0 Shares 2527 Views

Du street art brésilien à Évry avec Cranio

16 avril 2015
2527 Vues
cranio

Du street art brésilien à Évry avec Cranio

Cranio_evry_franceDans le cadre du Festival Street Art d’Évry Centre Essonne, l’artiste brésilien Cranio honore le territoire de sa première visite en France. Il réalise en ce moment même une fresque sur la façade du gymnase des Loges à Évry. Une fresque qui symbolise les fondamentaux de l’artiste : opposer le monde traditionnel d’Amérique latine à celui de notre société urbaine de consommation. 

Cranio, un artiste autodidacte…

“J’ai commencé à dessiner dès l’âge de 2 ans. Mon côté un peu cérébral m’a valu ce surnom Cranio – crâne en Français. Passionné par les bandes dessinées et la représentation du quotidien, j’ai appris à dessiner dans la rue. Dès 14 ans, en 1998, je réalisais des fresques dans les rues de Sao Paulo.” Cranio commence d’abord par le graff puis réalise des fresques de plus en plus grandes inspirées des cultures tribales amazoniennes.

 

Cranio_evry_poisson_frog… de renommée internationale…

De Los Angeles à Barcelone en passant par Brick Lane à Londres, Cranio laisse désormais son empreinte dans les quartiers les plus connus de la scène street art. Il a participé à l’exposition “Lost in London” en 2012. L’année suivante, c’est dans sa ville natale, à Sao Paulo, qu’il intervient à la biennale de street art. En mars 2014, il exposait dans le cadre du Off du Festival Street Art de Miami (Wynwood). Après son passage à Évry, il rejoindra Amsterdam puis Londres pour travailler sur de nouveaux projets.

CAECE_7Festival_street_art_Cranio_Evry_Gymnase_des_Loges_ANL_7109… qui interroge le quotidien

Le style si particulier de Cranio se caractérise par la présence de personnages bleus (des indiens). Dans ses fresques, le monde traditionnel d’Amérique latine s’oppose à celui de notre société urbaine de consommation.
Sous les bombes aérosols, ces indiens prennent vie de manière humoristique et un peu cynique. Ils incitent les passants à réfléchir sur le quotidien. “Nous sommes tous des indiens dans une grande forêt, chassant ce dont nous avons besoin pour vivre au quotidien. Mais la couleur bleue de mes personnages permet une distanciation. Cela leur donne un air onirique, comme s’ils venaient d’un monde parallèle. Leur physionomie est assez proche des figures de l’artiste portugais Os Gemeos qui m’a beaucoup influencé.”

 

 

[Visuel © Lionel Antoni-CAECE]

Articles liés

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma
Art
259 vues

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus...

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo
Agenda
117 vues

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo

America Latina, nouveau film des Frères d’Innoncenzo, sortira en salle le 17 août 2022. Massimo Sisti est dentiste. Il a tout ce dont il pouvait rêver : une sublime villa et une famille aimante. Mais un évènement va bouleverser...

Le géant Elektric Park Festival revient pour une 12e édition les 3 et 4 septembre !
Agenda
128 vues

Le géant Elektric Park Festival revient pour une 12e édition les 3 et 4 septembre !

Le géant Elektric Park Festival revient en grande pompe les 3 et 4 septembre prochain sur l’île des Impressionnistes. Etienne de Crécy, Vladimir Cauchemar, Arnaud Rebotini, Mr. Oizo, Vortek’s… plus d’une centaine d’artistes sont prévus sur 5 scènes pour...