0 Shares 296 Views

Dominique Fury – Fury, electric lady – galerie Caplain-Matignon

27 septembre 2012
296 Vues
Dominique Fury - Fury, electric lady - galerie Caplain-Matignon

Chez Dominique Fury, ne cherchez pas la toile classique du peintre, ellen’aime que les supports textiles qu’elle choisit en guise de pinceaux et de couleurs : le cuir, le skaï, le caoutchouc, la soie, le voile (qui a la transparence d’un lavis), la fourrure. Et ce pelage délicat, protégé par un plexiglas, offre d’étranges sensations car lorsque l’on passe la main, les poils se dressent, se couchent, s’épanouissent sous la caresse. La sculpture tactile devient interactive. Sur une surface horizontale ou sur un mur, l’effet est saisissant.

Après la « table bleue » de Klein, celle, toute verte, de Dominique Fury nous emporte au coeur d’un design qui oscille entre le naturel (l’herbe se couche sous le vent) et le virtuel.

Au fil des oeuvres de Dominique Fury, se distingue une silhouette féminine au type asiatique, véritable avatar de l’artiste. Elle lui confère une attitude évolutive d’amazone, de guerrière, de femme vénale, soumise à ses désirs de luxe ou de jeune fille innocente et nue dans le jardin originel. Ces icones apparaissent comme dans un jeu vidéo, transparentes et sublimes sérigraphies sur fonds de matières textiles harmonisées.

Dans le chaos actuel, Dominique Fury met en forme sa vision sur le monde. De simples emballages plastiques, symbole de la pollution des mers, deviennent sous ses mains des créatures hybrides et fascinantes : séduisantes méduses ondulant dans un aquarium… La pensée philosophique se mêle à la rêverie poétique.

« Je capte le monde, je le Métamorphoses »

Toujours en recherche, Dominique Fury n’a de cesse d’inventorier de nouvelles pistes de sensations où s’affrontent et s’embrassent le présent et le futur, le réel et la fiction, le naturel et le virtuel. Exposée dans le monde entier, dans les collections privées et publiques de la Ville de Paris, du Musée Rimbaud, Seita, Agnès B, Georges Guilbaud, de Cornette de St Cyr, Saatchi… Cette artiste au parcours riche n’en finit pas de nous faire chavirer au coeur d’un environnement d’une beauté aussi plastique que cybernétique.

Dominique Fury – Fury, electric lady

Du 26 septembre au 6 novembre 2012
Du mardi au samedi, de 14h30 à 19h et sur rdv

Vernissage le mercredi 27 septembre 2012 de 18h à 21h

Galerie Caplain-Matignon
29 avenue matignon 
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, St-Philippe du Roule ou Miromesnil

galeriecaplain-matignon.com

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
63 vues
Spectacle
63 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
31 vues
Agenda
31 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....