0 Shares 268 Views

Les trois coups aux éditions Infrarouge

3 décembre 2009
268 Vues
livre9782908614435

Une expérience de création à plusieurs :

 

D’abord signalons l’enjeu créatif mis en place par les quatre auteurs. Florence Issac, qui est enseignante, a déjà publié. Elle s’entoure ici de Roland Farjon, journaliste, et de Thierry Jurain et Emmanuel Manciet, ingénieurs. Ces personnes si différentes ont dû construire un protocole de création apte à surmonter les incontournables désaccords, les quiproquos et la lassitude qui sévit parfois lorsque l’on travaille quatre ans sur un projet en ne partageant pas toujours les mêmes priorités. En effet, si l’un s’attache à la structure psychologique, d’ailleurs très fine, des personnages, l’autre aime l’action qui virevolte et ne laisse aucun répit, pendant qu’un autre encore laisse libre cours à ses fantasmes… De ces différences, les auteurs ont su tirer une force et, plutôt qu’un résultat incohérent, ont su enrichir leur roman de l’articulation de tous ces aspects.

 

Une richesse formelle :

 

C’est là qu’intervient l’une des autres raisons de leur réussite : la richesse formelle des Trois coups qui transcende la simple intrigue policière en s’ouvrant à des considérations très fines sur l’identité et sa construction et sur le théâtre, espace essentiel de l’intrigue dont on devine clairement et sans lourdeur la fonction signifiante que cette phrase extraite du roman éclaire : « La vraie vie n’existe peut-être pas. On se retrouve sur une autre scène, dans un autre lieu et puis on passe à un autre endroit et ainsi de suite. » (page 104) Cette conception de la vie comme un théâtre est aussi classique qu’efficace et nous renvoie à quelques illustres références bienheureuses comme Shakespeare, Oscar Wilde ou encore Epictète pour ne citer qu’eux.

Ce roman policier donc bénéficie de la réelle efficacité d’une action menée à toute allure rendant le livre difficile à reposer avant d’en connaître la fin ; vous savez ce genre de livre que l’on finit par lire même en cuisinant pour ne pas le refermer. Mais le plaisir de découvrir l’intrigue est plus que largement porté par ces qualités trop rares dans le roman policier : la finesse de l’analyse et de l’observation des personnages et aussi, fait qui mérite d’être souligné : la qualité stylistique. Comme il est écrit par quatre personnes, on se doute que, dans un premier temps, Les trois coups souffrait d’une fluctuation stylistique qu’il a fallu assainir par la suite. C’est probablement grâce à ce travail de relecture incontournable et demandant une attention toute particulière que l’on obtient cette qualité finale ne craignant pas le trop rarement usité imparfait du subjonctif dont la grâce pourtant ne peut que flatter l’esprit du lecteur.

 

Les trois coups est donc un roman riche, multiple, complexe, joli, mais qui reste fluide, léger, absorbant, parfois déroutant tant il est rapide, saccadé, essoufflé rendant ainsi compte d’un aspect déterminant de la façon dont il a été créé, à quatre donc, « comme, pour citer les auteurs, pour un match de tennis, on se renvoie la balle, on s’amuse, on s’étonne et on se poursuit, au fil de nos dérives et de nos inventions ».

 

Lorraine Alexandre

 

Les trois coups aux éditions Infrarouge

De Roland Farjon, Thierry Jurain, Emmanuel Manciet, Florence Issac regroupés sous le pseudonyme Luigi Flomaroti

Illustration/conception couverture « les 3 Coups » Patricia Crottier
Librairie Galerie des EDITIONS INFRAROUGE
7 rue du Capitaine Ferber
75020 Paris Métro Gambetta

 

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
58 vues
Spectacle
58 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....