0 Shares 361 Views

Maxime “Poivre et sel” – Feux de la Rampe

Agathe Louis 21 février 2018
361 Vues

Maxime est de retour dans son nouveau one man show. Le glas de la maturité aurait-il sonné ? Pas certain…

Certes des sujets nouveaux sont abordés, mais l’éternelle jeunesse de ce grand au coeur tendre est bien présente !
La cinquantaine a frappé à la porte, il ne l’a ouverte qu’à moitié et essaie avec de l’humour et beaucoup de folie de répondre à des questions restées sans réponses !
Après plusieurs one-man-show croustillants, plusieurs pièces de théâtre, “Le clan des divorcées”, “Dix ans de mariage” ou encore “Portrait craché” avec Véronique Genest, il nous offre un nouvel opus qui sonne… Le rire !

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Les rencontres d’Arles 2018
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Les rencontres d’Arles 2018

Avec environ 30 expositions, les Rencontres d’Arles s’affirment comme un observatoire de la création actuelle et des pratiques photographiques. Des rapprochements au sein de la programmation se déclinent comme des séquences. Ils permettent d’identifier des rubriques et favorisent, année après année, un suivi au plus près des évolutions de la photographie… Départ imminent pour la […]

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique
Agenda
71 vues
Agenda
71 vues

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique

Concert de Cirque entre l’irrévérence de la contre-culture et l’étrangeté du Sideshow, le Cirque Electrique plonge dans les souterrains des envies indociles… Sous la toile du vieux chapiteau : un monde, un univers, une hétérotopie où douce violence et joyeux désordre se coudoient avec impertinence. Podium central. Public debout. Feulement d’amplis. Crissement de talons. Gestes […]

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet

Les Trois contes de Borges adaptent, dans leur langue originale, trois textes du célèbre écrivain argentin Jorge Luis Borges : El otro, El disco et El libro de arena. Trois récits fantastiques où se monnaient les objets de l’éternité qui, à portée de main, mettent en péril nos rapports au temps, à l’image, au langage. […]