0 Shares 354 Views

« Chauvet – Pont d’Arc : l’inappropriable » – Raphaël Dallaporta – LE CENTQUATRE-PARIS

12 novembre 2018
354 Vues

Qui n’a jamais rêvé de se retrouver face aux premiers dessins connus de l’Humanité ? Dans les gorges de l’Ardèche (dans la région Auvergne-Rhône-Alpes), le site géologique de la grotte ornée du Pont d’Arc, dite Grotte Chauvet, ceux tracés par nos ancêtres furent naturellement préservés pendant plus de 20 000 ans avant d’être redécouverts en 1994.

Si l’accès en est depuis strictement réservé aux scientifiques, quelques exceptions sont faites. Lauréat en 2014 d’un concours photographique, Raphaël Dallaporta a conçu spécialement pour la grotte un dispositif de prise de vue automatisé qui lui a permis de recomposer en images ses volumes complexes et ses détails. Lors de trois descentes, il a capturé plusieurs panoramas pour saisir toute l’intensité des lieux. En montrant sur grand écran ces prises de vue en noir et blanc, déployées sous forme de planisphères, accompagnées d’une composition sonore conçue spécialement, l’installation offre une lecture inédite de ces paysages. Le visiteur est immergé dans des images au mouvement légèrement déstabilisant, qui agit, explique l’artiste, comme une « métaphore du mouvement du monde, de la rotation de la terre et des planètes, référence à l’hypothèse anthropologique selon laquelle les cavernes et le cosmos seraient reliés ». Une manière, au-delà du témoignage archéologique, d’inviter le visiteur à prendre le temps d’un nouveau rituel avec l’image.

BIOGRAPHIE DE RAPHAËL DALLAPORTA

Photographe français, né en 1980, Raphaël Dallaporta s’est formé aux Gobelins – l’école de l’image, Paris (2000-2002) et à la Fabrica en Italie (2002-2003). S’il privilégie une approche scientifique, il joue avec les statuts de l’image photographique, la faisant basculer d’une fonction documentaire à une portée symbolique. Les sujets qu’il aborde relèvent des préoccupations humaines, que ce soit lorsqu’il collabore avec des démineurs (sa série Antipersonnel), des juristes (Esclavage domestique) ou des archéologues (Ruins). Pensionnaire en 2014-2015 de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, lauréat de l’ICP Infinity Award 2010 à New York, il a notamment exposé aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles ou au Musée de l’Elysée à Lausanne (Suisse).

Vernissage public le samedi 13 Octobre à partir de 14h.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Fréquences Basses à La Dame de Canton !
Agenda
5 vues
Agenda
5 vues

Fréquences Basses à La Dame de Canton !

Véritable caméléon musical, Slim Abida joue du métal, du reggae, du gnawi, du jazz et bien d’autres styles. Il appartient au cercle des artistes confirmés en Tunisie.Il signe aujourd’hui Fréquences Basses, son premier projet solo dont la basse est...

Une bulle musicale à La Dame de Canton !
Agenda
6 vues
Agenda
6 vues

Une bulle musicale à La Dame de Canton !

JIKAËLLE Son dernier album, ‘Evidences’, le souligne: Jikaëlle a le goût des guitares acoustiques, des mélodies limpides et des mots forts, qui disent l’amour, la rencontre, le voyage, l’intensité des émotions. Avec Bernard Léchot, son compagnon musical depuis ses...

« Reverse ! » : La nouvelle revue du Cirque Electrique
Spectacle
35 vues
Spectacle
35 vues

« Reverse ! » : La nouvelle revue du Cirque Electrique

Ils ont l’habitude de renverser nos habitudes, avec leurs soirées cabaret qui ne ressemblent à rien d’autre. Leur nouveau « Cabaret Décadent » s’intitule « Reverse ! » et propose un programme totalement différent du précédent. Du genre à la perspective et aux disciplines...