0 Shares 311 Views

Kurar – galerie Onega

22 novembre 2013
311 Vues
Kurar - galerie Onega


Autodidacte, Kurar découvre le graff à 17 ans, au début des années 2000. Pendant plus d’une dizaine d’années, au cours de divers voyages, il va forger son style et diversifier ses techniques, fresques, vandales, pochoirs et collages, toujours en gardant en ligne de mire l’envie de faire réagir et de laisser son empreinte. Au fil du temps il va se concentrer sur les techniques de pochoiristes, et pousser à son maximum les possibilités de création qu’offre cette technique.

Inspiré par les images des années 30, et par l’ambiance qu’il s’en dégage, il aime mettre en parallèle cette période, avec la société contemporaine. Il s’attache à mélanger les contextes, les atmosphères et mettre l’accent sur l’excès, la froideur et l’individualisme qui caractérise notre époque.

La représentation de l’enfance est aussi un élément récurrent dans ses oeuvres, « c’est l’innocence, c’est le commencement de quelque chose, et aussi le futur de l’espèce humaine.. ». L’utilisation de ce symbole très fort, rend le contraste encore plus saisissant et dénonce sans compromis les sujets de sociétés dans lesquels tous les spectateurs se sentent concernés.

Kurar artiste engagé ou un simple observateur de notre quotidien.. ? « je capte les choses qui me révolte, ou m’exaspère, et je les traduits de façon artistes avec mes gouts, ma vision et mes orientations personnelles. » « C’est facile de trouver de l’inspiration aujourd’hui… suffit d’allumer la télévision. »

Pour cette exposition personnelle à la Galerie Onega, Kurar nous présente une série d’oeuvres explorant toutes les façons d’utiliser le contraste du noir et blanc et de la couleurs.. Fidèle à cette ambiance des années 30, il utilise les gris et la couleur, souvent les fluo, pour identifier et mettre en exergue les détails importants. Messages universels, ironiques, ou poétiques, Kurar nous fait passer d’une émotion à l’autre, réveille notre nostalgie, et titille notre conscience.

Exposition de Kurar

Du 1er au 31 décembre 2013

Vernissage le 5 décembre 2013 à 18h 

Galerie Onega
17, rue des Grands Augustins
75006 Paris

www.galerie-onega.com

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
66 vues
Spectacle
66 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
31 vues
Agenda
31 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....