0 Shares 574 Views

1er Festival de Street Art à Saint-Germain-en-Laye

22 mars 2016
574 Vues
KASHINK 5-1

1er Festival de Street Art Dans et sur les Mur à Saint-Germain-en-Laye

Du 4 au 28 mai 2016

Du 4 au 28 mai 2016

Saint-Germain-en-Laye organise la première édition du festival « Dans & sur les murs ». Si l’art pariétal naît sur les parois des grottes durant la Préhistoire, période chère à notre ville qui accueille le musée d’Archéologie nationale, les murs n’ont cessé depuis lors de se faire le support des « artivistes », ces artistes citoyens, qui nous interrogent ou nous font sourire. Ce festival fait le lien entre le caractère immémorial d’une pratique et l’émergence contemporaine du phénomène street art.

Durant plus de trois semaines, expositions, performances, ateliers et parcours artistiques se répondront dans plusieurs lieux de la ville. Une façon de renouveler l’art de nos ancêtres mus par un désir artistique autant que par une volonté de témoignage, de partage et d’immédiateté au cœur du street art.

Neuf artistes vous convient « dans & sur les murs »

Le festival, dont la direction artistique et le commissariat d’exposition sont assurés par Claire Prat-Marca, sera l’occasion pour les visiteurs de découvrir les œuvres de Paella, Philippe Hérard, Kashink, Megumi Nemo, Mister Pee L.N.2.3., le groupe VLP, Zdey.

Exposées dans la rue ou les lieux culturels de la ville, les compositions de ces neuf artistes seront accessibles à tous. Certaines œuvres traceront une promenade reliant les différents quartiers

au centre-ville. Grâce aux performances, véritables démonstrations de la vivacité de l’art de rue, les curieux observeront sur le vif les techniques des artistes, qui laisseront dans la ville leur empreinte, éphémère ou pérenne.

Une culture accessible à tous

La ville trouve son équilibre dans cette apparente dissonance entre son histoire royale et ses initiatives pour la découverte des arts de la rue et du street art en particulier. Cette ouverture sur l’art contemporain, déjà initiée par l’exposition en novembre 2015 de l’artiste Darco à l’espace Paul-et-André-Vera et salle des Rotondes demeure une occasion d’intéresser tous les publics au monde de l’art.

À mi-chemin entre les salles d’exposition et la rue, le street art peut être appréhendé par le plus grand nombre. Discipline vivante à part entière, il n’en demeure pas moins un premier pas vers des formes artistiques moins accessibles. Les neuf artistes participant au festival mettront également en valeur la diversité de l’art urbain en déclinant leurs techniques originales.

[Photo : 50 cakes of gay © Kashink // Source texte : communiqué de presse]

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
249 vues
Cinéma
249 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...