0 Shares 384 Views

Moi, George Sand – Théâtre Maxim’s

20 mars 2015
384 Vues
Affiche_G_Sand_2

Moi, George Sand

De Pierre-André Hélène

Mise en scène de Théodora Mytakis

A partir du 18 octobre 2015

Le mercredi à 20h

Les dimanches à 17h

Relâches le 1er novembre 2015

Réservation au 01 42 65 30 47

Tarif : 30€

Théâtre Maxim’s
3, rue Royal
75008 Paris
M° Concorde

www.maxims-de-paris.com

A partir du dimanche 18 octobre 2015

Au château de Nohant, George Sand écrit et corrige ses mémoires : « l’histoire de ma vie. »  Ecrivain, châtelaine, amoureuse, passionnée de justice et d’égalité sociale, c’est une femme d’exception qui, en pleine période romantique, livre sa vérité, car en 1855, une femme ne peut pas tout dire.

George Sand

Née à Paris (France) le 1er juillet 1804 ; Morte à Nohant (France) le 08 juin 1876 Femme de lettre française, George Sand a laissé derrière elle une œuvre romanesque remarquable, assortie de contes, de nouvelles, de pièces théâtrales, de textes autobiographiques et d’une immense correspondance. Inspirée par les passions qui ont jalonné sa vie, elle s’est battue aussi bien pour son indépendance, sa liberté de penser que pour ses aspirations politiques républicaines.

Une enfance à la campagne

George Sand, de son vrai nom Aurore Dupin, naît à Paris le 1er juillet 1804. Ayant perdu son père à l’âge de quatre ans, elle grandit à la campagne, auprès de sa grand-mère, à Nohant. Elle étudie les sciences et le latin tout en menant une vie champêtre qui inspirera plusieurs de ses grandes oeuvres.

Durant l’adolescence, la jeune Aurore passe quelques années dans un couvent, puis se marie au baron Casimir Dudevant en 1822. Elle met au monde deux enfants. Mais le couple s’entend mal et se sépare. Assoiffée d’indépendance, la baronne s’installe à Paris.

Premiers ouvrages et grandes passions

Dès ses premiers écrits, elle s’inspire du nom de son amant, Jules Sandeau, pour prendre le pseudonyme de George Sand. Côtoyant les grandes plumes de l’époque, elle publie l’un de ses premiers romans, Indiana, en mai 1832, puis Valentine, la même année. Elle y défend ardemment le droit à la passion des femmes et s’oppose à toutes les oppressions dont elles sont victimes. Très vite, les talents de la jeune écrivaine sont reconnus, notamment par Sainte-Beuve et Chateaubriand.

Outre sa collaboration à la Revue des Deux Mondes, elle publie Lélia en 1833, œuvre lyrique où l’amour est malmené par les convenances et les préjugés de la société mondaine. Cette année marque également le début de sa brève et tumultueuse liaison amoureuse avec Musset. Sa vie sentimentale est aussi mouvementée que sa vie littéraire. Elle connaît en effet plusieurs passions, parmi lesquelles figure Frédéric Chopin.
Des pensées socialistes aux œuvres champêtres

À la fin des années 1830, George Sand s’intéresse aux pensées socialistes et démocratiques, comme en témoigne le Compagnon du tour de France (1840) et Consuelo (1842). Particulièrement engagée, elle côtoie les grands démocrates de l’époque (Pierre Leroux, Armand Barbès ou encore Félicité de Lamennais) et se réjouit des événements de février 1848.

Mais l’échec de la Révolution la déçoit profondément. Aussi préfère-t-elle se retirer à Nohant et poursuivre sa série d’œuvres champêtres optimistes largement inspirée de son enfance. À la Mare au diable (1846) s’ajoutent ainsi François le Champi (1848), la Petite Fadette (1849) et les Maîtres sonneurs (1853).

Auteur prolifique, George Sand écrira jusqu’à son dernier souffle. Après s’être consacrée quelques temps au théâtre, elle entreprend la rédaction de son autobiographie, Histoire de ma vie (1854-1855). Elle s’éteint à l’âge de 72 ans, laissant derrière elle une œuvre considérable et variée qui l’inscrira dans la lignée des plus grands auteurs français du XIXème siècle.

Note de l’Auteur Pierre-André Hélène   

« George Sand écrivain, George Sand châtelaine, George Sand amoureuse, George Sand passionnée de justice et d’égalité sociale. Une femme d’exception qui doit aussi faire face aux exigences financières de la vie et qui ainsi écrit et corrige ses mémoires : l’histoire de ma vie.

Elle y livre la vérité – sa vérité, car en 1855, une femme ne peut pas tout dire.  J’ai souhaité faire revivre la personnalité extraordinaire de l’écrivain dont je réinvente, mais avec ses propres mots le fil de ses pensées et de ses souvenirs. »

Note du metteur en scène Théodora Mytakis

 George. Un prénom masculin pour une femme tellement féminine. Sand. Un nom qui résonne comme grande, et qui est dans notre inconscient encore bien plus que çà! Romancière, femme politique, amoureuse passionnée, châtelaine, mère aimante et attentive. En pleine période romantique, elle s’est faite avant-gardiste. La première à se travestir en homme et à fumer la pipe, à lutter contre l’inégalité des femmes, à avoir une liberté financière et mener de front une carrière littéraire. Elle nous a ouvert la marche sur l’indépendance, et la vie des femmes d’aujourd’hui, c’est à elle que nous le devons. C’est dans son intimité de Nohant, que nous la retrouvons dans le spectacle Moi, George Sand interprété par Véronique Fourcaud. Deux personnalités qui se rencontrent et qui n’en font plus qu’une, pour redonner vie à une femme hors du commun.

[Source texte : communiqué de presse ]

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
60 vues
Spectacle
60 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
30 vues
Agenda
30 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....