0 Shares 2637 Views

Dictionnaire des Films français pornographiques & érotiques

3 juin 2011
2637 Vues
Dictionnaire des Films français pornographiques et érotiques

Se côtoient ainsi des films aussi variés que L’Age d’or de Luis Buñuel, Jeunes Bourgeoises branchées sodomie d’Alain Payet, Une Sale histoire de Jean Eustache, Belle Salope de 30 ans de Michel Berkowitch ou Choses secrètes de Jean-Claude Brisseau…

Le saviez-vous ?

  • Le Cercle rouge de Melville n’est pas le dernier film tourné par Bourvil, mais c’est Clodo et les vicieuses, sorti en 1975 avec de nombreux inserts hard.
  • Robert Leray, le vigoureux septuagénaire des Hôtesses du sexe, de Langues cochonnes et de tant d’autres titres, était la doublure lumière de Jean Gabin. Lequel se priva de ses services quand il apprit ses activités pornographiques.
  • Michel Leeb a débuté à l’écran dans un porno soft de 1972, Godefinger ou certaines chattes n’aiment pas le mou, dans lequel il faisait une imitation de Jerry Lewis.
  • Bruno Nuytten est crédité à la photographie des Acharnées du sexe et des Pétroleuses du sexe, deux pornos obscurs de 1973.
  • En 1975, un film porno, L’Essayeuse de Serge Korber, sortit sur les écrans avant d’être condamné à la destruction pour outrage aux bonnes moeurs.
  • La B.O. du porno Candice Candy de Pierre Unia, tourné en 1975, est signée Laurent Voulzy au générique.
  • Marcel Dalio s’amusa beaucoup dans quelques comédies érotiques comme La Chatte sur un doigt brûlant de Cyrille Chardon.
  • Adolescence pervertie, de José Benazeraf, bénéficie de la participation involontaire de Georges Séguy, en meeting de la CGT.
  • Le syndicat CGT des opérateurs et techniciens de l’exploitation cinématographique envoyèrent une lettre de plainte au CNC, au sujet du film L’Ouvreuse n’a pas de culotte, sous le prétexte que le film était « insultant et dégradant à l’égard du personnel [des salles de cinéma] ».
  • Les Jouisseuses, l’un des premiers pornos français tournés en 1974, est classé dans les 50 premiers titres du box-office, avec 2’269’413 entrées (chiffres arrêtés en 2010).
  • Le vieux libertin débauché du porno Le Nain assoiffé de perversité était un évêque défroqué d’origine bretonne.
  • Dans le porno Hurlements d’extase, Benazeraf fait dire à Brigitte Lahaie, propriétaire d’une luxueuse villa : « Feu Clavel, Glucksmann en 74, ils ont retourné leur vestes après les présidentielles. Et maintenant, ils se rendent compte que ce n’est pas la société moderne mais le marxisme qui est cause de tous nos maux ! »

Rendez-vous à la Cinémathèque française samedi 11 juin avec toute l’équipe de cette grande épopée  pour la grand’messe du Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques. Une Carte blanche forcément mémorable, assurément garnie en incunables.


Dictionnaire des Films français pornographiques & érotiques – 16 et 35 mm

Sld de Christophe Bier, spécialiste des marges, Ancien assistant réalisateur de Jean-Pierre Mocky, chroniqueur dans l’émission «  Mauvais genres » sur France Culture et des films X sur le site de VOD, FILMOTV, réalisateur pour CINECINEMA de documentaires (La série B allemande, Les nains au cinéma, Daniel Emilfork)

Participation de 28 critiques et historiens du cinéma : Grégory Alexandre, Edgard Baltzer, Daniel Brémaud, Christophe Bier, François Cognard, Serène Delmas, Maxime Delux, Denis Duicq, Gilles Esposito, Dominique Forma, Pierre-Arnaud Jonard, Hervé Joseph Lebrun, Emmanuel Levaufre, Armel de Lorme, Italo Manzi, Patrick Meunier, Alain Minard, Francis Moury, Britt Nini, Jean-François Rauger, Frédéric Thibaut et Jacques Zimmer, ainsi que quelques contributions de François Angelier, Pierre Bourdy, Frédérick Durand, Shige Gonzalvez, Bernard Joubert et Herbert P. Mathese.

L’ouvrage a reçu l’aide du CNL, du CNC, des Archives françaises du film, de la Cinémathèque française, de la Cinémathèque de Toulouse et de nombreux collectionneurs privés.

Format : 18,5 x 24,5 cm
Pagination : 1224 pages
Relié, couverture cartonnée pelliculage brillant, signet
ISBN : 978-2-36320-001-3

Parution : mai 2011

Prix de vente : 89 euros

Articles liés

Qui a tué Sara ? La nouvelle série Netflix à binge-watcher
Cinéma
71 vues

Qui a tué Sara ? La nouvelle série Netflix à binge-watcher

Entre suspense, drames et rebondissements, Qui a tué Sara ? est le nouveau thriller captivant mexicain qui cartonne sur Netflix et dont tout le monde parle. Sortie le 24 mars dernier, la série est toujours en tête du top...

MPablo : “J’aime définir mon univers musical par l’expression spleen urbain”
Musique
65 vues

MPablo : “J’aime définir mon univers musical par l’expression spleen urbain”

Artistik Rezo part à la rencontre de MPablo, récemment présenté par la scène musicale Les Cuizines. MPablo, comment définirais-tu le style de ta musique ? J’aime définir mon univers musical par l’expression “spleen urbain”. Ce sont deux mots qui cristallisent...

La Seine Musicale lance #RetourAuLive
Agenda
86 vues

La Seine Musicale lance #RetourAuLive

Le 13 mars 2020, La Seine Musicale fermait temporairement ses portes, laissant place aux reports et aux annulations de ses concerts. Un an plus tard, l’envie de retrouver le public et de rappeler que les émotions se vivent ensemble, en live,...