0 Shares 900 Views

Retrouvez Théo Mercier au musée de la Chasse et de la Nature

Orianne JOUY 17 avril 2019
900 Vues

Dix ans après y avoir fait sa première exposition personnelle, l’artiste Théo Mercier revient habiter les salles du musée de la Chasse et de la Nature. Profitez en pour découvrir Erik Nussbicker, aux mêmes dates!

Théo Mercier – EVERY STONE SHOULD CRY

Sculpteur et metteur en scène, il travaille sur la relation entre l’oeuvre et son environnement. L’artiste veut initier chez les visiteurs une véritable chorégraphie du regard. À cette fin, dans ses installations, il mélange à ses propres sculptures des objets ou des oeuvres d’art populaire qu’il a collectés lors de ses voyages. La diversité de provenance des collections ainsi constituées est à l’image de la mondialisation, leur agencement évoquant une sorte d’archéologie du futur. Le contexte muséographique vient donner un sens nouveau aux objets exposés, tandis que l’étrangeté, la poésie ou l’humour naissent de rapprochements insolites.

Avec l’exposition EVERY STONE SHOULD CRY, Théo Mercier interroge la notion de « domestication » de la nature par l’homme, qu’elle soit animale, végétale ou minéralogique. Il imagine un scénario post-moderne autour du bonheur animal et du bonheur domestiqué, dans un jardin des illusions où le vivant jouerait tous les rôles pensés par et pour l’homme. De l’original à la copie industrielle, il réinvente les notions de classification et de collection naturaliste à l’ère de la (re)production de masse, pour créer un « muséum d’histoire artificielle » et faire naître de nouveaux dialogues ou disputes entre les objets collectés.

Transformant le lieu d’exposition temporaire en un espace temps d’un genre nouveau, Théo Mercier installe notre regard quelque part entre l’étalage de magasin, le cabinet de curiosités et l’aire de jeux pour enfants ou animaux. Par une mise en scène aux couleurs et aux formes alléchantes, ce monde factice suggère pourtant une forme d’enfermement et d’étrangeté à explorer.

Conçue comme un lieu clos, l’exposition offre un zoo domestique dans lequel le visiteur entre par une petite porte pour y découvrir de nouvelles habitudes de regards sur le monde. À travers des jeux d’échelle improbables et des déplacements d’usage, l’accrochage recrée l’illusion d’un espace récréatif pour le visiteur qui joue, malgré lui, le rôle de « cobaye » en cage. Par un renversement des rapports de pouvoirs et de fantasmes entre l’homme et la nature, l’exposition EVERY STONE SHOULD CRY met en scène les tensions qui existent entre le jeu et le contrôle, le bonheur et la terreur, l’illusion et la réalité ou encore la récompense et la punition.

Erik Nussbicker – [Apokatastasis] – Jardin Intérieur

Le musée de la Chasse et de la Nature accueille l’un des volets de l’exposition [Apokatastasisqui se conçoit en trois lieux. Elle s’organise en effet à la manière d’un triptyque qui inciterait à une approche contemplative et spirituelle de la nature. Au volet [Apokatastasis] – Jardin Intérieur, présenté au musée, correspond [ApokatastasisJardin des Méditations au Vent des Forêts, centre d’Art rural en Meuse et [ApokatastasisCatafalque de Nacre, à la Galerie Maubert. Avec ces différents dispositifs, Erik Nussbicker invite à percevoir le principe de vie, qui au-delà des destins individuels, de notre existence et de notre mort, circule dans toutes ses composantes au gré d’une permanente transformation.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Nos années Saint-Germain au Théâtre de Nesle
Agenda
53 vues

Nos années Saint-Germain au Théâtre de Nesle

Nos années Saint-Germain est un spectacle consacré aux années 50 et 60, à Saint-Germain, au club le Tabou et à ses rencontres, au jazz, aux caves où l’on refait le monde avec Boris Vian, Greco et puis au Flore...

Temples et âmes, l’exposition d’Okuda et Remed
Agenda
45 vues

Temples et âmes, l’exposition d’Okuda et Remed

« Temples et âmes » s’installe ce mois d’octobre au 35 avenue Matignon, là où l’art contemporain est ancré depuis des décennies, là où les artistes issus de l’art urbain prennent peu à peu la place. REMED et OKUDA...

Chichinette, ma vie d’espionne – Le témoignage de Marthe Hoffnung
Agenda
51 vues

Chichinette, ma vie d’espionne – Le témoignage de Marthe Hoffnung

Allemagne 1945, Marthe Hoffnung connue sous le nom de “Chichinette, la petite casse-pieds”, infiltre les lignes ennemies et réussit à berner les nazis. 74 ans plus tard, âgée de 99 ans, elle fait le tour du monde comme une...