0 Shares 768 Views

“Jacques ou la soumission” de Ionesco – Comédie Saint-Michel

Agathe Louis 9 avril 2017
768 Vues
jacques ou la soumission ionesco christophe collin comedie saint michel theatre artistik rezo paris

Jacques a un destin : être un bon fils. Ça ne se refuse pas ! Alors, à l’heure du mariage, un seul but : remettre la brebis égarée sur de bons rails…

“Le comique n’est bon que s’il est gros ; j’espère qu’il l’est. Et le comique n’est comique que s’il est un peu effrayant. Le mien l’est-il ?” Eugène Ionesco

Eugène Ionesco s’empare du théâtre de boulevard pour nous proposer une farce qui en démonte tous les mécanismes : l’intrigue est reléguée au rang des accessoires et la langue prend le pouvoir. Parce qu’il y a cette implacable nécessité de dire pour faire illusion, chacun est entraîné au delà de toute mesure. De cette liberté nouvelle naît une réjouissance irrésistible.

Dans ces univers peuplés d’anti-héros, profondément inadaptés à un monde préfabriqué, le mouvement de l’écriture offre un tout autre voyage. L’irruption du langage crée la possibilité d’un rapport réjouissant avec ce qui est là, sans besoin de cautionner quoi que ce soit. C’est cette expérience salutaire que nous souhaitons
partager, cet irrésistible mouvement ludique comme antidote aux formatages du quotidien.

La pièce

Jacques ou la soumission est une des premières œuvres de Ionesco, au début des années 1950, et sera créée au théâtre de la Hûchette en 1955. Elle met en scène les prémices d’un improbable mariage. Jacques, fils de Jacques Père et Jacques Mère, est condamné à rester au foyer familial jusqu’à l’heure où il sera jugé “bon à marier”. Ce moment de vérité arrivé, Jacques est sommé de ne pas résister à son destin et faire honneur à sa lignée. Ce consentement attendu devient l’opportunité d’éprouver sa singularité face à l’inconnue de sa future épouse et de trouver un sens à cette histoire qui reste à écrire.

Jacques ou la soumission interroge frontalement la question de l’ordre familial établi. Au moment du passage au stade adulte, quel tribut est à payer pour faire sa place ? Quel sens à refuser le cadre proposé ? Eugène Ionesco y répond en mettant au premier plan le caractère dérisoire du jeu de rôle familial, entre désir refoulé et impossibilité d’entrer en relation. Cautionner le système jusqu’à l’absurde, quitte à apporter ses propres enfants en offrande.

Et c’est par l’écriture que l’absurdité des situations nous saute au visage. L’ordre même de la grammaire entre en décomposition. Les mots échappent à leurs auteurs, ruent dans les brancards. Ils enfantent d’autres mots, s’autorisent toutes les audaces, les créations. Il y a dans cette liberté l’expression de la nécessité d’une résistance qui résonne fortement, en 1950 comme aujourd’hui.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

L’ordre des choses – Théâtre de la Michodière
Agenda
32 vues
Agenda
32 vues

L’ordre des choses – Théâtre de la Michodière

A soixante ans Bernard Hubert s’est enfin fixé et vit le parfait amour avec Juliette qui a plus de vingt ans de moins que lui. Bernard Hubert et Juliette sa jeune compagne voient débarquer, Thomas, un séduisant trentenaire qui...

Sébastien Giray – Un bonheur acide !
Agenda
29 vues
Agenda
29 vues

Sébastien Giray – Un bonheur acide !

Dans ce nouveau spectacle d’humour musical, Sébastien Giray s’acharne à « trouver le bonheur » ! Malgré les coups portés par le quotidien, il élabore une stratégie toute personnelle… Textes percutants et incisifs, chansons drôlissimes, il propose un one-musical subversif...

« Quelque part dans le désert » – Ron Amir – Musée d’Art Moderne
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

« Quelque part dans le désert » – Ron Amir – Musée d’Art Moderne

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris accueille, du 14 septembre au 2 décembre, l’exposition « Quelque part dans le désert » du photographe israélien Ron Amir présentée au Musée d’Israël à Jérusalem en 2016. Composée de...