0 Shares 434 Views

Le Royaume-Uni au centre de la 7e édition du festival photographique L’Œil Urbain

Pour sa septième édition, le festival photographique L’Œil Urbain questionne un fait d’actualité majeur : le Brexit. C’est l’histoire de cette fragmentation identitaire – et des répercussions qu’elle implique à l’échelle nationale et individuelle – que nous souhaitons questionner à travers une dizaine d’expositions explorant le Royaume-Uni, des années 1980 à nos jours.

Stéphane Duroy – dont le regard rare et inquiet sur la société nous transperce – investit la Commanderie Saint-Jean avec un travail au long court sur les laissés pour compte de l’époque thatchériste. Gilles Favier expose le fruit de presque trois décennies d’aventure politique et humaine à Belfast (et alors que les questionnements autour d’une éventuelle frontière entre Irlande du Nord et Irlande du Sud menacent de raviver des tensions), tandis que Yan Morvan juxtapose des images du Londres des années 1979-1981 : le mouvement punk et la famille royale hurlent leur clash sur des tirages cibachrome. Des productions inédites, créées sur mesure pour le festival, qui mettent en valeur ces photographes singuliers, majeurs, patrimoniaux, ayant pour point commun de rendre un grain d’actualité saisissant à ces images d’archives.

De son côté, Olivier Jobard retrace l’odyssée homérique d’une famille de réfugiés de 1999 à nos jours : de Bucarest à Birmingham en passant par Sangatte, c’est la redéfinition des conditions d’accueil des réfugiés – dans ce nouveau schéma politique – qui se pose en filigrane. Après une vision pop et enlevée des rues londoniennes photographiées par Matt Stuart, Rip Hopkins, lui, s’intéresse aux Britanniques expatriés en Dordogne et interroge non sans humour (british, évidemment) son rapport à son pays d’origine. Cyril Abad nous fait découvrir Blackpool, station balnéaire décatie dont les habitants ont voté massivement en faveur du Brexit, tandis que Jeanne Frank et Ken Grant s’intéressent respectivement aux supporters du Red Star et de Liverpool. Deux expositions qui fonctionnent en écho, avec un regard plein d’empathie pour les supporters de football.

La programmation fera également la part belle à Jean-Christophe Béchet qui exposera le travail d’une année de résidence à Corbeil-Essonnes.
Par ailleurs, une exposition collective commémorera les 30 ans de la chute du mur de Berlin, mettant cette fois encore la question européenne au centre de nos réflexions.

Enfin, le festival L’Œil Urbain se réjouit de poursuivre son travail avec Le Musée français de la Photographie qui se prépare à nous faire découvrir des trésors d’archives au travers de ses collections.

Toute la programmation en détail ici.

Jean-Christophe Béchet / Frenchtown
Stéphane Duroy / Distress
Yan Morvan / Anarchie au Royaume-Uni
Gilles Favier / Belfast
Rip Hopkins / Another Country
Matt Stuart / All That Life Can Afford
Olivier Jobard / Le Rêve anglais
Cyril Abad / Back to Blackpool
Ken Grant / A Topical Times for these Times
Jeanne Frank / Planète Z
Agence Ostkreuz / 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin

Vernissage le vendredi 5 avril à partir de 19h.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
46 vues
Spectacle
46 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...