0 Shares 568 Views

“Je reviens à 19h” – Les nouvelles facéties de Pierrick Sorin

21 janvier 2015
568 Vues
Portrait_de_Pierrick_Sorin._Credits_photo_Pierrick_Sorin_-_Courtesy_Galerie_Piece_Unique

Pierrick Sorin – Je reviens à 19h

Jusqu’au 28 février 2015

Du mardi au samedi, de 11h à 13h et de 14h30 à 19h

Galerie Pièce Unique
4, rue Jacques Callot
75006 Paris

M° Saint-Michel (ligne 4)

www.galeriepieceunique.com

Jusqu’au 28 février 2015

Poète et magicien de l’imaginaire, Pierrick Sorin nous enchante encore une fois avec cette exposition en deux temps. Il crée l’événement en mettant en scène dans la vitrine cette femme-hologramme à barbe, aguicheuse et sensuelle, provoquant le trouble chez les passants. Humour et dérision président ce nouveau projet. Rencontre avec cet artiste à part.

Pierrick_Sorin_JE_REVIENS_A_19H_installation_dans_la_vitrine_de_la_galerie_Piece_unique._Credits_photo_Pierrick_Sorin_-_Courtesy_Galerie_Piece_UniqueComment ce projet d’exposition s’est-il mis en place dans la galerie Pièce Unique ?

Lorsque la galerie m’a proposé de faire cette exposition, Pierrick_Sorin_JE_REVIENS_A_19H_installation_dans_la_vitrine_de_la_galerie_Piece_unique_Paris._Credits_photo_Pierrick_Sorin_-_Courtesy_Galerie_Piece_Uniquej’ai un peu hésité car il y a à chaque fois beaucoup de complexités techniques. Ce qui m’a particulièrement tenté ici, c’était la possibilité d’occuper une vitrine, un espace visible de la rue et dans lequel les gens ne pouvaient pas entrer. Et c’est comme ça que j’ai pensé y installer un hologramme.

Vous présentez cette femme à la manière des prostituées derrière les vitrines dans le Quartier Rouge d’Amsterdam. Pourquoi jouez-vous sur cette ambiguïté ?

Ce qui me plaisait avant tout était de faire une installation visible de la rue Jacques Callot, et en me posant la question de ce qui pourrait accrocher les gens : j’ai voulu faire croire qu’une prostituée s’y était installée. C’était la période où a été discuté le projet de loi sur la dépénalisation de la prostitution pour les clients, je me disais que ça ferait un petit pied de nez à cette loi… Mais je vivais également à ce moment une relation amoureuse avec une femme très jolie. J’étais fasciné et j’avais envie de la filmer !

Pierrick_SORIN_Choregraphie_pour_savonnette._Credits_photo_Pierrick_Sorin_-_Courtesy_Galerie_Piece_UniqueLa première motivation a été de faire cette installation depuis la vitrine, et ensuite il fallait montrer d’autres pièces dans l’autre espace du 26 rue Mazarine…

Je ne voulais pas ressortir des pièces anciennes qui sont un peu lourdes et compliquées à mettre en route. J’ai été motivé, non pas par des préoccupations intellectuelles et artistiques, mais par le challenge technique : réaliser des œuvres pas trop grandes, bien faites et qui fonctionnent quand on les branche !… 

Que racontez-vous dans ces petites scènes ?

Lorsque je me mets en scène, je raconte toujours des histoires d’un personnage qui n’avance pas, qui tourne en rond, qui tombe… Je prends souvent ce thème de l’inadaptation d’un individu dans un environnement et j’en fais le prétexte d’une petite chorégraphie. Mon installation préférée est peut-être celle avec la projection et le ventilateur.

Pourquoi ?

Le point de départ est quelque chose d’assez potache : une machine à mauvaises odeurs. Cet objet, qui semble délirant tout en ayant un fonctionnement cohérent, s’inscrit dans la lignée des objets surréalistes. Et il y a une prouesse poético-technique involontaire : cette image qui se projette sur le ventilateur passe à travers les pales et crée une image sur le mur. On ne voit pas qu’elle est coupée sans arrêt, comme avec un projecteur de cinéma. Cela condense beaucoup de choses, entre l’histoire du cinéma et le surréalisme. Cette installation s’appelle “Woody haleine”, un jeu de mots sur sa mauvaise haleine !

Pierrick_SORIN_Artiste_vieillissant_dans_le_vent._Credits_photo_Pierrick_Sorin_-_Courtesy_Galerie_Piece_UniqueVous vous amusez de la même manière avec les autres titres d’œuvre ?

Certains sont sans intérêt, comme cette vitrine faisant penser à Amsterdam qui s’appelle “Red Light”, alors que d’autres éclairent vraiment la scène : la petite nana dans le whisky s’intitule “Whisky-Lait”, une invitation à boire un whisky-lait, et lorsqu’on prononce ce titre assez vite, cela devient “Où est-ce qu’il est”, et en fait, la fille est en train de chercher quelqu’un qu’elle a perdu !
Il y a tout un jeu. J’ai été assez influencé par ce mouvement littéraire de l’Oulipo, qui, avec des contraintes, travaillait sur des jeux de mots, sur le langage lui-même, déclenchant des images.

D’autres titres peuvent donner une clé de lecture ?

Le petit bonhomme sur un tourne-disque avec l’écharpe qui vole s’appelle “Artiste vieillissant, dans le vent”. C’est une sorte d’autoportrait : je commence à être vieux, je ne fais plus grand-chose de très nouveau mais je fais quand même des efforts, alors je cours sur mon disque. C’est un autoportrait critique de l’artiste qui continue d’essayer de faire son intéressant…

Propos recueillis par Stéphanie Pioda


[Légendes. Portrait de Pierrick Sorin / Pierrick Sorin, JE REVIENS À 19H, installation dans la vitrine de la galerie Pièce unique / Pierrick SORIN, Chorégraphie pour savonnette / Pierrick SORIN, Artiste vieillissant, dans le vent. Tous les crédits photo sont : Pierrick Sorin – courtesy Galerie Pièce Unique]

Articles liés

Sarah McKenzie – New Morning
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Sarah McKenzie – New Morning

Dans le sillon de Diana Krall, l’australienne Sarah McKenzie s’impose parmi les grandes voix du jazz. Elle surprend par la pureté de son timbre de voix et un phrasé swing naturel. Que dire de mieux, une voix à part,...

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise
Spectacle
61 vues
Spectacle
61 vues

La magie du « Mahabharata » à l’épure japonaise

La Villette accueille la grande épopée indienne du Mahabharata, épurée par la main d’un artiste japonais majeur : Satoshi Miyagi. Un voyage à travers l’imaginaire de l’humanité et de notre enfance : « Ce Mahabharata – Nalacharitam » est une...

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique
Agenda
31 vues
Agenda
31 vues

Carnival, le rêve d’un ogre ridicule – Le Cirque Electrique

CARNIVAL, un conte de cirque d’Eugène Durif avec des personnages grotesques faits de plastique, pantins de colle et de pétrole d’or… Un cirque automate où fildefériste, jongleur, contorsionniste, clown, trapéziste, roue Cyr… se jouent d’un manège d’animaux en toc....