0 Shares 1005 Views

José Manuel Egea : le lycanthrope de l’art contemporain

19 septembre 2016
1005 Vues
José-Manuel-Egea-galerie-christian-berst

José Manuel Egea. Lycanthropos

Du 3 septembre au 15 octobre 2016

Du mardi au samedi de 14 à 19 h

Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
75003 Paris
01 53 33 01 70
M° Arts et Métiers

www.christianberst.com

EGE-099Vous ne le savez peut-être pas, mais vous êtes un lycanthrope ! Entendez, un loup-garou. José Manuel Egea en est persuadé – à commencer par lui-même – et tente de le démontrer dans chacun de ses dessins ou dans ses sculptures. Le résultat est fascinant, effrayant, génial ! Une découverte du galeriste Christian Berst.
 

Il raye, rature, biffe, recouvre parfois entièrement ces personnages en papier glacé arrachés des pages des magazines. Ils disparaissent sous ces hachures larges pour devenir des monstres, des êtres inquiétants. Certes, les stars et autres mannequins publiés ne l’intéressent pas en tant que tels : ils ne sont qu’un prétexte.

 

Car José Manuel Egea s’attache à révéler l’invisible, à savoir, la part animale qui est en chacun de nous, “l’ombre” de Carl Jung, cette dualité qui s’incarne dans ce mythe du loup-garou. Et José Manuel Egea est persuadé d’en être un.

 

EGEA-049Alors il n’attend certes pas les nuits de pleine lune pour imaginer qu’il se transforme. Cela se passe pendant ses crises : alors il hurle, crie et déchire toute sorte de choses, dont ses vêtements en particulier.

José souffre de schizophrénie, et plus précisément de lycanthropie clinique.

Il vit donc bien réellement ses crises, mais ensuite, il se met en scène, prend des pauses, porte un masque…

Il incarne aussi un rôle et devient “performeur”.

 

 

 

L’expression d’une dualité

Né en 1988 à Madrid, le jeune loup-garou dessine dans l’atelier du collectif Debajo del Sombrero (sous le chapeau) depuis 2000. Il est fasciné par ce mythe populaire dont les origines remontrent à un épisode où le roi d’Arcadie Lycaon offre l’hospitalité à Zeus déguisé en mendiant. Or, Lycaon lui sert de la viande humaine, une chose inconcevable pour le dieu qui de rage, le transforme alors en loup.

EGEA-022L’attrait pour le loup-garou vient aussi de ce que pendant ces fameuses nuits de pleine lune, le personnage mi-homme, mi-animal devient un autre, tombe dans les excès et ne se souvient plus de rien au réveil lorsqu’il retrouve son apparence humaine.

Un accès à un espace où tout est permis, d’une certaine façon.

Mais José est également fasciné par les super héros de Marvel qu’il lisait enfant, ces êtres aux supers pouvoirs capables de se métamorphoser à l’envi, avec une attention particulière à Hulk qui lui aussi se transforme, devient ultra puissant (et déchire ses vêtements!), fait peur et doit cohabiter avec deux entités.

 

EGE-065Le sens caché des dessins de José Manuel Egea

Ses dessins n’ont rien d’anecdotique, et il essaie de raconter son monde à travers les mots ou les phrases qu’il associe à certaines images : androgyne, naissance, transformation, machistar (“faire macho”), j’aimerai voir mon père naître, cordon ombilical, arracher la bestialité d’un adolescent qui devient mi-homme, mi-loup, violence contrôlée…

Cela pourrait être un jeu d’enfant, mais ce serait ne pas prendre au sérieux la démarche de José Manuel Egea qui pose finalement des questions sur nos origines, notre dualité, notre altérité.

Ce sont des mots d’un poète avant tout.

Stéphanie Pioda

 

[Photos © galerie Christian Berst]

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
249 vues
Cinéma
249 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
400 vues
Cinéma
400 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...