0 Shares 1118 Views

Dominique Fury – Fury, electric lady – galerie Caplain-Matignon

27 septembre 2012
1118 Vues
Dominique Fury - Fury, electric lady - galerie Caplain-Matignon

Chez Dominique Fury, ne cherchez pas la toile classique du peintre, ellen’aime que les supports textiles qu’elle choisit en guise de pinceaux et de couleurs : le cuir, le skaï, le caoutchouc, la soie, le voile (qui a la transparence d’un lavis), la fourrure. Et ce pelage délicat, protégé par un plexiglas, offre d’étranges sensations car lorsque l’on passe la main, les poils se dressent, se couchent, s’épanouissent sous la caresse. La sculpture tactile devient interactive. Sur une surface horizontale ou sur un mur, l’effet est saisissant.

Après la « table bleue » de Klein, celle, toute verte, de Dominique Fury nous emporte au coeur d’un design qui oscille entre le naturel (l’herbe se couche sous le vent) et le virtuel.

Au fil des oeuvres de Dominique Fury, se distingue une silhouette féminine au type asiatique, véritable avatar de l’artiste. Elle lui confère une attitude évolutive d’amazone, de guerrière, de femme vénale, soumise à ses désirs de luxe ou de jeune fille innocente et nue dans le jardin originel. Ces icones apparaissent comme dans un jeu vidéo, transparentes et sublimes sérigraphies sur fonds de matières textiles harmonisées.

Dans le chaos actuel, Dominique Fury met en forme sa vision sur le monde. De simples emballages plastiques, symbole de la pollution des mers, deviennent sous ses mains des créatures hybrides et fascinantes : séduisantes méduses ondulant dans un aquarium… La pensée philosophique se mêle à la rêverie poétique.

« Je capte le monde, je le Métamorphoses »

Toujours en recherche, Dominique Fury n’a de cesse d’inventorier de nouvelles pistes de sensations où s’affrontent et s’embrassent le présent et le futur, le réel et la fiction, le naturel et le virtuel. Exposée dans le monde entier, dans les collections privées et publiques de la Ville de Paris, du Musée Rimbaud, Seita, Agnès B, Georges Guilbaud, de Cornette de St Cyr, Saatchi… Cette artiste au parcours riche n’en finit pas de nous faire chavirer au coeur d’un environnement d’une beauté aussi plastique que cybernétique.

Dominique Fury – Fury, electric lady

Du 26 septembre au 6 novembre 2012
Du mardi au samedi, de 14h30 à 19h et sur rdv

Vernissage le mercredi 27 septembre 2012 de 18h à 21h

Galerie Caplain-Matignon
29 avenue matignon 
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, St-Philippe du Roule ou Miromesnil

galeriecaplain-matignon.com

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
148 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
144 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
186 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...