0 Shares 633 Views

Découvrez l’exposition “Dans les yeux d’Antoine Giacomoni” à Millau

Une exposition sur le photographe Antoine Giacomoni ouvre ses portes au tiers lieu PingPong Le Toit à Millau, organisé par Aporia Culture, structure culturelle en Aveyron du 20 juin au 30 août.

Axée sur l’univers musical, cette exposition présente une vingtaine de portraits d’artistes rock mais aussi reggae, tels que Johnny Thunders du groupe The New York Dolls, Serge Gainsbourg, Boy George ou encore Cédric Myton du groupe The Congos (affiche).

Antoine Giacomoni, originaire de Corse, part à Paris dans les années 70 pour étudier les Arts Plastiques à la Sorbonne. Passionné de musique et de photographie, il s’installe à Londres pendant le mouvement punk et devient photographe professionnel. Il est ensuite l’auteur d’une centaine de portraits d’artistes, musiciens, chanteurs, cinéastes, chorégraphes, acteurs, créateurs de mode des années 70 à 2000.

C’est en parcourant la Jamaïque en 1978 qu’Antoine Giacomoni a décidé de faire de la photographie son métier. À travers les portraits et photos-reportages qu’il a réalisés sur l’île à cette époque, c’est toute une communauté rasta qu’Antoine fait découvrir en Europe : les rues, les plages, les sound system, les fresques murales, Jimmy Cliff, Bob Marley, Toots, Lee Perry, Cédric Myton des Congos…

C’est ensuite sous le titre Mirror Session que les plus grands artistes, tels que Daho, Bauhaus, Nico, Nick Cave… ont pris la pause devant son objectif. Antoine Giacomoni a inventé un dispositif photographique, pour prendre les artistes à travers un miroir transportable. Nombreux sont ceux qui se sont laissés tirer le portrait en noir et blanc.
Ses photos sont régulièrement utilisées comme pochettes d’albums et de vinyles, elles sont également publiées par la presse musicale nationale et internationale : RockRock & FolkPlayboyTéléramaOngaku-Senka (Japon), Zig Zag Magazine (UK), The Face (UK). Il les publie dans des ouvrages rétrospectifs : Portrait à travers le miroir (éd. La Sirène, 1991), Nico, drama of exile (éd. Horizon illimité, 2002), Reggae Jamaïca (éd. Horizon illimité, 2004), Daho par Giacomoni (éd. Horizon illimité, 2004).
En 2017-2018, la Philharmonie de Paris consacre une exposition à Etienne Daho qui commande plusieurs photos à Antoine Giacomoni. Celles-ci se retrouvent dans le catalogue de l’événement : Daho l’aime pop ! (éd. Gallimard, Cité de la musique, Philharmonie de Paris, 2017).

En septembre 2021, les Rencontres de la photographie d’Arles rendaient hommage à Antoine Giacomoni. En 2019, c’était le Festival international du Disque et de la BD à Perpignan qui lui consacrait une exposition.

En parallèle, Antoine Giacomoni est très attaché à ses racines corses et aux identités territoriales en lutte. Il réalise plusieurs séries à travers le miroir, qui seront publiées sous les titres : La Corse à travers le miroir (éd. La Marge éditions, 2002) et Les Catalans à travers le miroir (éd. Trabucaire, 20007).

Charlotte Athlan-Clavreuil

Articles liés

Peter et les grands oiseaux blancs – Un conte fantastique à découvrir aux Déchargeurs
Agenda
20 vues

Peter et les grands oiseaux blancs – Un conte fantastique à découvrir aux Déchargeurs

Au cœur d’une forêt de notre monde, Peter, jeune homme ignorant tout de son passé, erre, à la recherche de son identité. C’est alors qu’il fait la connaissance de Clo’, plutôt jeune fée autrefois Clochette, Na’, étrange fée autrefois...

LIGHTS in the DARK, plus qu’un spectacle, une expérience, au Théâtre Libre
Agenda
48 vues

LIGHTS in the DARK, plus qu’un spectacle, une expérience, au Théâtre Libre

“Une performance internationale unique qui va vous faire vibrer et plonger dans un monde parallèle.”  LIGHTS in the DARK est un spectacle unique au monde de la troupe E.L Squad ( Electro-Luminiscence). Dirigée par le chorégraphe Yokoi, référence mondiale...

Madame Fraize est de retour au Théâtre du Rond-Point
Agenda
48 vues

Madame Fraize est de retour au Théâtre du Rond-Point

Monsieur Fraize flotte dans une robe verte et fendue, il chante l’amour et le manque. Peut-être a-t-il emprunté la robe de Madame Fraize pour mieux parler d’elle, âme sœur et tout à la fois grand-mère, sœur et marraine ?...