0 Shares 706 Views

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Fatma Alilate 12 août 2022
706 Vues
Terrasse urbaine du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille © Fatma Alilate

Terrasse urbaine du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille © Fatma Alilate

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus de 1300 œuvres et représente près de 600 artistes. Le lieu par son architecture et ses différentes spécificités est assez incroyable.

Issus du partenariat Etat-Régions, les Frac ont été créés en 1982. Leur rôle est de conserver, diffuser et rendre accessible l’art contemporain à tous les publics. Le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur fait partie de la “nouvelle génération”, à vocation expérimentale – six Frac en France sur une vingtaine. Il a été conçu par l’architecte japonais de renommée internationale Kengo Kuma (né en 1954). Cet architecte a réalisé de nombreuses institutions dont un autre Frac de deuxième génération, il vient de rénover le Musée Albert-Kahn, à Boulogne-Billancourt.

Frac PACA, Marseille © Fatma Alilate

Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille © Fatma Alilate

La lumière de Marseille

Le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur est ouvert sur la ville avec une partie de sa structure en cœur d’îlot. Il est situé en centre hyper-urbain dans le quartier de la Joliette, l’ancien quartier des Docks. C’était un des lieux de vie les plus défavorisés de Marseille, il a bénéficié d’un important renouvellement urbain et est devenu un pôle économique et culturel. L’édifice signé Kengo Kuma a été inauguré en 2013, l’année où Marseille est consacrée Capitale européenne de la culture. L’architecte a érigé le bâtiment comme une métaphore verticale des rues animées des villes de la Méditerranée. La parcelle de terrain constituait une forte contrainte par sa forme triangulaire et sa localisation enserrée entre deux rues. Kengo Kuma a souhaité explorer la lumière de Marseille. Le bâtiment est atypique, recouvert d’une façade de panneaux en verre émaillé au nombre de 1700 cents qui filtrent la lumière – chaque panneau est incliné différemment.

Pour cette réalisation, Kengo Kuma s’est inspiré de l’œsophage du corps humain en concevant les espaces en fonction des missions attribuées pour le Frac. Des passerelles relient deux parties du bâtiment, formé de larges plateaux à l’allure aérienne. Le sol est en béton ciré car Kengo Kuma a voulu inscrire le lieu dans la continuité de la ville et en harmonie avec son rôle de diffusion de l’art contemporain. De la terrasse intérieure, nous apercevons des habitations. C’est très étonnant, un lieu d’art si proche de logements avec du linge étendu aux balcons. Au deuxième étage, la terrasse urbaine permet une autre expérience avec une vue panoramique sur le quartier de la Joliette. Sur la partie gauche, le Frac et sa multitude de panneaux se reflètent sur un immeuble. Face aux anciens Docks, nous apercevons la Seconde nature (2010), une œuvre élancée de Miguel Chevalier et Charles Bové.

Actuellement trois expositions en lien avec la saison France-Portugal et une installation-filmique primée au Festival de Cannes sont proposées.

"Rádio Voz da Liberdade" d'Ângela Ferreira - Frac PACA, Marseille © Fatma Alilate

“Rádio Voz da Liberdade” d’Ângela Ferreira – Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille © Fatma Alilate

Des expositions et un court-métrage

Au premier plateau, c’est un fait historique qui est repris par Ângela Ferreira. L’exposition-installation Rádio Voz da Liberdade rend hommage à une radio algérienne qui a hébergé une radio du Portugal de 1962 à 1974, pendant la dictature de “l’Etat Nouveau”. La représentation des deux radios avec leurs ondes est monumentale. Ângela Ferreira a été touchée par ces années de solidarité provenant d’un pays d’Afrique. Au second plateau, Wilfrid Almendra, artiste franco-portugais installé à Marseille, invite à la découverte d’Adélaïde – l’exposition est en deux parties, au Frac et au Panorama de la Friche de la Belle de Mai. Wilfrid Almendra s’inspire du monde ouvrier et emprunte des éléments de recyclage ou glanés pour valoriser une économie alternative basée sur les relations d’entraide. Sa pratique artistique transforme et sublime des objets utilitaires en installations poétiques. Pour Mauves (2022), un herbier inséré dans 36 plaques de verre qui s’étendent sur la baie vitrée de la terrasse intérieure, l’artiste se réfère à la beauté de la nature. A cet étage, est projeté le court-métrage Fireworks (Archives) – 2014 – d’Apichatpong Weerasethakul. Nous assistons à des mouvements d’images, des apparitions aux crépitements pyrotechniques. Ces formes ou statues représentent la lutte contre l’oppression en Thaïlande.

