0 Shares 343 Views

Conférences Dérapantes : Penser l’animal au théâtre de la Reine Blanche le 29 septembre

21 septembre 2020
343 Vues

Alors que le devenir de notre espèce se fait incertain, il est grand temps de réinterroger nos relations au vivant. Pourtant, entre torrents d’information et discours figés, comment mettre en mouvement nos savoirs sur l’animalité ? Ne faudrait-il pas créer du sensible, de l’in situ et de l’immédiat ?

D’où cette invitation de La Reine Blanche à la compagnie du Singe Debout et à la revue Billebaude (Fondation François Sommer, Glénat) associée au musée de la Chasse et de la Nature. Rassembler, le moment de trois spectacles, sciences sociales et théâtre performatif pour repenser la frontière entre l’humain et l’animal.

Avec la volonté d’associer et d’entrechoquer des disciplines différentes en des spectacles indisciplinés. Bref, faire déraper le modèle traditionnel de la conférence pour explorer l’animalité en nous.

Penser l’animal avec Vinciane Despret, philosophe et psychologue à l’Université de Liège.

À propos de la compagnie du Singe Debout

Au delà de ses spectacles théâtrales, la compagnie du Singe debout, en la personne de la comédienne et metteur en scène Jade Duviquet et de l’incroyable comédien performer zoomorphe Cyril Casmèze (également brillant intérprète au cirque PLUME), organisent depuis quelques années des cycles de conférences “Dérapantes” et néanmoins presque sérieuses.
Ils ont aussi à leur actif une série de performances adaptables au lieux et aux thématiques autour du rapport homme animal écologie. Ils travaillent en collaboration avec le Musée de la Chasse et de la Nature à Paris, ils ont participé à plusieurs Nuits Européennes des Musées; au Muséum Nationale d’histoire Naturelle, au Musée de la préhistoire de Nemours, au pôle internationale de la préhistoire aux Eyzies de Tayac, au Musée d’art moderne de saint Etienne etc… Leurs performances sont produites en France et à l’étranger.
Les thématiques abordées par la compagnie sont assez étendues, la question du rapport homme animal, mais plus largement notre rapport au vivant, aux origines et à nos rapports inter vivants sur cette terre finalement, questionnements ontologiques et écologiques.

Prochaines Conférences Dérapantes :

  • Fauve, le 19 novembre à 20h45 avec l’anthropologue Nastassja Martin.
  • L’Ours à bras le corps, le 17 décembre à 20h45 avec Pierre-Olivier Dittmar, historien EHESS.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
51 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
51 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
62 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...