0 Shares 2562 Views

Elsa Åkesson : “Madagascar est l’une de mes plus grandes influences”

Aurore Hurstel 28 mars 2022
2562 Vues

Elsa Åkesson

Artiste contemporaine malgache vivant a New York, Elsa Åkesson nous explique son extraordinaire parcours, ses multiples casquettes dans l’art et son incroyable héritage malgache.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ? 

Je suis suédoise, malgache, née à Madagascar. À l’âge de 9 ans, j’ai rejoint un pensionnat en Suisse. Ensuite, j’ai intégré une école de commerce à Madrid, ce qui était l’opposé total de l’art. Après l’Espagne, j’ai déménagé à Londres, pour étudier l’art plastique. Je suis une artiste contemporaine, spécialisée dans la peinture à l’huile. En plus de cela, j’aime collectionner un peu d’art. J’ai aussi eu la chance de côtoyer le monde de l’art par d’autres moyens, par exemple en contribuant à des magazines d’art. J’ai aussi ma propre entreprise, Spongy Bags, qui crée des emballages artistique durables. Je suppose que je porte plusieurs casquettes dans le monde de l’art, mais j’aime être connue comme étant principalement une artiste peintre. Je dirais que je suis surtout connue dans le monde de l’art comme l’artiste qui peint les petits enfants de Madagascar.

Comment êtes-vous devenue peintre ? 

Cela a commencé quand j’avais 16 ans à l’école. J’avais un très bon professeur d’art qui m’a vraiment poussée à peindre des choses que je n’aurais jamais imaginées pouvoir peindre. Elle me poussait vraiment au-delà de mes limites. C’est là que j’ai découvert que je pouvais peindre, et que j’avais le talent pour peindre. Mais à cette époque, je ne l’ai pas pris au sérieux, c’était plutôt un passe-temps. Puis j’ai fait une école de commerce à Madrid, j’ai vu que je ne pouvais pas consacrer assez de temps à ma peinture comme je le voulais. J’ai compris que l’art était vraiment ma passion, et que j’avais la chance d’avoir ce talent. Et je me suis aperçue que plus je peignais, plus je m’améliorais. Je suis arrivée à un point où j’ai compris que tout ce que je voulais faire était de peindre et que j’avais le talent, alors j’ai vu ça comme un signe que je ne pouvais pas ignorer. J’ai décidé d’abandonner l’école et de m’inscrire dans une école d’art. Cela m’a amenée à Londres où j’ai fait ma licence à l’université d’art de Londres. Après cela, j’ai décidé que je devais faire un master pour comprendre le marché de l’art. Parce que je pense que c’est ce qui manque à la plupart des artistes, ils ont le talent, ils sont incroyables dans ce qu’ils font, mais dans les écoles d’art, on ne vous apprend pas à vous vendre en tant qu’artiste. Alors j’ai suivi ce programme de master chez Sotheby’s. 

Aujourd’hui, je suis une artiste, j’aime ce que je fais, c’est ma passion, je vis et respire l’art. J’aime tout simplement ça. Aujourd’hui, je dirais que je suis une peintre professionnelle et que je le fais professionnellement depuis environ trois ans et demi.

Elsa Åkesson

Quelles sont vos influences et vos inspirations ? 

Mes influences sont surtout mon pays, Madagascar. Je trouve particulièrement de la joie à peindre et à représenter les enfants de Madagascar. Je pense qu’il y a une telle pureté et une joie incroyable, dans leur façon de vivre, ils sont juste si heureux. Ce qui me fait vraiment mal, c’est que les enfants de Madagascar, lorsqu’ils sont représentés dans les journaux et dans le monde entier, ils sont toujours représentés de manière très souffrante et triste, alors qu’en grandissant à Madagascar, j’ai pu constater qu’ils sont vraiment heureux, je dirais même qu’ils semblent plus heureux que beaucoup de gens que je rencontre ailleurs. Ils ont une joie qui est vraiment unique et exceptionnelle. Ils méritent la reconnaissance internationale. La plupart du temps, j’essaie de rendre à la communauté ce qu’elle m’a donné, lorsque je vends mes œuvres, j’essaie d’aider autant que possible. Par mon art, je veux vraiment respecter le plus que je peux Madagascar, respecter les cultures et montrer leur beauté à un public plus large. 