Au deuxième niveau dans le prolongement de la terrasse urbaine se trouve le Centre de documentation où l’on peut consulter les Bibliothèques éphémères constituées par les artistes exposés – choix d’ouvrages qui les ont amenés aux arts plastiques. Une exposition présente la pratique de l’insert ; des contenus inattendus et humoristiques insérés dans des journaux, des livres. Le fonds documentaire comporte près de 4000 publications.

Au plateau expérimental du dernier étage, accessible uniquement par l’ascenseur, Le Geste de Phyllis de Ramiro Guerreiro fait écho au bâti du Frac par la technique du dessin analysée sous l’angle de l’architecture et des politiques urbaines.

"Adelaïde" Wilfrid Almendra - Frac PACA, Marseille © Fatma Alilate

“Adelaïde” de Wilfrid Almendra – Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille © Fatma Alilate

Pour les premières expositions de son projet artistique Faire société, Muriel Enjalran a choisi des artistes aux univers esthétiques marqués par les liens sociaux et une conscience politique. Au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, les artistes jouent avec l’aménagement des espaces, les fenêtres, la luminosité. C’est un lieu d’exposition et de création idéal. Les scénographies sont souvent spectaculaires. Kengo Kuma a réalisé un édifice étonnant. Il y a laissé la marque de son talent et une certaine délicatesse.

Fatma Alilate

Ângela Ferreira Rádio Voz da Liberdade, au Frac – plateau explorations

Exposition du 25 juin 2022 au 22 janvier 2023 – Commissaire Muriel Enjalran, dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022.

Wilfrid Almendra Adelaïde – Une invitation du Frac et de Fraeme, Friche la Belle de Mai, au Frac – plateau perspectives

Exposition du 25 juin au 30 octobre 2022 – Commissaire Muriel Enjalran. Au Panorama — Friche la Belle de Mai Exposition du 24 juin au 16 octobre 2022 – Commissaire Sofia Lemos.

Ramiro Guerreiro Le Geste de Phyllis, au Frac – plateau expérimentations Exposition du 25 juin au 25 septembre 2022 Commissaires Martine Robin et Muriel Enjalran, en partenariat avec Paréidolie, salon international du dessin contemporain, Marseille.

Apichatpong Weerasethakul Fireworks (Archives), au Frac – plateau performatif intérieur

Exposition du 25 juin au 25 septembre 2022 – Commissaire Muriel Enjalran, dans le cadre du Grand Arles Express.

Articles liés

Peter et les grands oiseaux blancs – Un conte fantastique à découvrir aux Déchargeurs
Agenda
27 vues

Peter et les grands oiseaux blancs – Un conte fantastique à découvrir aux Déchargeurs

Au cœur d’une forêt de notre monde, Peter, jeune homme ignorant tout de son passé, erre, à la recherche de son identité. C’est alors qu’il fait la connaissance de Clo’, plutôt jeune fée autrefois Clochette, Na’, étrange fée autrefois...

LIGHTS in the DARK, plus qu’un spectacle, une expérience, au Théâtre Libre
Agenda
50 vues

LIGHTS in the DARK, plus qu’un spectacle, une expérience, au Théâtre Libre

“Une performance internationale unique qui va vous faire vibrer et plonger dans un monde parallèle.”  LIGHTS in the DARK est un spectacle unique au monde de la troupe E.L Squad ( Electro-Luminiscence). Dirigée par le chorégraphe Yokoi, référence mondiale...

Madame Fraize est de retour au Théâtre du Rond-Point
Agenda
51 vues

Madame Fraize est de retour au Théâtre du Rond-Point

Monsieur Fraize flotte dans une robe verte et fendue, il chante l’amour et le manque. Peut-être a-t-il emprunté la robe de Madame Fraize pour mieux parler d’elle, âme sœur et tout à la fois grand-mère, sœur et marraine ?...