0 Shares 181 Views

“Speakeasy”, la nouvelle exposition de Daido Moriyama à la Polka Galerie

28 septembre 2021
181 Vues

Pretty Woman, 2017, 2017 Epoque - Tirage gélatino-argentique sur papier baryté, 60 x 50 cm © Daido Moriyama

Polka accueille la nouvelle exposition de Daido Moriyama dans sa galerie. Huit ans après son cycle d’expositions consacré à l’artiste japonais, Polka propose Speakeasy, un étrange lieu de culte où cohabitent des hommes, beaucoup de femmes, des êtres inanimés, des objets. Un trombinoscope en couleur et en noir et blanc dans Moriyamapolis.

Speakeasy de Daido Moriyama est un accrochage qui revisite une œuvre radicale, subtile et plus diverse qu’il n’y paraît. Un voyage dans les rues et les arrière-boutiques, de jour et beaucoup de nuit, à Tokyo ou ailleurs. La ville selon Daido n’a pas de frontières. C’est pourquoi, prison ou paradis, il est impossible de la quitter. Tout lui appartient. Tous les chemins mènent à elle, autoroutes ou tentaculaires voies de traverse.

“Moriyama dit ne s’être rendu compte que récemment qu’il avait photographié des villes toute sa vie. Construisant du même coup […] une cité unique géante inconsciemment sortie de son imagination”, confie Simon Baker, qui est à l’origine de l’exposition Moriyama – Tomatsu : Tokyo à la Maison européenne de la photographie (jusqu’au 24 octobre).

Hokkaido, 1978, 1978 Moderne – Tirage gélatino-argentique sur papier baryté, 100 x 150 cm © Daido Moriyama

En noir et blanc et en couleur, Speakeasy reprend, à travers les années, les coulisses de cette Moriyamapolis infinie, en permanence recomposée et augmentée par l’accumulation d’information. Une ville qui n’appartiendrait qu’à l’artiste japonais.

“Ce que je sais, c’est que je me nourris de ce qui m’entoure et de cette “ville” avec laquelle j’entretiens une relation étrange, raconte Daido Moriyama. Mais je n’erre pas à la recherche de mon prochain sujet ; c’est lui qui me trouve. Je suis un objet passif devant un sujet actif. Même quand je suis immobile, la ville continue d’avancer, de vivre et de se transformer. Je me contente de photographier ce qui passe devant moi, sans jamais ressentir de satiété.”

On retrouve dans les jeux d’image de l’exposition des échos des expérimentations de Buñuel, mais aussi des compositions viscérales d’Eli Lotar aux abattoirs de la Villette qui ont obsédé Georges Bataille. Les carreaux des salles de bains finissent par ressembler à la résille d’un collant féminin. Les bouches pulpeuses flottent et se superposent au paysage. La nuit teintée de lumière noire, fil directeur de l’expérience urbaine, n’est qu’une pièce du puzzle, le versant éclairé d’un casse-tête lunaire.

“Je ressens juste le besoin de transmettre ce qui capte mon attention. J’ignore la raison de cette envie qui relève de mon fétichisme personnel.” Daido Moriyama

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

Nomi-Nomi présente son nouveau spectacle musical “Dans Ma Ville” au Théâtre Lepic
Agenda
55 vues

Nomi-Nomi présente son nouveau spectacle musical “Dans Ma Ville” au Théâtre Lepic

Nomi-Nomi, révélation du spectacle pour enfant, vient jouer son nouveau concert-spectacle Dans Ma Ville à Paris au Théâtre Lepic jusqu’au 2 janvier 2022. La ville de Nomi-Nomi c’est Paris. Mais cela pourrait être tout aussi bien être la vôtre. Micro...

La Fracture – de Catherine Corsini en sélection officielle pour la compétition du Festival de Cannes
Agenda
75 vues

La Fracture – de Catherine Corsini en sélection officielle pour la compétition du Festival de Cannes

Raf (Valéria Bruni Tedeschi) et Julie (Marina Foïs), un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’Urgences proche de l’asphyxie le soir d’une manifestation parisienne des Gilets Jaunes. Leur rencontre avec Yann (Pio Marmaï), un...

La compagnie XY et le chorégraphe Rachid Ouramdane présentent Möbius à La Villette
Agenda
56 vues

La compagnie XY et le chorégraphe Rachid Ouramdane présentent Möbius à La Villette

Pour la première fois, la compagnie XY, dont les spectacles “Le Grand C” et “Il n’est pas encore minuit…” avaient enchanté La Villette en 2012 et 2015, s’est associée avec le chorégraphe Rachid Ouramdane. Forts de leurs expériences artistiques respectives, ils se...