0 Shares 418 Views

“Promised Land” la nouvelle exposition d’Inigo Sesma – PDP Gallery

6 octobre 2020
418 Vues

Inigo Sesma un artiste aux origines urbaines, symbole d’une nouvelle génération espagnole et d’un retour de la figuration ; un atelier en mouvement, comme une nouvelle pratique contemporaine de la peinture. Découvrez son exposition Promised Land du 17 octobre au 1er novembre.

La peinture de l’artiste basque est marquée par son expérience américaine, où tous ces lieux, de l’Ohio à l’Arizona par le Missouri, “alimentent ma narration et mon envie de retranscrire cette esthétique et atmosphère si particulière”. Son processus de création prend naissance dans le voyage, la réalisation de photos sur place et une obligation d’observer par lui-même. Les tableaux sont ici des cartes postales renversées d’un monde devenu autre où la relation humaine est comme effacée, avec des rares personnages esseulés et mélancoliques. Avec toujours plus de force géométrique, son travail se partage et se ressent. C’est la force et la minutie de ses compositions qui permet à chacun de s’approprier l’instant.

Inigo Sesma “1107 Greenmount”, 2020 Huile sur bois / 84,5 x 122 cm

L’exposition Promised Land est le résultat de cette exception américaine. Inconsciemment, Inigo Sesma est peut-être l’un des derniers à goûter au “Nouveau Monde” et il désire le partager tel qu’il le voit : rêve contre réalité. C’est un retour aux premières tendances figuratives américaines, aux suites du Vendredi noir de 1929, entre régionalisme et réalisme social. Il perpétue ainsi à sa façon la tradition d’une peinture ancrée dans le fait social qui, bien que porté par un certain romantisme et une vraie maîtrise picturale, a le souci de regarder les vérités du pays en face : une communauté et une culture américaine plus diverse et divisée que jamais avec l’élection présidentielle du 3 novembre en juge d’une paix précaire.

Inigo Sesma “Hunter St.”, 2020 Huile sur bois / 30 x 50 cm

Dans ce nouveau monde annoncé partout, rien de si nouveau mais une génération dont Sesma fait partie. Une génération qui est consciente de l’obligation de penser différemment et de ne pas “utopiser” d’autres terres promises. C’est le mythe même du rêve américain qui est en question ; le fondement d’une société construite autour de la possibilité de sortir de sa condition contre la réalité d’un système souvent destructeur et éclaté ; un monde industriel à l’abandon ou subsiste malgré tout cette part de rêve, que Sesma comme d’autres viennent inlassablement chercher.

Il existe surement une terre promise, peut-être, n’est-elle que peinte forte, en tout cas, je l’espère, de l’addition d’individus plus que de la force de manipulation de l’image.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
55 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
56 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
66 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...