0 Shares 234 Views

Erell vous donne rendez-vous au Mur Oberkampf le samedi 4 mai !

24 avril 2019
234 Vues

Sorte de musée à ciel ouvert, le M.U.R. crée une passerelle entre un quartier et une démarche artistique souvent mal connue : celle du street art.

Le M.U.R. (Modulable, Urbain, Réactif) Association fondée en mars 2003 autour de l’artiste jean Faucheur, est engagée dans la promotion de la l’art contemporain et plus particulièrement de l’art urbain. Au coeur du 11e arrondissement parisien, le M.U.R. emprunte à l’affichage publicitaire son format et son rituel.

L’association propose à des artistes urbains, de manière régulière, d’investir un panneau, situé à l’angle de la rue St Maur et de la rue Oberkampf, en collant des peintures originales de 3×8 m réalisées en atelier.

Samedi 4 mai c’est l’artiste Erell qui interviendra

Actuellement designer et artiste, Erell expérimente au grand jour une forme d’appropriation éphémère de l’espace urbain.

Son travail est issu du graffiti et plus précisément du tag. Au fil du temps et de ses études artistiques, sa signature a évolué pour devenir son écriture. Ses motifs adhésifs — les particules— sont une schématisation du tag qui, comme lui, prolifèrent et se répandent dans la rue. Leur forme est pensée pour se démultiplier afin de générer une infinité de motifs «moléculaires» et de compositions géométriques qui interagissent avec l’architecture ou le mobilier urbain.

En envahissant sporadiquement les espaces publics des villes dans lesquelles il intervient ( Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux, Berlin, New York, San Francisco, Prague…) il veut attirer le regard des passants, les intriguer, modifier la perception qu’ils ont de l’espace urbain et les invite à chercher au détour des rues et des ruelles, des signes disséminés sur leur passage.

« De sa pratique du tag, Erell retient l’automatisme du geste, l’énergie qui transforme la typographie en emblème visuel, en logo, modulable et adaptable, mais également le caractère viral, vivant, de la multiplication du motif. Le motif qu’il emploie aujourd’hui, modulaire, s’inspire de formes issues de l’écriture topologique de la chimie organique. Motif vivant, à l’image des tags qui grouillent sur les murs de la ville et lui donne vie, le module d’Erell crée des formes organiques dont le motif varie et s’adapte à son support. Les collages réagissent à l’environnement urbain (passages piétons, lignes de circulation, mobilier urbain) et prolifèrent, comme un être vivant, sur les murs… »

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

L’exposition de Ben Thorp Brown au Jeu de Paume – Jusqu’au 22 septembre
Agenda
31 vues
Agenda
31 vues

L’exposition de Ben Thorp Brown au Jeu de Paume – Jusqu’au 22 septembre

Dans le cadre de la programmation Satellite 12 de Laura Herman, coproduite avec le CAPC, le Jeu de Paume présente l’exposition de l’artiste américain Ben Thorp Brown. Les vidéos, les sculptures ou encore les performances de Ben Thorp Brown...

Rolling Paper revient au BAL pour la troisième année
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Rolling Paper revient au BAL pour la troisième année

ROLLING PAPER, festival expérimental dédié à l’édition photographique indépendante, revient au BAL du 30 août au 1er septembre 2019 pour la troisième année ! Un rendez-vous immanquable pour les passionnés de photo et d’édition. Lancé en 2017 par Emilie...

Festival de Villerville : laboratoire de la création théâtrale
Agenda
29 vues
Agenda
29 vues

Festival de Villerville : laboratoire de la création théâtrale

Depuis cinq ans Villerville, petit village de caractère de la Côte Fleurie, situé à quelques minutes de Deauville et de Honfleur, est l’écrin d’une manifestation exigeante dédiée à l’art du Théâtre. ​À la suite d’une résidence in situ, de jeunes artistes...