0 Shares 435 Views

Photomed 2011

19 février 2011
435 Vues
Photomed_2011

Photomed_2011::

Berceau de l’Antiquité, trait d’union entre les civilisations d’Europe, d’Afrique et d’Asie, la Méditerranée est le lieu de tous les contrastes et de toutes les passions.

Mille fois décrites et chantées, ses rives ensoleillées ont de tout temps attiré écrivains, peintres et poètes. Mais si le « Grand Tour » (expression qui est à l’origine du mot tourisme) se perpétue aujourd’hui à travers le regard de photographes qui inscrivent leurs pas dans ceux de leurs illustres prédécesseurs, qu’en est-il de leur démarche et de leur motivation ?

À l’heure de la mondialisation, peut-on parler d’une photographie méditerranéenne, d’une spécificité qui lui serait propre et dont l’exotisme serait exempt ? A la recherche des origines, sur les traces d’un passé toujours recomposé, la photographie en Méditerranée a-t-elle une résonance particulière ?

C’est la raison pour laquelle la programmation du festival s’attache davantage à ouvrir des pistes, explorer des tendances, amorcer un premier état des lieux.

Sanary, port d’attache de notre festival, s’enorgueillit à juste titre d’une figure célèbre, celle de Michel Pacha qui, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, a construit ou rénové les phares et balises de l’empire ottoman, important ensuite en France un style byzantin qui essaima dans toute la région. Dès lors, ouvrir le festival par la photographie turque, dans la continuité de l’année de la Turquie en France, semblait une évidence. Confiées à Laurence Cornet, deux expositions illustrent cette thématique. L’une, intitulée Sur les traces de Michel Pacha, rassemble, dans un dialogue fructueux, photographies anciennes, issues de la collection de Pierre de Gigord, et travail récent d’Ali Taptik. L’autre se propose de nous faire découvrir quelques jeunes photographes turcs encore peu, ou pas, connus. Quant au célèbre Ara Güler, cet « oeil d’Istanbul » comme on l’a surnommé, il compose, tout comme Bruno Barbey, un hymne à la ville aux sept collines.

Mais Sanary, c’est aussi, autour du Commandant Cousteau, un centre pionnier de la plongée, où a été tourné le premier film sous-marin, Par 18 mètres de fond. C’est sous forme d’un clin d’oeil, à travers le travail de Philippe Ramette et son Exploration rationnelle des fonds sous-marins, que sera évoquée cette aventure. Deux expositions, celles de Patrick Amory et de Nicolas Henry, Sanaryens de coeur, contribueront également à ancrer Sanary sur la scène photographique méditerranéenne.

Pour Anna Cabrera et Angel Albarran, Barcelone, en revanche, n’est pas une ville méditerranéenne. En raison du développement inconsidéré du tourisme de masse, les Barcelonais se sentent de plus en plus dépossédés de leur ville. Le tourisme de masse, c’est également la cible de l’humour caustique de Martin Parr, invité d’honneur du festival, qui porte un regard critique sur les codes et rituels de notre civilisation des loisirs. Ses photographies réalisées en 2006/2007 à Benidorm, premier centre touristique de l’Espagne méditerranéenne, constituent un des florilèges du festival.

En contrepoint, Claude Nori nous convie à une vision plutôt romantique et sentimentale des plages italiennes, ainsi qu’à un nouveau parcours, à Stromboli, de son Voyage amoureux, objet d’un livre publié en 1990 en hommage à Roberto Rossellini.

Des relectures, mais aussi des découvertes de photographies de pays émergents, comme l’Albanie, la Slovénie, ou le Monténégro, enrichissent la programmation. Le travail des Marubi, dynastie de photographes albanais très actifs entre 1858 et 1950, retrace, à travers portraits et paysages, tout un pan de l’histoire de leur pays. Le Monténégrin Dusko Miljanic renoue avec une pêche traditionnelle dans le petit village d’Ostros, et la photojournaliste slovène Manca Juvan nous livre un vibrant témoignage sur la vulnérabilité et l’exclusion des pauvres en Afghanistan.

Photomed 2011
Invités d’honneur : LA TURQUIE et MARTIN PARR

MAGNUM MEDITERRANÉE : un regard américain
Elliott Erwitt, Alex Webb, Leonard Freed, Jim Goldberg, David Alan Har vey, Richard Kalvar, Susan Meiselas, Dennis Stock, Br uce Davidson

MEP MEDITERRANÉE 1960 : d’Henri Cartier-Bresson à William Klein
Edouard Boubat, William Klein, Mimmo Jodice ,René Burri, Jean-Philippe Charbonnier, Gianni Berengo Gardin, Henri Car tier-Bresson, Marc Riboud, Elliott Erwitt, Sabine Weiss, Izis, Jacques Perez

Patrick Amory, Angel Albarran & Anna Cabrera, Pierre-Anthony Allard, Bruno Barbey, Kursat Bayhan, Carolle Benitah, Osman Bozkur t, Mar ie Bovo, Ara Güler, Nicolas Henr y, Manca Juvan, Stratos Kalafatis, Ozant Kamaci, Alain Kantarjian, Laurence Leblanc, Les Marubi, Dusko Miljanic, Claude Nori, Melisa Önel, Philippe Ramette, Sevim Sancaktar, Jean-Baptiste Sénégas, Yusuf Sevincli, Selim Süme, Ser kan Taycan, Ali Taptik, Cristiana Thoux, Ornela Vorpsi, Pinar Yolacan

Du 27 mai au 19 juin 2011

Sanary-sur-Mer (Var)

www.sanarysurmer.com

www.festivalphotomed.com

Articles liés

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”
Agenda
231 vues

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”

Auparavant cadre dans un milieu éloigné de l’art, Karima Guemar, alias Coco, s’est tournée vers l’art abstrait suite à une remise en question professionnelle. Pouvez-vous vous présenter et exposer votre parcours ? Je suis Karima Guemar, alias Coco, et...

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”
Spectacle
145 vues

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”

Entretien avec une danseuse de l’Opéra de Bordeaux. Elle nous partage sa découverte de la danse contemporaine, sa vision de danseuse classique, ainsi que le quotidien confiné d’un danseur. Comment as-tu découvert la danse ? Ça a commencé très tôt,...

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !
Agenda
131 vues

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !

Comment imaginer, projeter, programmer, construire un festival dans un monde à l’arrêt ? Sacré challenge en ces temps bouleversés… Et pourtant, il n’a jamais été autant question du besoin de se retrouver, de partager, d’échanger sur nos métiers, leurs...