0 Shares 2489 Views

Malick Sidibé : photographe des années folles de Bamako

Marine Dorandeu 23 mars 2022
2489 Vues
Malick Sidibé, Regardez-moi !, 1962. Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris. © Malick Sidibé.

"Regardez-moi !" 1962 - Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris © Malick Sidibé.

Dans les années 1960 et 1970, Malick Sidibé capture des moments de fête et de gaieté chez les jeunes de Bamako. Instants d’euphorie, danses endiablées ou moments de sensualité, c’est tout le monde de la nuit et de la libération de la jeunesse qui défile sous son objectif.

Né en 1936 à Soloba, au Mali, Malick Sidibé est remarqué très jeune pour ses talents de dessinateur, qualité qui lui permettra de suivre les cours de l’école des artisans soudanais, devenu par la suite l’Institut national des arts de Bamako. À l’âge de 19 ans, il intègre le studio “Photo service” de Gérard Guillat-Guignard (dit “Gégé la Pellicule”) avec qui il apprend la photographie. Quelques années plus tard, Malick Sidibé entreprend d’ouvrir son propre studio à Bamako dans le quartier populaire de Bagadadji où il exercera jusqu’à sa mort en 2016. À son apogée, le studio Malick devient un lieu incontournable des jeunes de Bamako.

Malick Sidibé, Nuit de Noël, 1963. Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris. © Malick Sidibé.

Nuit de Noël, 1963 – Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris © Malick Sidibé

D’une part photographe reporter, documentant la jeunesse dans ses lieux de fête, et d’autre part photographe studio saisissant des portraits dans des mises en scènes insolites, Sidibé témoigne dans son œuvre de la vie culturelle et sociale de la capitale, en pleine effervescence depuis l’Indépendance. La nuit, le photographe parcourt la capitale pour couvrir des évènements festifs : surprises-parties, clubs de danse et mariages. Parfois ces festivités ont lieu au bord du fleuve Niger et durent jusqu’à l’aube.
Le jour, Malick Sidibé travaille dans son studio et réalise des portraits incongrus, il oriente les corps de ses modèles, choisissant leurs positions, les vêtements et accessoires qu’ils portent. Les images de Sidibé permettent de brosser le portrait d’une jeunesse branchée en évoquant la liberté et la joie de vivre. 

Malick Sidibé, À la plage, 1974. Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris. © Malick Sidibé.

À la plage, 1974 – Galerie MAGNIN-A, Paris © Malick Sidibé

Si l’œuvre de Sidibé transmet de vrais élans de joie et de lâcher prise, elle est aussi le témoin fort d’une société en plein mouvement. En effet, en 1960 le Mali devient un pays indépendant, une période pleine d’espoir qui est célébrée, bien que le pays soit gouverné par un parti unique conservateur. Fortement influencés par la culture occidentale, notamment par le cinéma, les disques vinyles et les magazines, Salut les copains ou Elle, les jeunes urbains réinventent les styles vestimentaires, les esthétiques, les danses et la musique venus “du Nord”. Les mouvements twist, hippie, rock et pop sont revisités par la jeunesse bamakoise, certains groupes empruntent le nom de leurs idoles : Les Spoutniks, Les Chats sauvages ou encore The Beatles. Robes courtes, pantalons pattes d’eph’, chemises serrées et coupes de cheveux imitant celles de James Brown ou Betty Davis deviennent les indispensables des looks branchés et affirment la réappropriation des codes culturels occidentaux. 

Sans titre, vers 1970 © Malick Sidibé

Sans titre, vers 1970 © Malick Sidibé

«Les très bons amis en même tenue», 1972, © Malick Sidibé

Les très bons amis en même tenue, 1972 © Malick Sidibé

Une libération de la jeunesse tolérée mais tout de même peu appréciée des autorités et du parti unique de l’Union soudanaise sous la présidence de Modibo Keïta. Les pratiques culturelles des jeunes Bamakois photographiées par Malick Sidibé peuvent être interprétées comme une attitude quasi politique, non pas la sous la forme d’une confrontation directe au gouvernement, mais se dessinant plutôt dans un contournement des ambitions politiques de l’époque et les codes sociaux qui en découlent. Capturant des moments de poésie, saisissant les rythmes et les pas de twist, les images de Sidibé résonnent d’autant plus en symboles de liberté affirmée.

Malick Sidibé, Fans de James Brown, 1965. Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris. © Malick Sidibé.

Fans de James Brown, 1965 – Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris © Malick Sidibé

Malick Sidibé, Collection André Magnin datant des années 1960-1970.

Collection André Magnin datant des années 1960-1970 © Malick Sidibé

Malick Sidibé, pourtant tardivement reconnu en Europe, est ainsi un acteur majeur de la photographie africaine. Il réussit à capter l’essence du mouvement et l’état d’âme de toute une génération. Plus qu’un témoignage historique, son œuvre se fait miroir d’une jeunesse pleine d’espoir et de moments de joie pure.

Avec Omar Victor Diop, Seydou Keita et Samuel Fosso, Malick Sidibé est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands maîtres de la photographie africaine contemporaine.

Mademoiselle Kadiatou Touré avec mes verres fumés, 1969. Photo © Malick Sidibé.

Mademoiselle Kadiatou Touré avec mes verres fumés, 1969 © Malick Sidibé

Marine Dorandeu

Articles liés

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
104 vues

Venez écouter le nouvel opéra Crépuscules de l’Orchestre Lamoureux

Au crépuscule de ses jours, Lili Boulanger compose D’un soir triste. Affaiblie, percluse de douleurs, c’est la dernière œuvre qu’elle eut la force de noter de sa main peu avant que la maladie ne l’emporte à l’âge de 24 ans....

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux
Agenda
95 vues

Mademoiselle in Paris : le nouveau concert symphonique de l’Orchestre Lamoureux

On l’appelait « Mademoiselle ». L’orchestre Lamoureux célèbre Nadia Boulanger, musicienne complète, interprète, compositrice, cheffe d’orchestre (elle fût souvent à la tête de l’Orchestre Lamoureux) et pédagogue au rayonnement mondial, à travers sa musique, bien sûr, et celle de...

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !
Agenda
106 vues

Traversez un siècle d’histoire à l’exposition Jouez, Postez !

Du 1er décembre 2022 au 14 mai 2023, le Musée de La Poste propose au public de traverser un siècle d’histoire à hauteur d’enfant, quand La Poste s’invitait à l’école ou à la maison par le biais de planches...