0 Shares 1166 Views

Du street art brésilien à Évry avec Cranio

16 avril 2015
1166 Vues
cranio

Du street art brésilien à Évry avec Cranio

Cranio_evry_franceDans le cadre du Festival Street Art d’Évry Centre Essonne, l’artiste brésilien Cranio honore le territoire de sa première visite en France. Il réalise en ce moment même une fresque sur la façade du gymnase des Loges à Évry. Une fresque qui symbolise les fondamentaux de l’artiste : opposer le monde traditionnel d’Amérique latine à celui de notre société urbaine de consommation. 

Cranio, un artiste autodidacte…

“J’ai commencé à dessiner dès l’âge de 2 ans. Mon côté un peu cérébral m’a valu ce surnom Cranio – crâne en Français. Passionné par les bandes dessinées et la représentation du quotidien, j’ai appris à dessiner dans la rue. Dès 14 ans, en 1998, je réalisais des fresques dans les rues de Sao Paulo.” Cranio commence d’abord par le graff puis réalise des fresques de plus en plus grandes inspirées des cultures tribales amazoniennes.

 

Cranio_evry_poisson_frog… de renommée internationale…

De Los Angeles à Barcelone en passant par Brick Lane à Londres, Cranio laisse désormais son empreinte dans les quartiers les plus connus de la scène street art. Il a participé à l’exposition “Lost in London” en 2012. L’année suivante, c’est dans sa ville natale, à Sao Paulo, qu’il intervient à la biennale de street art. En mars 2014, il exposait dans le cadre du Off du Festival Street Art de Miami (Wynwood). Après son passage à Évry, il rejoindra Amsterdam puis Londres pour travailler sur de nouveaux projets.

CAECE_7Festival_street_art_Cranio_Evry_Gymnase_des_Loges_ANL_7109… qui interroge le quotidien

Le style si particulier de Cranio se caractérise par la présence de personnages bleus (des indiens). Dans ses fresques, le monde traditionnel d’Amérique latine s’oppose à celui de notre société urbaine de consommation.
Sous les bombes aérosols, ces indiens prennent vie de manière humoristique et un peu cynique. Ils incitent les passants à réfléchir sur le quotidien. “Nous sommes tous des indiens dans une grande forêt, chassant ce dont nous avons besoin pour vivre au quotidien. Mais la couleur bleue de mes personnages permet une distanciation. Cela leur donne un air onirique, comme s’ils venaient d’un monde parallèle. Leur physionomie est assez proche des figures de l’artiste portugais Os Gemeos qui m’a beaucoup influencé.”

 

 

[Visuel © Lionel Antoni-CAECE]

Articles liés

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine
Spectacle
49 vues
Spectacle
49 vues

« The way she dies » : pour l’amour d’Anna Karénine

Au croisement des langues et des cultures, le collectif TgSTan et le metteur en scène Tiago Rodrigues donnent naissance à un spectacle poétique et irradiant, qui célèbre la passion en même temps que la littérature. Un moment théâtral de...

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz
Agenda
35 vues
Agenda
35 vues

YES! TRIO : le premier album studio de trois maîtres du jazz

Soudés par une amitié de vingt-cinq ans, trois maîtres contemporains du jazz, Ali Jackson (batterie), Aaron Goldberg (piano) et Omer Avital (contrebasse), réactivent avec bonheur la tradition du genre, au sein d’un trio moderne qui magnifie l’esprit du swing...

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère
Agenda
37 vues
Agenda
37 vues

Tempête en Juin au Théâtre La Bruyère

En 1942, dans la France occupée, Irène Némirovsky écrit son roman le plus déchirant, « Suite française ». Il restera inachevé. Le premier tome de ce roman, « Tempête en juin », suit une quarantaine de personnages sur les...