Madagascar est l’une de mes plus grandes influences, mais en tant que femme, je suis très inspirée par les figures féminines et j’aime vraiment explorer le corps et la figure de la femme dans mon art. Chacune de mes œuvres est en fait un autoportrait, car même si je peignais par exemple un portrait de petits enfants de Madagascar, j’inclurais toujours dans cette peinture quelque chose qui me représente d’une certaine manière. Par exemple, cela pourrait être la couleur de la Suède. Je suis aussi une personne très soignée et ordonnée (ce qui est assez drôle pour une artiste) et je pense que mes peintures en sont aussi une représentation. Elles sont très soignées et nettes.

Vous êtes un artiste autodidacte, c’est très impressionnant. Comment avez-vous fait ?

J’essayais de mélanger les couleurs. Mon père était un collectionneur d’art, j’ai donc grandi avec l’art autour de moi. Quand j’ai commencé à peindre, même si mes peintures n’étaient pas très belles, entendre mes parents et les gens autour de moi dire que mes peintures étaient superbes m’a rendue très heureuse et m’a poussée à peindre de plus en plus. Je pense donc que ce sont les encouragements positifs qui m’ont vraiment aidée. En termes de techniques, j’en ai simplement exploré des différentes, j’allais dans les magasins d’art et comme mon père aimait vraiment l’art, il était prêt à m’acheter beaucoup de matériel, alors je me laissais aller à essayer différentes techniques et peintures. J’ai ensuite travaillé avec quelques artistes qui m’ont expliquée comment utiliser la peinture et qui ont été un peu mes mentors. Cela m’a également permis de m’initier à la peinture et au métier d’artiste.

Elsa Åkesson, Portrait of Hope : Portrait of Elsa

Vous êtes actuellement en Master Art business à l’institut d’art Sotheby’s, pourquoi avez-vous choisi ce master ? et pourquoi avez-vous choisi de le faire à New York ?

Le master est vraiment pour comprendre le marché et avoir cet avantage en tant qu’artiste. Parce que si je veux vivre de mon art, je dois m’assurer que j’augmente toutes mes chances de réussir et la seule façon de le faire est de comprendre le marché et les différents secteurs du monde de l’art. Comment sont leurs mentalités, et comment ils travaillent en général. Avec ce marché de l’art, je peux m’assurer que je me différencie réellement des autres artistes et que je comprends le marché dans lequel je m’insère. Je pense que c’est très important pour le succès d’un artiste, vous devez comprendre le marché dans lequel vous voulez rentrer. 

Le master dure un an, mais j’ai fait mes deux premiers semestres à Londres et j’ai décidé de faire mon troisième semestre à New York parce que les États-Unis sont le premier pays dans le marché de l’art et plus précisément New York est le numéro 1. En étant à Londres pendant presque 5 ans, j’ai vraiment eu la chance de travailler sur le net, de comprendre et d’être dans le monde de l’art local à Londres. Étant donné que les États-Unis abritent le plus grand marché de l’art au monde, j’ai appris qu’il était très important pour moi de sortir de ma zone de confort à Londres, car j’avais déjà créé mon réseau de personnes, les gens commençaient à me connaître. C’était donc vraiment ma zone de confort. J’ai décidé d’en sortir et d’explorer le marché de l’art new-yorkais de première main et de voir les différentes opportunités qui sont disponibles ici pour les artistes en début de carrière. 

Qu’est-ce que vous préférez dans le métier d’artiste ? 

Ce que je préfère dans le métier d’artiste, c’est d’abord peindre, et être dans ma zone de confort, dans mon monde de l’art et de la créativité, c’est vraiment ce que je préfère. C’est presque thérapeutique, parce que je peins des tableaux hyper réalistes qui demandent beaucoup de patience, donc j’ai pris beaucoup de maturité dans le processus de création artistique, qui se rapporte à ma vie et que je peux utiliser dans ma vie, comme la patience. C’est ce que j’aime et la deuxième chose que j’aime vraiment, c’est le travail en réseau et les rencontres. J’ai rencontré tellement de personnes extraordinaires dans le monde de l’art. J’ai beaucoup appris d’eux. Rencontrer et interagir avec les gens, c’est ce que j’aime, parce qu’en tant qu’artiste, oui vous devez peindre, mais je dirais que l’autre moitié du temps, ce que vous devez faire, c’est socialiser, travailler sur Internet et rencontrer des gens, et j’aime ça, et j’aime les gens en général. Je dirais que ce sont les deux choses que j’aime le plus. J’aime aussi voyager et être artiste vous permet vraiment de voyager beaucoup et cela me rend très heureuse.

