berthe Weill par la pose d’une plaque commémorative sur l’immeuble anciennement occupé par la Galerie B.Weill en symbole de sa réhabilitation. Cette initiative a reçu les encouragements du Ministère de la culture et de la communication ainsi que le soutien de Christophe Girard, Adjoint au Maire de Paris chargé de la culture ; à découvrir sur le site : www.bertheweill.fr

Berthe Weill (1865-1951)La Petite galeriste des grands artistes

Marianne Le Morvan

Ed. L’Ecarlate

ISBN : 978-2-296-56097-0

Tarif : 22 euros

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
243 vues
Cinéma
243 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...