0 Shares 303 Views

“Rétroviseur”, la nouvelle exposition de Manuel Mérida à l’Espace Meyer Zafra

1 février 2021
303 Vues

Depuis près de 50 ans, Manuel Mérida a développé un travail unique sur les possibilités qu’offre la matière. Du 6 février au 27 mars 2021, l’exposition Rétroviseur sera organisée sous forme de rétrospective à découvrir à l’Espace Meyer Zafra.

À cette occasion, le premier catalogue raisonné de l’artiste sera publié par Espace Meyer Zafra avec des textes de Matthieu Poirier, historien de l’art et commissaire d’exposition spécialisé dans l’art cinétique, et de Valentina Locatelli, historienne de l’art et spécialiste de l’art d’Amérique du Sud.

 

Manuel Mérida, Colorado, 1998 – Courtesy Espace Meyer Zafra & Artist © Louis Matray


À propos de Manuel Mérida

Manuel Mérida, artiste vénézuélien, né en 1939, s’installe à Paris en 1968. Formé à l’École des Beaux-Arts de Valence au Venezuela, il devient l’un des meilleurs représentants de la tendance “informelle” et de “l’art gestuel” de son pays . Il travaille dans l’atelier de Carlos Cruz-Diez et exerce en parallèle le métier de scénographe pour le théâtre, décorateur pour le cinéma et concepteur publicitaire pour Christian Dior, Guerlain, Cartier, Chanel…

Manuel Mérida est l’un des artistes cinétiques sud-américains de la deuxième génération. A travers son travail, l’artiste veut éviter de proposer une vision immobile et unique, jouant avec les variations de la matière colorée (pigments, sable, poudre de charbon, particules de bois, métal peint, etc.) contenues dans ses travaux. Les œuvres sont toujours mobiles. De formes, tailles et couleurs variées, elles sont composées de boîtes de formes carrées ou circulaires, protégées par une plaque de verre, tournant autour d’un axe central. Ils tournent brusquement par la main du spectateur. Les autres, activés par un moteur, se déplacent lentement.

Chaque mouvement génère un nouveau rendu inattendu. La matière organique est inversée créant des formes renouvelées à l’infini. Ainsi, Manuel Mérida utilise les potentialités du hasard pour créer une œuvre en perpétuelle transformation. Les images formées par le matériau rotatif procurent un effet apaisant au spectateur qui les regarde.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »
Art
86 vues

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »

Des œuvres connectées au floral et au végétal : voilà ce que nous propose le duo de curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai, fondatrices de la galerie d’art « quand les fleurs nous sauvent ». Leur intention est de...

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent
Art
112 vues

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent

Dès le 18 mars, le nouvel évènement « Les saisons de Maia Flore » de la galerie « quand les fleurs nous sauvent » invite à la rencontre intime entre l’artiste et la nature. Pour l’occasion, les curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai...

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi
Cinéma
113 vues

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi

La Cérémonie des Césars aura lieu le 12 mars 2021. À l’aube d’une édition particulière marquée par la crise sanitaire, nous avons décidé de vous offrir un tour d’horizon des films nommés ainsi que nos favoris. Installez-vous confortablement car,...