Vous êtes à moitié malgache, est-ce que les récents drames à Madagascar, ont eu un impact sur vos peintures ? 

Impact sur mon art, cela me donne juste envie de peindre plus sur mon pays et de représenter davantage Madagascar à travers mon art. Parce qu’encore une fois, oui Madagascar a vraiment souffert, et je le sais de première main parce que ma famille a été touchée par cela. C’est vraiment quelque chose dont nous souffrons beaucoup, mais en même temps, les Malgaches, quand il y a un problème, ils font de leur mieux pour s’en sortir et une fois que le problème est passé, ils continuent toujours à profiter de la joie de vivre et donc même si ce qui s’est passé, je pense que Madagascar va donner une autre raison au monde de représenter Madagascar d’une manière souffrante et cela me donne juste une raison de plus de les peindre dans leurs vrais yeux qui peu importe combien de douleur ils traversent et peu importe ce qu’ils traversent, ils finissent toujours à la fin de la journée avec la joie de vivre et donc cela m’inspire à peindre plus sur eux mais pas seulement eux mais les peindre d’une manière que vous pouvez sentir leurs yeux pétiller à travers ma peinture, leur joie, leur innocence, leur pureté et leur bonheur. Vous voyez que vous pouvez vraiment être heureux avec rien, l’argent ne peut pas acheter le bonheur. Beaucoup de choses superficielles ne peuvent pas acheter le bonheur. Je veux vraiment montrer que le bonheur ne coûte rien. 

Quelle est l’œuvre dont vous êtes la plus fière ?

L’œuvre dont je suis la plus fière est probablement un tableau que j’ai peint en 2019, Happiness is a choice II. C’est le portrait de quatre petits enfants à Madagascar. Leurs yeux brillent dans cette peinture, c’est l’une des peintures dans laquelle j’ai mis le plus de patience et d’attention. J’ai passé 4 semaines, chaque jour, à travailler dessus. C’est une peinture que j’ai offerte à mon pensionnat de Suisse pour une vente aux enchères qu’ils avaient organisée pour récolter des fonds pour une bonne cause. C’est une peinture dont je suis très fière. Je suis un peu triste en même temps de ne plus l’avoir avec moi, cette peinture était tellement hyper réaliste, c’était mieux qu’une photo. Les gens pensaient que j’avais collé une photo sur la toile.

Elsa Åkesson, Happiness is a choice II


Retrouvez l’univers d’Elsa Åkesson sur son site Internet et sur Instagram

Propos recueillis par Aurore Hurstel

Articles liés

“Introspective” : le tout premier EP de la talentueuse Klar arrive très prochainement !
Agenda
119 vues

“Introspective” : le tout premier EP de la talentueuse Klar arrive très prochainement !

Ce vendredi 3 février, Klar sort son premier EP Introspective. L’EP se construit autour de 6 chansons dans une ambiance rythmée par des mélodies indie-pop/dream. Klar a toujours conçu un monde rempli d’amour propre et d’acceptance de soi, de...

Le Colors Festival Paris 2023 approche : vivez une expérience inédite et immersive
Agenda
125 vues

Le Colors Festival Paris 2023 approche : vivez une expérience inédite et immersive

En quête de nouveautés artistiques pour 2023 ? Bonne nouvelle, le Colors Festival est de retour pour une troisième édition encore plus spectaculaire. Plus de 80 street artistes et 4500m2 à explorer librement ! Du street art à la...

Max Darmon annonce la sortie d’un premier EP Intitulé “La Grande Aventure”
Agenda
87 vues

Max Darmon annonce la sortie d’un premier EP Intitulé “La Grande Aventure”

Bassiste professionnel depuis plusieurs années, Max Darmon s’impose comme auteur et compositeur avec son premier EP La Grande Aventure dont la sortie est prévue le 31 mars 2023 chez Antipodes Music. A vingt-neuf ans, son imaginaire musical rempli de...