0 Shares 991 Views

Les villes en carton d’Olivier Catté

olivier-catte-galerie-lazarew

Olivier Catté

Du 16 avril au 15 mai 2015

Du mardi au samedi de 14h à 19h

Galerie Alexandre Lazarew
14, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien – Froissart

www.galerie-lazarew.fr

Catte_Cityscape1234_165x117_2012Du 16 avril au 15 mai 2015

Olivier Catté est un artiste sans concession porté par l’urgence de la création. Il expose ses villes de carton à la galerie Alexandre Lazarew jusqu’au 15 mai, un travail à la fois brut et raffiné, glissant de la figuration vers l’abstraction et où le décorum n’a pas sa place. Des œuvres pour la délectation de l’œil et de l’âme.

 

Au départ, il y a l’Catte Cityscape1230 93x79 2012obsession de New York : son énergie, sa folie, son rythme qui donne le tournis et son architecture toute en élévation bien sûr. Une révélation pour Olivier Catté. Il la peint avec douceur et monumentalité dans un premier temps. Et puis il y a les hasards de la vie, ou les accidents, qui ouvrent une voie qu’on n’imaginait pas. Une mésaventure avec une galerie le plonge dans une situation matérielle délicate, et il commence alors à s’intéresser au carton, un matériau pauvre et facile à trouver somme toute. Alors il le glane, le peint, le teste, l’apprivoise pour lui donner une autre vie. Et l’alchimie prend.

Armé de son cutter, Olivier Catté le coupe, le déchire, l’arrache. C’était peut-être ce geste farouche qui lui manquait pour exprimer véritablement l’ardeur de Manhattan. «Le défi dans la peinture était de faire quelque chose de statique tout en retrouvant l’énergie de la ville». On peut dire que c’est gagné avec cette nouvelle production, et d’ailleurs, Olivier se sent bien dans cette technique qui semble avoir un rôle cathartique libérant ses monstres. Grâce à ce geste aussi, il intègre l’accident qui fait désormais partie du processus de création, alors qu’il avait tout le loisir de réintervenir et ajuster le tir en peinture. «Je ne peux pas revenir en arrière» reconnaît-il, d’où beaucoup d’œuvres avortées et jetées à la poubelle. Le hasard est conditionné également par l’état du carton et l’épaisseur des strates constitutives. Il a beau répéter les mêmes gestes, il se renouvelle sans cesse.

Une peinture hypnotique pour se perdre

Il a dépassé New York pour construire des villes imaginaires dans lesquelles on est invité à se perdre. Il nous fait basculer dans quelque chose d’intemporel et d’hypnotique. Avec ses vues plongeantes, les diagonales ont une forte personnalité et guident notre regard. On s’y précipite dans uCatte Cityscape1246 105x63 2012n vertige, happé comme dans les constructions sans fin d’Escher ou porté par l’approche méditative des peintures de paysage traditionnelles chinoises. Cette peinture là est à expérimenter – Olivier Catté se revendique bien comme peintre -, elle est une invitation au voyage. «Tout y parlerait / À l’âme en secret / Sa douce langue natale». Les vers de Baudelaire entre en échos avec ces tableaux.

Ici ou là, on s’amuse à accrocher le regard sur les écriture-tatouages des cartons qu’il a récupérés : il les préserve et elles deviennent un motif exploité comme tel. Il y très peu de couleurs, du blanc, du noir, du brou de noix : s’il y en a trop, l’artiste «perd le caractère du carton qui passe au second plan.» Et de carton en carton, Olivier Catté accoste sur de nouvelles terres où il aurait à dialoguer avec l’abstraction, celle familière d’un Mondrian. Si ses tableaux étaient une musique, ce serait du jazz.

Stéphanie Pioda

 

[Visuels : Olivier Catté, City Scape. D.R.]

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
253 vues
Cinéma
253 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »
Cinéma
401 vues
Cinéma
401 vues

Judy Hill : « Roberto nous a donné, à nous les Noirs, ce que nous n’avions jamais eu : une voix. »

À l’occasion de la sortie de son documentaire, « What you donna do when the world’s on fire ? », une plongée dans le quotidien brutal d’une communauté noire du Sud des États-Unis, le réalisateur Roberto Minervini et Judy Hill, la protagoniste principale, ont...