0 Shares 1949 Views

MOMO : “Les personnes en marge de la société me semblent toujours plus inspirantes”

EXPO#1, Hangar 107, Rouen, 2020 © Julien Tragin

À 45 ans, MOMO est un artiste peintre américain qui crée une abstraction colorée et vibrante. Il est internationalement connu pour, notamment, avoir réalisé le plus long tag au monde, et ce, à vélo en traçant une ligne orange dans les rues de Manhattan. Rencontre avec un grand artiste. 

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai grandi en Californie jusqu’en 1989. J’ai par la suite fréquenté pendant trois ans, un lycée spécialisé en art en Caroline du Nord. Cette école était située sur un campus d’université dans lequel je vivais avec des étudiants plus âgés que moi. De 1993 à 1994, j’ai vécu dans le désert du Nouveau-Mexique dans une maison à dôme géodésique. Un dôme géodésique est une construction architecturale en forme de sphère, décomposée en formes géométriques (triangle, carré, pentagone) de telle manière que la structure ne nécessite pas de fondations importantes. J’ai ensuite voyagé pendant un certain temps. J’ai ainsi vécu dans une grotte dans le sud de l’Espagne durant un an. Pendant à nouveau un an, j’ai résidé dans une tente sur une petite île à l’extrémité sud de la Floride. De 1999 à 2000, j’ai commencé à travailler et à vivre en Jamaïque durant de longues périodes. J’ai passé un hiver à Oslo en Norvège. Enfin, j’ai vécu à New York jusqu’en 2010, puis à la Nouvelle-Orléans jusqu’en 2019. J’ai beaucoup appris par moi-même artistiquement parlant pendant ces périodes. Désormais, mon studio est installé dans le nord de la Floride.

Vous présentez un parcours marqué de voyages atypiques. Votre style pictural a-t-il évolué durant ces différentes périodes ?

Mon “style” a toujours évolué plus vite qu’il ne le devrait et ce, dans une perspective commerciale. Mais bien entendu, je considère que mon style reste immuable bien qu’il prenne différentes formes – de la peinture de paysages au dessin de portraits en passant par le travail de rue ou le collage, les actions, les peintures murales et bien entendu l’abstraction. Mon amour pour l’art abstrait vient de mes nombreux voyages en Jamaïque. Mes créations sont composées de formes géométriques, de lignes pures et de couleurs vives et brutes créant des effets de mouvement. Je crée ainsi des toiles, sérigraphies, sculptures, fresques murales, collages géants, installations urbaines collectives…

Mur, Toulouse, 2019 © MOMO

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus lorsque vous créez ?

Je suis plus intéressé par les visuels qui appellent au désordre, en ce qu’ils décrivent le changement, que par les visuels qui dégagent un certain ordre. Ce qui me fascine également, c’est l’opposition entre la nature, riche en informations et infinie, et l’homme, au contraire fini et “à une échelle lisible”.

Quelles ont été ou sont vos inspirations ?

Le graff est une inspiration de longue date et j’aime toujours le pratiquer pour le plaisir. Mais je puise mes véritables inspirations dans les rencontres avec des individus qui vivent librement. Lorsque j’étais jeune, je tentais en voyageant de comprendre comment la vie fonctionnait et ce, avant Internet. Je m’inspirais donc des personnes qui m’apparaissaient intelligentes et aventureuses. Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, les personnes légèrement en marge de la société et même en dehors du monde de l’art, me semblent toujours plus inspirantes.

Continuity II, Delimbo Madrid, 130×190, 2019 © MOMO

Vous définissez-vous comme un street artiste ?

Non, j’ai tenté d’éviter ce terme pendant au moins douze ans. Je comprends bien entendu que ce mot fasse écho pour le public, mais les artistes se sentent tout simplement artistes et cette description de street artiste est réductrice.

Avez-vous une façon de travailler particulière ?

Je réfléchis beaucoup en amont et planifie énormément avant de réaliser quoi que ce soit. Je consacre la moitié de mon énergie à des travaux et expériences en atelier sans toujours obtenir ce que je recherche et sans que personne ne le voit.

Party Line, 190×190, 2019 © MOMO

Avez-vous un message à transmettre à travers vos œuvres ?

Mes œuvres ne véhiculent aucun message. Je souhaite seulement que le public soit curieux et sensible aux œuvres d’art afin de célébrer un certain état d’esprit et une certaine société que beaucoup d’artistes soutiennent. De nombreux artistes portent ce message sans être nécessairement dogmatiques.

Quels sont vos futurs projets ?

Je prévois un solo show pour Paris, à la fin de l’année. De grandes peintures murales à New York ont été retardées en raison du Covid-19 ; j’espère pouvoir les réaliser à la fin de l’été. Enfin, mon nouveau studio est en cours de construction.

Retrouvez le travail de MOMO sur son site Internet momoswhopalace.com et son compte Instagram @momoshowpalace.

Propos recueillis et traduits par Annabelle Reichenbach

Articles liés

Marlene Dumas « open-end » : une subjectivité libérée
Art
131 vues

Marlene Dumas « open-end » : une subjectivité libérée

À Venise, au Palazzo Grassi, Caroline Bourgeois a assuré le commissariat d’une rétrospective-évènement mettant à l’honneur Marlene Dumas jusqu’au 8 janvier 2023. Ce sont les quatre dernières décennies de pratique et de vie de l’artiste qui se sont offertes...

L’Institut du Monde Arabe vous ouvres ses portes à l’occasion de son festival “IMA Comedy Club 2023”
Agenda
76 vues

L’Institut du Monde Arabe vous ouvres ses portes à l’occasion de son festival “IMA Comedy Club 2023”

À l’occasion du festival “IMA Comedy Club 2023”, l’institut du monde Arabe organise une journée portes ouvertes le mercredi 8 février de 10h à 18h. Les expositions : “Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or”, “Habibi, les...

Fiore Verde , le festival qui met en lumière les cultures italiennes au Parc de la Villette
Agenda
84 vues

Fiore Verde , le festival qui met en lumière les cultures italiennes au Parc de la Villette

“Fruit d’une maîtrise de l’italien aussi humble qu’approximative, Fiore Verde est né en mai 2022, en plein coeur du premier printemps post-pandémie et pré-toutlereste. On entend alors Thomas Mars (Phoenix) et Giorgio Poi magnifier de leurs voix le Haute...