0 Shares 2746 Views

Georges Brunon, artiste écologique

19 novembre 2009
2746 Vues
Georges Brunon

Georges Brunon::

 

Georges Brunon, témoin des années Saint-Germain-des-Prés

 

Au début des années 50, Georges Brunon est élève aux Beaux Arts de Paris. Il fréquente les cafés de Saint-Germain aux côtés de César, Dimitrienko, Kawun et Audiberti.

Témoin et acteur de cette époque, Georges Brunon est alors en plein questionnement. Il considère qu’un certain désespoir règne à cette époque. Il tente de trouver des réponses à ses interrogations, en se tournant vers la nature. Un peu plus tard, il fait la connaissance de Yves Klein dont il devient l’ami.

Il expose pendant plusieurs années, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Japon où il rencontre un grand succès ainsi qu’à Paris dans des galeries prestigieuses comme la galerie de Presbourg dirigée par Jean Forges et André Fried, la galerie de la Place Beauveau, la galerie de Buci et la galerie Etienne de Causans.

 

Georges Brunon, le poète et l’auteur de chansons d’Edith Piaf

Très vite, Georges Brunon se consacre à l’écriture. La poésie devient une passion. Il publie notamment  des recueils : « Au soir et au matin », « Les noces du cerisier »

Il devient l’ami d’Edith Piaf et de Georges Moustaki pour lesquels il compose des chansons  notamment « L’étranger » et « Jean l’Espagnol » pour Edith Piaf ainsi que « Nos corps » et « Le jugement dernier » pour Georges Moustaki.

Georges Brunon, un artiste écologiste

Georges Brunon trouve ses sources d’inspiration et puise ses réflexions dans l’observation de la Nature. Il a souhaité que sa peinture devienne le reflet du spectacle de la vie de la terre.
Pour Georges Brunon, il faut apprendre à regarder au-delà du temps des horloges, au-delà de la réalité. L’Art est là pour nous y aider. Passionné d’arts martiaux, Georges Brunon étudie le rapport entre l’aïkido, la spirale et le dessin.

Dans son ouvrage, « La Cité Impérieuse » (Editions Les Deux Océans), il voit l’art comme l’expression de l’homme dressé face à la technicité dévorante, comme le lien avec l’essence de la vie.
La pensée de Georges Brunon s’inscrit dans les réflexions philosophiques de Claude Lévi Strauss : « Expropriés de notre culture, dépouillés des valeurs dont nous étions épris, pureté de l’eau et de l’air, grâces de la nature, diversité des espèces animales et végétales, tous indiens désormais, nous sommes entrain de faire de nous-mêmes ce que nous avons fait d’eux. »

 

 

Plus d’informations sur l’artiste : www.georges-brunon.fr/

 

Articles liés

ColorsxStudio : une seconde édition à l’espace Niemeyer
Musique
142 vues

ColorsxStudio : une seconde édition à l’espace Niemeyer

Après une inauguration du festival en novembre 2021 dans un lieu tenu secret près de République, le studio Berlinois Colors s’est de nouveau installé à Paris du 28 novembre au 2 décembre 2022 au sein de l’espace Niemeyer dans...

“Les Yeux Fermés…” du chorégraphe Mickaël Le Mer : quand le hip hop rencontre Pierre Soulages
Agenda
96 vues

“Les Yeux Fermés…” du chorégraphe Mickaël Le Mer : quand le hip hop rencontre Pierre Soulages

Dans Les Yeux Fermés…, le chorégraphe Mickaël Le Mer s’inspire du grand peintre Pierre Soulages pour imaginer une quête poétique et lumineuse. S’inspirer du grand peintre Pierre Soulages pour imaginer une quête poétique, dansée et lumineuse. C’est en découvrant un...

Ne manquez pas Skullcrusher au POPUP! le 8 février !
Agenda
89 vues

Ne manquez pas Skullcrusher au POPUP! le 8 février !

Skullcrusher, alias pour Helen Ballentine, se prépare à sortir son tout premier album, “Quiet The Room” où la voix rauque de Ballentine se posera délicatement sur un son ambient, folk à la rencontre du shoegazing. Au travers de 14...