0 Shares 1099 Views

Gil Blondel : “Tout est toujours relié par le fait que c’est de l’écriture et que c’est humoristique”

Gil Blondel s’est fait connaître sur Facebook sous le pseudonyme “Un Faux Graphiste” grâce à ses détournements de bandes dessinées. Rencontre avec un auteur humoristique talentueux. 

Peux-tu nous expliquer en quoi consiste ton travail ? 

Ce que je fais avec “Un Faux Graphiste”, c’est du détournement de bandes dessinées et de gravures. J’ai commencé par faire des détournements de Tintin mais j’ai eu des soucis de droits d’auteur avec Moulinsart. Pour ne plus avoir ce souci, j’ai décidé de me tourner vers les bibliothèques de musées qui recèlent de gravures libres de droit. Concrètement ce que je fais, c’est prendre des gravures ou des bandes dessinées et y ajouter des bulles avec des phrases humoristiques.

Pourquoi avoir choisi le pseudonyme “Un Faux Graphiste” ?

C’est lié à un cours d’infographie que j’ai suivi à l’école. Je n’ai jamais voulu devenir infographiste. Dans mon travail, l’humour est plus important que la réalisation. À l’époque, je faisais des montages que je trouvais un peu nul et c’est un “jeu de mots” qui m’est venu.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Il y en a pas mal. Celui qui est le plus connu pour faire ce genre de choses c’est Philippe Geluck. Il y a aussi deux suisses, Plonk et Replonk, qui utilisent des vieilles images et les agencent de façon très absurde. Au niveau de l’humour, j’ai toujours adoré rigoler et donc quand j’ai pu essayer de faire rigoler, ça m’a énormément plu.

Envisages-tu d’en faire ton métier si ce n’est pas déjà le cas ?

Je n’aurais jamais pensé pouvoir en faire un métier mais petit à petit ça devient le cas. C’est aussi parce que je fais quelque chose que finalement peu de personnes font, alors que ce n’est pas très compliqué, mais c’est particulier et j’ai la chance de pouvoir tenter d’en vivre.

Quels sont tes projets ?

J’ai entamé plusieurs projets, en me disant que ce que je fais dans le détournement, c’est de l’écriture. L’écriture, c’est l’élément clé du projet de “L’excessif”, ma seconde page Facebook, où j’écris sur ma vie de façon humoristique. J’ai aussi un projet de BD avec un ami. Une vraie BD où c’est lui qui dessine – Anti Carnet de Voyage. J’ai également lancé des ventes d’éditions signées de détournements qui ont bien marché. Tout est toujours relié par le fait que c’est de l’écriture et que c’est humoristique. C’est ça le point commun, et je ne me vois pas faire autre chose. 

Pourquoi avoir deux comptes, “Un Faux Graphiste” et “L’excessif” ?

J’ai décidé de faire deux pages distinctes parce que je sentais que c’était très différent. “Un Faux Graphiste” c’est beaucoup plus universel et il n’y a pas de longs textes. Avec  “L’excessif”, je parle pas mal de ma vie et de choses plus personnelles. C’est un plaisir de raconter des choses pas très intéressantes de ma vie et de les rendre plus “exceptionnelles” grâce à l’humour. Ce sont deux pratiques bien différentes.

Envisages-tu de substituer petit à petit le format numérique par le format papier ?

Le format papier, j’y suis passé en 2017. J’ai eu la chance d’être publié par Delcourt (Un Faux Livre) qui est une grosse maison d’édition qui a beaucoup de projets BD plus classiques et qui, à l’époque, pouvait se permettre d’investir dans des choses un peu plus bizarres comme ce que je fais. L’intérêt principal de passer au papier, au-delà du rendu, c’est aussi de gagner sa vie. Sur internet tu ne gagnes rien, Facebook ne te paye pas, et Instagram non plus.

Peux-tu nous donner plus d’informations sur l’Abécéd’hair Approximatif ?

L’Abécéd’hair Approximatif que j’ai créé avec Thomas, plus connu sous le nom de Penseur étoile, c’est 120 jeux de mots qui sont illustrés par des gravures anciennes. Les jeux de mots, tout le monde en fait et tout le monde en a fait, donc la difficulté était d’essayer de faire quelques chose qui sorte un peu du lot. Ce livre, on l’autoédite, on fait tout nous-mêmes. Le projet est sur Ulule, une plateforme qui fonctionne grâce à une campagne de financement. Les gens qui participent à la campagne participent à l’édition du livre et l’auront en avant-première.

Plus d’informations sur la campagne Ulule

Pages Facebook Un Faux Graphiste et L’excessif

Propos recueillis par Juliette Dutranoix

Articles liés

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”
Cinéma
46 vues

Léa David, directrice de salle de cinéma : “La phase de colère est passée, je suis juste déçue”

Gérante d’une salle de cinéma à Clermont dans l’Oise, Léa DAVID a 24 ans et nous explique aujourd’hui les tenants et aboutissants d’un métier qui a du mal à survivre au COVID19.  Bonjour Léa, peux-tu nous expliquer ton parcours...

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »
Cinéma
48 vues

Marine Laclotte : « L’animation prend tout son sens lorsqu’elle sert le réel »

Rencontre avec la lauréate du Prix du Jury de la compétition internationale « Les Regards de l’ICART ». Marine Laclotte, jeune réalisatrice, revient sur son film « Folie Douce, Folie Dure », un documentaire animé qui nous plonge dans le quotidien d’un hôpital...

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK
Musique
57 vues

Rencontre avec Paul et Mus, le duo du groupe Fantomes pour leur nouvel album IT’S OK

Fantomes, c’est un duo qui naît autour de l’amour des vieux amplis et des riffs de guitare bien gras, un duo qui se fiche des tendances musicales, qui joue surtout pour se sentir vivant. Après un premier EP éponyme...