0 Shares 315 Views

Ema – graffiti

5 avril 2011
315 Vues
Ema et son expo

Petite, menue, et féminine. Simple, humble, et timide. Florence Blanchard ne cadre pas avec l’image qu’il est possible de se faire des artistes du milieu Hip Hop au sein duquel, pourtant, elle grandit et se construit. Elle n’a que treize ans lorsque, pour la première fois, elle s’empare d’une bombe pour tagguer les murs isolés d’une zone désertée de sa ville natale du Sud de la France, Montpellier. L’ennui, le vide culturel de sa ville, l’effet de bande, prétexte  modestement une des pionnières du graffiti français au féminin.

La pré-adolescente un peu marginale qui se cherchait vainement dans les univers et les références autour d’elle ne pouvait pourtant que se trouver dans le mouvement culturel, par essence, des outsiders. Elle le fait sous le pseudonyme d’Ema. Le coup de foudre est esthétique mais la démarche, d’emblée, est identitaire. « A un âge où l’on n’est ni adulte ni enfant, le graffiti donnait une existence secrète. J’ai passé mon adolescence à peindre dehors, la nuit. C’est comme un jeu et personne n’en connait les règles, à part nous », explique-t-elle par bribes de mots, parfois de phrases, du bout des lèvres. Comme toujours, lorsqu’il s’agit de parler d’elle et même de ses œuvres, Florence Blanchard baisse le ton et le son de sa voix, ne va pas au bout de ses phrases. Idem dès lors que le clic d’un appareil photo se déclenche. Puis elle baisse les yeux. 

Florence semble se méfier de ses mots et de son image, mais acquiert au fil des années d’entraînement et d’expérience assez de confiance en son art pour graffer une dizaine de mètres carrés de surface murale au feeling, sans brouillon. Elle semble chercher à occuper le minimum d’espace sonore et physique, mais n’hésite pas à étaler haut en couleurs son identité artistique éclatée sur un nombre incalculable de kilomètres de trains et de murs en France, en Espagne, en Angleterre, ou encore aux Etats-Unis. Florence ne parait décidément pas dans la vie comme Ema est à travers son art : explosive, dispersée, mature et confiante. 

Eternelle dualité, emblématique de sa vie.

Son identité se construit dans un entre-deux constant et déconcertant: entre les Etats-Unis et la France, entre la science et l’art, entre les murs industriels et ceux plus branchés des expositions. Elle démultiplie cette dualité en élargissant des influences désormais aussi éclectiques que la playlist en fond sonore : The Drums, Cate Le Bon, The Knife, etc. « Le graff, c’était comme une drogue : difficile d’en sortir, mais j’en avais besoin. Je m’en inspire toujours. J’utilise toujours la bombe et les murs. Mais en 2005, c’était fini […] Je me définis plus comme une peintre aujourd’hui. » D’ailleurs, pas de bombes ni de rouleaux sur son bureau de travail. Que des pinceaux.

Où peut-on voir son travail ?


Chez Voskel : exposition « Wild cats &Teddy boys »
 

fumeur_bleu_chaiseDu mardi 5 avril au samedi 21 mai, elle présente avec Kashink une galerie de scènes et de portraits inspirés par la grande époque rock des années 50, plus précisément le rockabilly: coiffure « banane », bad boys au blouson de cuir noir, pinups au visage raffiné, etc. Leurs univers se croisent pour n’en former qu’un, décalé, à mi-chemin entre la figuration narrative, le folklore mexicain, et le graffiti.

Lydie Mushamalirwa



Voskel 
5, rue Jean-Pierre Timbaud 
www.voskel.com/node/311

 

Photos de l’avant-exposition par Gaëlle Lepetit

 

Dans la rue :

florenceblanchard.wordpress.com
 

Ema__Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Silvio Magaglio
 

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
243 vues
Cinéma
243 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...