0 Shares 403 Views

5 biographies de femmes artistes

Et si nous profitions de cette période pour en savoir un peu plus sur nos artistes préférées ? L’équipe Artistik Rezo vous propose une sélection de livres sur 5 femmes qui ont marqué l’histoire de l’art.

1 – Une femme, Anne Delbée

“Pour la première fois, un livre nous révèle la vie extraordinaire de Camille Claudel. A la fin du XIXe siècle, une jeune fille de dix-sept ans qui veut être sculpteur, c’est inconcevable, voire scandaleux. Or Camille se lance dans l’aventure à corps perdu. Jusqu’au jour de 1883 où elle rencontre Auguste Rodin. Le Maître accepte de la prendre comme élève ; bientôt il deviendra son amant. Suivent quinze années d’une liaison passionnée et orageuse d’où Camille sortira épuisée, vaincue… Elle mourra en 1943 à l’asile de Montdevergues, après un terrible internement qui aura duré trente ans, laissant au jugement de la postérité une œuvre considérable, d’une rare puissance et d’une originalité visionnaire.”
> Un livre marquant qui éclaire et questionne l’œuvre de Camille Claudel et d’Auguste Rodin.

2 – Kiki de Montparnasse, Catel et J.L. Bocquet

“Dans le Montparnasse de bohème et de génie des années 1920, Kiki réussit à s’extraire de la misère pour devenir l’une des figures les plus charismatiques de l’avant-garde de l’entre-deux-guerres. Compagne de Man Ray auquel elle inspirera ses photos les plus mythiques, elle sera immortalisée par Kisling, Foujita, Per Krohg, Calder, Utrillo ou Léger. Mais si Kiki est la muse d’une génération qui cherche à évacuer la gueule de bois de la Grande Guerre, elle est avant tout une des premières femmes émancipées de ce siècle. Au-delà de la liberté sexuelle et sentimentale qu’elle s’accorde, Kiki s’impose par une liberté de ton, de parole et de pensée qui ne relève d’aucune école autre que celle de la vie…”
> Une bande dessinée qui nous plonge dans le Paris artistique de l’entre-deux guerres, léger et foisonnant.

3 – Frida et Diego, J.M.G. Le Clézio

“Lorsque Frida annonce son intention d’épouser Diego Rivera, son père a ce commentaire acide : «ce seront les noces d’un éléphant et d’une colombe». Tout le monde reçoit avec scepticisme la nouvelle du mariage de cette fille turbulente mais de santé fragile avec le «génie» des muralistes mexicains, qui a le double de son âge, le triple de son poids, une réputation d’«ogre» et de séducteur, ce communiste athée qui ose peindre à la gloire des Indiens des fresques où il incite les ouvriers à prendre machettes et fusils pour jeter à bas la trinité démoniaque du Mexique – le prêtre, le bourgeois, l’homme de loi. Diego et Frida raconte l’histoire d’un couple hors du commun. Histoire de leur rencontre, le passé chargé de Diego et l’expérience de la douleur et de la solitude pour Frida. […]”
> On ne présente plus Frida, devenue icône féministe majeure ; ici, on la découvre à travers son histoire avec Diego Riveira, qui aura marqué sa carrière et sa vie personnelle.

4 – Just Kids, Patti Smith

“C’était l’été de la mort de Coltrane, l’été de l’amour et des émeutes, quand une rencontre fortuite à Brooklyn guida deux jeunes gens dans la vie de bohème, sur la voie de l’art. Patti Smith et Robert Mapplethorpe avaient vingt ans ; elle deviendrait poète et performeuse, il serait photographe. À cette époque d’intense créativité, les univers de la poésie, du rock and roll et du sexe s’entrechoquent. Le couple fréquente la cour d’Andy Warhol, intègre au Chelsea Hotel une communauté d’artistes et de marginaux hauts en couleur, croise Allen Ginsberg, Janis Joplin, Lou Reed…”
> Un portrait de Patti Smith et du New York des années 1960-70, en pleine soif de liberté et d’expériences.

5 – George Sand à Nohant, Michelle Perrot

“« Il est difficile de parler de Nohant sans dire quelque chose qui ait rapport à ma vie présente ou passée », écrivait George Sand. C’est par Nohant, par sa maison, que je l’ai rencontrée. À vrai dire, elle ne fut pas un modèle de ma jeunesse. Pour « la bonne dame », je n’éprouvais pas d’attirance. Ses romans, La Petite Fadette, etc., que la grand-mère de Marcel Proust tenait en si haute estime, me paraissaient bons pour les distributions de prix. Je participais à la dépréciation dont Sand a été victime après sa mort. Je la trouvais d’un âge qui n’avait plus grand-chose à dire aux filles de Simone de Beauvoir, dont je me revendiquais. […]”
> Un angle original pour redécouvrir cette écrivaine incontournable.

Articles liés

Coronavirus : peut-on en rire ?
Spectacle
266 vues

Coronavirus : peut-on en rire ?

Le sujet est grave et pourtant la créativité, le scepticisme, voire la colère, s’expriment aussi par le rire. Caricatures, satires, stand-up confinés… Comment certains humoristes traitent-ils de la pandémie ? Avec une liberté d’expression très saine, c’est sûr. Faisons un...

La Vague : « La singularité comme une priorité »
Musique
260 vues

La Vague : « La singularité comme une priorité »

Singulier et mystique, le duo La Vague l’est sûrement. Portés par une pop surprenante, Thérèse et John répondent à nos questions, suite à leur second EP Lemme Be paru en novembre 2019. Vous définissez votre musique comme de la...

Coquette – Le nouvel EP de Hailey Tuck
Agenda
110 vues

Coquette – Le nouvel EP de Hailey Tuck

Un doux flashback dans les années folles avec le nouvel EP de la chanteuse Hailey Tuck.  Après le succès de l’album Junk,  la chanteuse dévoile aujourd’hui six nouveaux titres sur un EP intitulé Coquette. Entre jazz et pop, tristesse et...