0 Shares 164 Views

It Must Be Heaven – Mention spéciale du Jury au Festival de Cannes

28 novembre 2019
164 Vues

ES fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, avant de réaliser que son pays d’origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d’une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l’absurde. Aussi loin qu’il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie.

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir ” chez soi ” ?

Note d’intention de la réalisatrice

« Si dans mes précédents films, la Palestine pouvait s’apparenter à un microcosme du monde, mon nouveau film, It Must Be Heaven, tente de présenter le monde comme un microcosme de la Palestine.

It Must Be Heaven donne à voir des situations ordinaires de la vie quotidienne d’individus vivant à travers le monde dans un climat de tensions géopolitiques planétaires. La violence qui surgit en un point est tout à fait comparable à celle qui s’observe ailleurs. Les images et les sons qui véhiculent cette violence ou cette tension imprègnent tous les centres du monde, et non plus seulement, comme autrefois, quelques coins reculés du monde. Les checkpoints se retrouvent dans les aéroports et les centres commerciaux de tous les pays. Les sirènes de police et les alarmes de sécurité ne sont plus intermittentes mais constantes.

Plutôt que de se focaliser sur une vision d’ensemble, du type de celles dont les médias n’ont de cesse de nous abreuver, faites de généralisations, d’occultations et de falsifications, ce film se penche sur des instants banals, décalés, restant habituellement hors-champ. Par là même, il s’immisce dans l’intime, le tendre, le touchant. Des histoires humaines et personnelles qui, par un processus d’identification, posent question et suscitent de l’espoir.

Comme dans mes précédents films, il y a peu de dialogues. Ce qui est dit est plutôt de l’ordre d’un monologue visant à insuffler du rythme et de la musicalité. Le récit se tisse par un montage subliminal, des scènes s’articulant autour de mouvements chorégraphiques ; un burlesque tiré de l’univers de l’absurde ; des images ouvrant à la poésie du silence qui est au cœur du langage cinématographique. »

Elia Suleiman

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

La danse et les livres à offrir pour les fêtes : trois œuvres majeures
Spectacle
33 vues

La danse et les livres à offrir pour les fêtes : trois œuvres majeures

Trois livres, trois surprises, trois idées cadeau de poids : de quoi vous changer le regard sur la danse basque, sur la chorégraphe québecoise Marie Chouinard ou encore sur l’histoire de la danse à Paris. Des photos magnifiques, un...

Nina Wu – Un film de Midi  Z
Agenda
29 vues

Nina Wu – Un film de Midi Z

Nina a quitté sa famille et sa ville de province depuis 8 ans, pour s’installer à Taipei dans l’espoir de faire une carrière d’actrice. Elle n’a jusque là tourné que quelques courts-métrages et des publicités. Elle complète ses revenus en...

Les Carnets de Harry Haller – au Théâtre du Roi René
Agenda
20 vues

Les Carnets de Harry Haller – au Théâtre du Roi René

Un road movie passionnant dans une obscurité lumineuse. Ils font le récit d’une libération, confiée par le loup des steppes à son journal intime. La libération progressive de Harry, de ses habitudes d’enfermement et de vie « petite bourgeoise...