0 Shares 641 Views

Henri Barande – Nice To Be Dead – ENSBA

22 mars 2011
641 Vues
H._Barande-151BD

L’ENSBA, lieu de transmission ayant toujours témoigné d’une grande liberté et singularité, devient, pendant quelques semaines, l’écrin d’une œuvre à part qui s’est construite hors du système. Longtemps dans le silence, celle-ci est enfin révélée au public français.

L’artiste propose une vingtaine de peintures, toutes de même hauteur (2,15 m), assemblées de façon éphémère en diptyques ou triptyques dans une présentation qu’il définit comme installation in situ.

Le titre de l’exposition : « Nice To Be Dead » fait référence à la chanson d’Iggy Pop, à ce fameux hymne à la joie et à la jeunesse : « Nice to be dead, nice to be underground !… ». La représentation de la mort est en effet exprimée et pensée par Henri Barande de manière distante, neutre et jubilatoire.

Dès son enfance, l’artiste modèle une matière faite de mie de pain, de sable, d’algues et de terre. Naîtront alors des milliers de petits objets, corps et têtes, dans une matière organique qui souvent ne résiste pas au temps. Au début des années 90, la peinture prend le pas sur la sculpture : celle-ci, devenue absente, apparaîtra dès lors sous la forme d’images dans la peinture.

Homme de culture, passionné de philosophie et de littérature, Henri Barande crée ses images à partir de ses propres dessins et photographies, mais se saisit également du monde pour le traiter comme document. Il puise ainsi ses motifs dans l’histoire de l’art, l’histoire de l’humanité et celle de ses écritures.

Parmi ces milliers d’images, certaines sont choisies pour être agrandies. L’œuvre originale est projetée sur la toile et ses couleurs reconstituées en peinture acrylique sont posées manuellement. La facture lisse (aucune trace de pinceau n’est perceptible) crée un effet inattendu de tissus sérigraphiés. Les figures, exemptes de matérialité, s’apparentent à des empreintes. La technique picturale aboutit à une mise à distance du réel.

Chaque fragment devient sujet unique. Les tableaux étant juxtaposés bord à bord dans une seule ligne qu’il imagine sans fin, des éléments figuratifs à la limite de l’abstraction jouxtent des éléments abstraits à la limite d’une figuration : corps, crânes, figures animales, vanités, icônes, textes, traces, motifs de toutes sortes, hyperréalistes ou pixelisés, monochromes purs… offrent ainsi au regard l’horizontalité d’un ensemble créatif très vaste, livré comme autant de vestiges d’un temps perdu élevé à la lumière d’un temps retrouvé.

ENSBA – Galeries d’exposition
13, quai Malaquais – 75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés (ligne 4)
Bus : 24-27-39-63-70-86-87-95-96

[Visuel joint : © H. Barande / Photo : F. Bertin]

Articles liés

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”
Spectacle
153 vues

Élénie Sarciat : “Comme en danse, le mouvement permet d’ouvrir des possibilités de choix”

Rencontre post-événement avec la danseuse Élénie Sarciat, grande gagnante des Prix de l’ICART 2021 : tremplin artistique destiné aux jeunes artistes émergents sur le territoire girondin. Elle revient ici sur sa performance et nous confie son rapport au mouvement,...

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air
Agenda
146 vues

Réouverture de Fluctuart : 500 m2 de terrasse et rooftop en plein air

Fluctuart à ciel ouvert ! Le centre d’art urbain situé au pied du Pont des Invalides inaugure sa terrasse, avec un espace de plus de 500 m2 au fil de l’eau, un nouveau terrain de jeu pour les artistes....

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”
Art
191 vues

Jean-Luc Valembois : “Chaque année, je parcours plus de 200 000 km à travers l’Europe pour acheter des œuvres”

Chaque année, Jean-Luc Valembois parcours l’Europe à la recherche de pièces uniques sur le thème de l’art cynégétique du 19ème siècle. Rencontre avec un chercheur d’art qui a fait de sa passion, son métier.  Pouvez-vous vous présenter ? Jean-Luc...