0 Shares 204 Views

Camille Velluet et Maya Vidgrain initient “Forma” ! Une première performance sera réalisée par Pauline Lavogez le jeudi 2 décembre

24 novembre 2021
204 Vues

Pauline Lavogez, "Ni regret ni oubli" © Siam Coudrais

Guidées par l’envie commune de mettre en avant le format performatif dans un cadre dédié, Camille Velluet et Maya Vidgrain initieront, le jeudi 2 décembre, une série de soirées performatives itinérantes, consacrées chaque fois au travail d’un·e artiste et rassemblées sous la forme de cycles thématiques.

Ce tout premier cycle, forma [01], inauguré par l’artiste Pauline Lavogez avec une performance solo de 45 minutes intitulée “Ni regret ni oubli”, questionnera le corps et ses limites, physiques, sociales et mentales.

Les mots de Camille Velluet, au sujet de Pauline Lavogez: “Ce à quoi se mesure Pauline Lavogez n’a pas de forme à proprement parler. C’est un poids assommant qui la pousse à terre, une force abstraite qui déforme son corps, un sentiment insaisissable qui la dévore et provoque en elle déséquilibres et soubresauts incontrôlés. Plusieurs états transitent et se superposent en elle. Tôt ou tard victime, séductrice, combattante, c’est l’ambiguïté qui domine. Dans cette performance chorégraphiée, on cerne avec difficulté les causes de cette transe qui pousse l’artiste à s’échapper d’elle-même pour muter en une créature androgyne et impétueuse. Reprenant des codes stéréotypés – de la puissance prétendument virile à la sensualité la plus assumée – elle se meut dans une forme de dépouillement qui ne laisse plus entendre que le martèlement de son corps contre lui-même. Par cette lutte intérieure rendue publique, Pauline Lavogez interroge les notions de faiblesse et de puissance, d’emprise et de résistance.”

Pauline Lavogez (1991, vit et travaille à Montpellier) est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2015 et suit actuellement un Master en recherche chorégraphique à l’Institut Chorégraphique International, CCN, Montpellier. Sa pratique artistique interroge le sensible sous toutes ses formes à travers des pièces hybrides au sein desquelles processus performatif et vidéo sont
intimement liés. Pauline Lavogez explore les promesses du corps, entre attrait et domination. De la complexité d’être ensemble ou de se détacher de l’autre, elle performe, met en image les rapprochements, frottements et mouvements des corps, souvent nus, désirés et désirants de se réinventer. En milieu urbain ou naturel, oscillant entre lenteur et violence, l’artiste capte des souvenirs intimes ainsi que des gestes qui nous échappent malgré nous.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”
Musique
194 vues

Mat Bastard : “C’est le disque le plus complet et le plus abouti. Il nous permettra d’aller encore plus loin sur scène”

Skip The Use revient avec un nouveau single Human Disorder ! Après deux ans d’absence due à la crise sanitaire, le groupe annonce un nouvel album. Le chanteur Mat Bastard nous parle de Skip post-confinement et leurs futurs projets....

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14
Agenda
71 vues

“Nos paysages mineurs”, entre théâtre et cinéma au Théâtre 14

Une vie d’amour résumée en une heure de trajet en train : voici le pari, poétique et romantique, de Nos paysages mineurs, dernière création de Marc Lainé. Dans cette pièce elliptique aux accents cinématographiques que l’on contemple à travers les...

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret
Agenda
77 vues

Découvrez l’opéra “L’amor conjugale” à Levallois-Perret

Une épouse téméraire se travestit afin d’être engagée comme geôlier dans une prison et de secourir son mari, injustement détenu : l’histoire de Léonore, inspirée du roman français de Jean Nicolas Bouilly, nous est bien connue grâce à l’unique...