0 Shares 3962 Views

Art Capital : Frédérique Assaël expose au Salon des Artistes Français 2018

Léa Marchand 12 février 2018
3962 Vues

© "Osmose III" Huile sur toile 195x195 cm / Photo 2 : © Tous droits réservés

Présente au Grand Palais, dans le cadre d’Art Capital, pour la 228édition du Salon des Artistes Français, l’artiste peintre Frédérique Assaël travaille le portrait à la peinture à l’huile. Un savant alliage de figuration, d’abstraction et de techniques anciennes.

 

Frédérique Assaël compose ses portraits avec des techniques anciennes, proches de celles de Raphaël ou Léonard De Vinci. À Bruxelles elle travaille dans plusieurs ateliers, puis elle se perfectionne dans les techniques de la peinture à l’huile à travers l’histoire de l’Art dans l’atelier d’Hélène Legrand à Saint-Germain-en-Laye. Elle est membre de la Fondation Taylor et sociétaire du Salon d’Automne.

Le regard, portrait de l’âme

Dans ces premières toiles, elle explore le nu et le portrait, puis elle s’engage dans un travail plus personnel en se concentrant sur le portrait. Elle trouve tout particulièrement son inspiration dans la singularité et l’émotion des sujets. Son souhait : retranscrire sa vision personnelle du portrait grâce à sa peinture. Sensible aux émotions qui passent dans les yeux de ses modèles, elle s’attache à créer un lien entre la peinture et le public, une connexion par le regard.

La création débute par le dessin du sujet sur la toile de lin qu’elle fabrique. Ces toiles se concentrent dans une composition cadrée, avec un faisceau de lignes qui se rejoignent, telle des connexions nerveuses. Au centre du tableau, les yeux captivent le public, le saisissent sur le vif, comme si le tableau nous regardait. L’utilisation de la terre verte, sur le fond des toiles, et du blanc tempéra à l’œuf fait apparaître les traits du visage comme des craquelures, des reliefs qui permettent de révéler les traits du sujet.

Vénérable Société des Artistes Français

Décidément, cet alliage de techniques anciennes, de figuration et d’abstraction est du plus bel effet ! Et il sera possible de l’apprécier de visu à Art Capital. Sous la verrière prestigieuse du Grand Palais de Paris, cet événement artistique regroupe aujourd’hui des « salons historiques » qui ont traversé l’histoire, au-delà des modes, et dans lesquels s’exprime aujourd’hui la création contemporaine, dont la Société des Artistes Indépendants, les Comparaisons, le salon du Dessin et de la Peinture à l’eau et la vénérable Société des Artistes Français.

Héritière directe du salon créé au 17e siècle par Colbert, pour Louis XIV, cette manifestation est aujourd’hui ouverte à tous (artistes français et étrangers), soit chaque année plus de 650 artistes internationaux, admis par un jury régulièrement renouvelé qui les sélectionne et distribue médailles et prix privés.

Léa Marchand

Pour en savoir plus sur l’artiste : 

Facebook 

Instagram

Site

 

 

 

 

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
50 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
51 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
61 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...